Copy
Lettre #75
Samedi 31 octobre 2020

 LES 4 POINTS À RETENIR 

  1. Reconfinement : Nous avons voté « pour ». C’est à la fois un « oui de responsabilité » et un « oui de colère ». 
  2. Pauvreté : La pauvreté est le parent pauvre du Gouvernement puisque les mesures « pauvreté » ne représentent que … 1% du plan de relance. Gérard Leseul, député de Seine Maritime, a proposé au Gouvernement de créer un minimum jeunesse et de revaloriser les minimas sociaux. 
  3. Propos du président Erdogan : Nous condamnons les propos du Président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a appelé au boycott des produits et des entreprises françaises. Alain David, député de Gironde, a interrogé le gouvernement sur ses initiatives pour faire baisser la tension ; 
  4. Budget de la sécurité sociale : Nous avons voté contre. Pourtant, il n’a jamais été aussi élevé. Nous avons voté contre car il ne contient que des mesures conjoncturelles face à la crise sanitaire (achat de tests, etc). En parallèle, le Gouvernement prévoit toujours de faire 4 milliards d'euros d'économies de manière pérenne, entre autres sur l’hôpital. 
RECONFINEMENT
UN "OUI DE RESPONSABILITE", UN "OUI DE COLERE"
Le débat sur le reconfinement qui a été organisé jeudi est celui que  Valérie Rabault et Patrick Kanner ont demandé, au nom de nos deux groupes de parlementaires socialistes et apparentés à l’Assemblée nationale et au Sénat, dès le 10 septembre puis le 15 octobre derniers. Après avoir jugé le 19 octobre qu'un tel débat ne lui « semblait pas indispensable », le Premier ministre a enfin jugé utile de s'exprimer devant la représentation nationale.
  • Le gouvernement a pris ses responsabilités, nous avons pris les nôtres. Nous avons voté cette déclaration. C'était un « oui de responsabilité », parce que pour nous, la protection de la santé de nos concitoyens doit être la priorité absolue, et que nous ne pouvons que constater que le reconfinement est devenu inévitable. 
  • Mais notre oui est également un « oui de colère » face à l'impréparation du gouvernement. Cette impréparation se traduit par un nombre de places en réanimation qui n’a quasiment pas bougé depuis mars, un hôpital public encore plus fragilisé et des médecins libéraux qui n’ont pas été suffisamment associés. 
Lire le discours de Valérie Rabault
 Question de Boris Vallaud 
 Député des Landes 
PAUVRETE - UN PLAN POUR LA JEUNESSE
La France s’enfonce un peu plus dans la crise économique et sociale, mais le gouvernement reste timoré, lent et sourd pour venir en aide aux plus précaires, les premiers touchés par la récession.
  • Les bénéficiaires du RSA, dont le nombre va croître de près de 9 %, et ceux de l’allocation spécifique de solidarité, les jeunes de moins de 25 ans et les étudiants boursiers ne percevront, fin novembre ou début décembre, qu’une aide exceptionnelle de 150 euros.
  • Le gouvernement refuse toujours la revalorisation des minima sociaux. Gérard Leseul, député de Seine-Maritime, a appelé le gouvernement à revaloriser les minima sociaux, d’au moins 100 euros par mois et d'aider aussi tous ceux qui n’ont pas droit au RSA, notamment les moins de 25 ans, pour qui nous avions proposé un minimum jeunesse.
 Question de Gérard Leseul 
 Député de Seine-Maritime 
NOUS CONDAMNONS LES PROPOS DU PRESIDENT ERDOGAN
Après avoir diffamé Emmanuel Macron, le Président turc Recep Tayyip Erdogan appelé au boycott des produits et des entreprises françaises :
  • Nous soutenons évidemment les engagements du président de la République Emmanuel Macron en faveur de la laïcité et de la liberté d’expression ;
  • Nous condamnons les propos du président Erdogan, sans faire l’amalgame entre le dirigeant de la Turquie et le peuple turc ;
  • Au-delà du rappel de notre ambassadeur, Alain David, député de Gironde, a demandé au gouvernement quelles initiatives diplomatiques il entendait prendre afin de faire baisser la tension avec ce pays voisin de l’Europe ?
 Question d'Alain David 
 Député de Gironde 
BUDGET DE LA SECURITE SOCIALE 
POURQUOI NOUS AVONS VOTE CONTRE

En apparence, le budget de la Sécurité sociale, prévu pour 2021, n’a jamais été aussi élevé. C’est vrai. Mais ceci est dû aux mesures conjoncturelles pour faire face à la crise sanitaire : achat de de tests, d’équipements, etc.

Pour ce qui concerne la partie « permanente » de ce budget, de nouvelles économies, dites « structurelles » sont demandées par le Gouvernement :

  • Ce budget demande aux hôpitaux de faire des économies à hauteur de 805 millions d’euros alors que les hôpitaux sont déjà débordés, victimes d’un manque criant de moyens matériels, humains et financiers. Si des efforts salariaux sont faits suite au Ségur de la Santé, les oubliés du Ségur (aides à domicile, professionnels du secteur médico-social) sont encore les oubliés de ce projet de loi de financement de la sécurité sociale. Depuis quatre PLFSS, nous demandons des mesures sur le long terme, une réponse à la crise structurelle de l’hôpital, des EHPAD et de l'ensemble de notre système de santé ;
  • Ce budget propose la mise en place d’un forfait de 18 euros pour un passage aux urgences qui n’est pas suivi d’une hospitalisation dans un service de médecine, de chirurgie, d’obstétrique ou d’odontologie. Cette participation forfaitaire pénalisera certains patients qui n’ont parfois pas d’autre choix que de consulter les urgences. Si nous soutenons le nécessaire processus de sortie de la tarification à l’activité (T2A), celui-ci ne doit pas conduire à davantage de libéralisme dans les services publics ;
  • Ce texte ne prévoit toujours rien pour mieux réguler l’installation des médecins et leur répartition sur le territoire. Depuis 2017, nous proposons à l’initiative de Guillaume Garot, député de Mayenne, que l’installation des médecins libéraux soit soumise à conditions dans les zones où l’offre de soins est déjà à un niveau particulièrement élevé afin d’encourager l’installation des médecins dans ce qu’on appelle les “déserts médicaux”.
LES MEDIAS
DE LA SEMAINE






This email was sent to <<Adresse email>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Groupe Socialistes et apparentés · 126 rue de l'Université · Paris 75007 · France

Email Marketing Powered by Mailchimp