Copy
View this email in your browser


Les chroniques culturelles du RAFO
Semaine du 22 mars 2021

 


 

Le secret de Fatima - 1960


Chroniqueur : Dolores Côté

Depuis 1960, le Vatican cache au monde le contenu réel du 3e secret de Fatima.
1917
Pour faire connaître son message, la très sainte Vierge a choisi un petit bourg retiré, loin de l’agitation des grandes villes – Fatima, au Portugal - où elle apparut sept fois à trois petits bergers : Jacinthe, François et leur cousine Lucie. François meurt en 1919 à l’âge de 10 ans et 10 mois, victime de la grippe espagnole. Jacinthe, née en 1910, meurt elle aussi à l’âge de 10 ans des conséquences de la grippe espagnole. Lucie (1907) est la plus âgée des trois et demeure la seule survivante. Toutes ces histoires d’apparitions attirent beaucoup de pèlerins qui veulent voir et parler à Lucie. Elle doit se cacher. En 1923, Lucie entre à la Congrégation des Filles de Marie à Barthas, en Espagne. Les apparitions continuent.

Le 25 décembre 1935 – Lucie termine son 1er mémoire : « Miséricorde pour la pauvre Russie ».

Novembre 1937 – 2e mémoire : « Notre Dame demande la consécration du monde et de la Russie à son cœur immaculé ».

En juillet 1941, elle rédige son 3e mémoire et précise qu’elle ne dévoilera pas la 3e partie du secret.

Le 3e secret, selon la demande de Notre-Dame, devait être lu au monde entier par le pape en 1960. Cette date avait été expressément fixée par la très Saine Vierge elle-même. Son contenu aurait été mieux compris à cette date. Arrive l’année 1960 et l’attente de tous les catholiques du monde de connaître le message du Ciel. Mais le 8 février 1960, l’agence de presse A.N.I. sort le communiqué suivant qui tombe comme une bombe : « Cité du Vatican : Il est probable que le secret de Fatima ne sera jamais rendu public ». Que contenait donc ce texte pour que le Vatican décide de ne jamais le rendre public?
Lucie avait parlé de la Russie, mais n’avait-elle pas aussi mentionné « Pauvre Canada »?

Le secret de Fatima, lourd fardeau de mon enfance

C’était au temps de la Guerre froide, cette période de tensions et de confrontations idéologiques et politiques entre deux superpuissances que furent les États-Unis et l’U.R.S.S. et leurs alliés entre 1947 et 1991. Nous sommes en 1955. J’ai 9 ans et je suis en 4e année à l’école. La religieuse qui est ma titulaire de classe nous fait prier constamment pour la paix. Elle a très peur et nous communique cette peur. Mais nous, nous ne comprenons rien à toute cette politique. Cette religieuse nous disait que les Russes viendraient attaquer nos voisins du Sud en passant par l’Alaska. Ce message de « pauvre Canada » dans la lettre qui contient le secret de Fatima et qui doit être révélé en 1960, c’est sûrement que le Canada sera la victime de cette attaque. J’ai eu cette titulaire deux années de suite, en 4e et 5e année. Je vivais une enfance assez heureuse. J’étais entourée d’une grande famille, beaucoup de cousins et de cousines que j’aimais bien, et j’aimais aller à la ferme de mes grands-parents. La seule ombre au tableau était cette peur qui m’enveloppait chaque fois que la religieuse nous parlait de ce fameux secret. Cette peur m’étouffait.

Papa nous avait acheté un appareil de télévision pour Noël. Comme nous étions la première famille à en posséder un, beaucoup des membres des autres familles Boudrias venaient écouter « La famille Plouffe » le mercredi soir.  Il y avait de belles annonces publicitaires pour les nouvelles automobiles, 1955, 1956, 1957... Ces annonces me traumatisaient. Chaque nouvelle année nous rapprochait de 1960. Je ne pouvais pas les écouter. Je courais me cacher dans mon lit avec plein d’oreillers sur la tête pour ne pas les entendre.

Je n’avais jamais rencontré quelqu’un d’autre qui avait vécu ce même traumatisme. Je n’ai sûrement pas dû être la seule enfant à en être affectée. Mais voilà que mon amie, Lysette Brochu, écrivaine, le mentionne elle aussi dans son livre intitulé « Saisons d’or et d’argile ». Pour elle, sa peur se situait au Jour de l’An. Voici ce qu’elle m’a écrit : « Chère Dolores, Très intéressant! Bravo! Tes enfants ne connaissaient certainement pas cette histoire. Je me souviens de mes frères et sœurs tous apeurés par cette date fatidique de1960. Mon frère Claude, le cinquième chez nous, se mordait les ongles et voulait coucher dans le lit de mes parents. Oui, la veille du Jour de l'an 1959, c'est à genoux que nous avons accueilli la nouvelle année… Pauvre toi ! Quel souvenir, n'est-ce pas ? En effet, la religieuse a dû avoir aussi peur que ses élèves... »

Quel fardeau j’ai porté tout au long de ces quelques années de mon enfance. Et tout cela pour en arriver là. À RIEN!

 

 

Ma recette préférée


Tiramisu rapide
Réf. : www.savourer.ca

Préparation : 20 minutes
Portions : 4
 
Ingrédients
 
- Café infusé chaud : 160 ml (1 ½ tasse)
- Chocolat noir (de type Baker) : 1 /½ carré ou 45 g (1 ½ oz), divisé
- Fromage quark: 1 contenant de 375 g
- Sirop d’érable: 80 ml (⅓ tasse)
- Biscuits doigts de dame : 12, voir note ci-bas
 
Méthode

1. Dans la tasse contenant le café chaud, déposer 1 carré (30 g - 1oz) de chocolat noir. Remuer pour faire fondre le chocolat. Laissez tiédir quelques minutes.
2. Dans un bol moyen, mélanger le fromage quark et le sirop d’érable.
3. Couper les biscuits en deux. Tremper les demi-biscuits dans le café, un à la fois, et déposer 3 morceaux dans le fond de 4 verres.
4. Déposer la moitié de la préparation au fromage dans les 4 verres, sur les biscuits.  Ajouter un autre étage de biscuits imbibés de café et y répartir le reste du mélange de fromage.
5. À l’aide d’une râpe fine, râper le demi-carré de chocolat restant (15g - ½ oz) directement au-dessus de chaque portion. Réfrigérer jusqu’au moment de servir.
Se conserve 4 jours au réfrigérateur et ne se congèle pas.
 
Note : Les doigts de dame sont des biscuits secs de forme allongée. On les sert souvent avec le café ou on les incorpore dans des desserts comme le tiramisu italien.
 

 

 

Photo de prédilection

 

Bonne fête des mères 2020!

Ma fille Ghislaine est arrivée avec son mimosa et nous l’avons dégusté dans le garage à deux mètres de distance. 
 

 
 



  Vous désirez, vous aussi, raconter une histoire ou une anecdote, qu’elle soit tirée d’un fait réel ou inventée de toute pièce?

C’est facile. Inscrivez-vous en téléphonant au RAFO au 613-834-6808, poste 0, ou envoyez un courriel à info@rafo.ca   Nous vous donnerons tous les détails avec plaisir.

 
Merci et à la semaine prochaine.
Twitter
Facebook
Site web
Copyright © 2021 Rendez-vous des aînés francophones d'Ottawa, Tous droits réservés


Ajoutez-nous à votre carnet d'adresses

Désirez-vous modifier comment vous recevez nos courriels?
Vous pouvez mettre à jour vos préférences ou vous désabonner de cette liste.

Email Marketing Powered by Mailchimp