Copy

Violence impacts over 700,000 children due to school closures in Cameroon

Cameroon Prime Minister Joseph Ngute with ECW Director Yasmine Sherif & NRC Secretary General Jan Egeland.
Attacks against education and killings, kidnappings and harassment of students and teachers are forcing schools to close and pushing vulnerable children further to the margins.


English | French Version Follows

2 December 2021, New York/Oslo/Yaoundé – Over 700,000 children have been impacted by school closures due to violence in the North-West and South-West regions of Cameroon, according to recent analysis by the United Nations humanitarian arm, UNOCHA.

The Secretary General of the Norwegian Refugee Council, Jan Egeland, and the Director of Education Cannot Wait, Yasmine Sherif, today called for an end to attacks on education in Cameroon during their joint visit to the country this week.

“This is among the most complex humanitarian crises in the world today. Children and youth are having to flee their homes and schools, are threatened with violence and kidnapping, and are being forced into early childhood marriage and recruited into armed groups,” said Yasmine Sherif. “We call for urgent support from donors to respond to this forgotten crisis. We call for the respect of human rights and adherence to the principles of international humanitarian law and the Safe Schools Declaration - and for partners to redouble efforts so all children and adolescents can get back to the safety, protection and hope that quality learning environments provide.”

Two out of three schools are closed in the North-West and South-West regions of Cameroon, according to UNOCHA. On 24 November, four children and one teacher were killed in an attack in Ekondo Titi in Cameroon’s South-West region.

A recent lockdown imposed by a non-state armed group, from 15 September to 2 October, limited access to basic services including health and education. During the period, OCHA reported a series of attacks in the North-West. Eight students were kidnapped, and a girl’s fingers were chopped off after she tried to attend school. Five public school principals were also kidnapped, including one who was killed.   

During the lockdown all schools and community learning spaces were closed, except for some schools in a few urban areas which operated at less than 60 per cent capacity. About 200,000 people did not receive food due to the interruption of humanitarian activities.

The lockdown and insecurity have forced UN agencies and aid organisations - including the Norwegian Refugee Council - to temporarily suspend the delivery of lifesaving aid to people in need in both the North-West and South-West regions.

“Putting a schoolbag on your back shouldn’t make you a target. Yet children here risk their lives every day just showing up for school. Cameroon’s education mega-emergency needs international attention, not deadly silence by the outside world,” said Jan Egeland. “Cameroon is one of the world’s most forgotten crises and has ranked in the top two of the Norwegian Refugee Council’s list of neglected displacement crises three years in a row. Until the international community steps up its support and diplomatic engagement, children will continue to bear the brunt of the violence.”

Nine out of ten regions of Cameroon continue to be impacted by one of three complex humanitarian crises: the crisis in the North-West and South-West, conflict in the Far North, and a refugee crisis involving people who have fled the Central African Republic. Over one million children need urgent education support because of these combined crises.

To address these multiple emergencies, made even worse by COVID-19 and climate change impacts, Education Cannot Wait (ECW) - the United Nations global fund for education in emergencies and protracted crises - is working closely with UN agencies, the Norwegian Refugee Council and civil society education partners to build a multi-year resilience programme in Cameroon. ECW is contributing US$25 million over three years and calls for other donors to fill the gap which is estimated at US$50 million. When fully funded, the programme will provide approximately 250,000 children and adolescents with access to safe and protective learning environments in the most-affected areas.

The programme builds on the impact from ECW’s ongoing First Emergency Response in Cameroon. Announced in May, the investment is designed to ensure refugee children fleeing from the Central African Republic receive access to quality, protective learning environments.

###

Note to editors:

Video b-roll of the visit and children in school is free to download here.

High resolution photos of the visit and children in school are free to download here.


For press inquiries: 
Anouk Desgroseilliers, adesgroseilliers@un-ecw.org, cell or whatsapp +1-917-640-6820  

Kent Page, kpage@unicef.org, +1-917-302-1735

In Cameroon: Michelle Delaney, mide@nrc.no, whatsapp + 47 941 65579, Orange +237 691 791 034, Nextell +237 660 889 541

NRC global media hotline: media@nrc.no, +47 905 62329

About Education Cannot Wait (ECW):
Education Cannot Wait (ECW) is the United Nations global fund for education in emergencies and protracted crises. We support quality education outcomes for refugee, internally displaced and other crisis-affected girls and boys, so no one is left behind. ECW works through the multilateral system to both increase the speed of responses in crises and connect immediate relief and longer-term interventions through multi-year programming.

On Twitter, please follow: @EduCannotWait @YasmineSherif1  @KentPage 

About the Norwegian Refugee Council:
The Norwegian Refugee Council is an international humanitarian organization helping people forced to flee. We work in new and protracted crises across 35 countries. We have been working in Cameroon since 2017. We assisted over 340,000 people in 2020, including with education, food, shelter and legal aid.

On Twitter, please follow:  @NRC_Egeland @NRC_Norway
 

Violences : plus de 700 000 enfants touchés par les fermetures d’écoles au Cameroun

Les attaques contre l’éducation, les assassinats, les enlèvements, ainsi que le harcèlement des élèves et des enseignants contraignent les écoles à fermer leurs portes et relèguent encore plus les enfants vulnérables en marge de la société. 


2 décembre 2021, New York/Oslo/Yaoundé – Plus de 700 000 enfants ont été touchés par les fermetures d’écoles en raison de la violence qui sévit dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest au Cameroun, selon l’analyse récente du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Au cours d’une visite conjointe dans le pays cette semaine, le Secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC), Jan Egeland, et la Directrice du fonds Éducation sans délai (Education Cannot Wait, ECW), Yasmine Sherif, ont lancé un appel pour mettre fin aux attaques contre l’éducation au Cameroun.

« Il s’agit d’une des crises humanitaires les plus complexes au monde à l’heure actuelle. Les enfants et les jeunes sont contraints de quitter leurs maisons et leurs écoles. Ils sont confrontés à la violence, exposés aux enlèvements, soumis au mariage précoce et au recrutements dans des groupes armés, » a dit Yasmine Sherif. « Nous exhortons les donateurs à fournir un soutien d’urgence pour soutenir la réponse à cette crise parmi les plus négligée à travers le monde. Nous appelons au respect des droits de l’homme et à l’adhésion aux principes du droit international humanitaire et à la Déclaration sur la sécurité dans les écoles. Nous appelons les partenaires à redoubler leurs efforts afin que tous les enfants et les adolescents puissent retrouver des environnements d’apprentissage de qualité qui offrent sécurité, protection et espoir. »

D’après OCHA, deux écoles sur trois sont fermées dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun. Le 24 novembre, quatre enfants et une enseignante ont été tués lors d’une attaque à Ekondo Titi, dans la région du Sud-Ouest.

Récemment, un confinement a été imposé par un groupe armé non étatique du 15 septembre au 2 octobre, limitant l’accès à des services de base, y compris en matière de santé et d’éducation. Au cours de cette période, OCHA a signalé plusieurs attaques dans le Nord-Ouest. Huit élèves ont été kidnappés et une enfant s’est fait couper les doigts après avoir tenté d’aller à l’école. Cinq directeurs d’établissements publics ont également été enlevés, dont un a été tué. 

Pendant le confinement, toutes les écoles et tous les espaces d’apprentissage communautaires ont fermé leurs portes, à quelques exceptions près dans certaines zones urbaines, où les structures ouvertes ont fonctionné avec moins de 60 % de leurs effectifs habituels. En raison de l’interruption des activités humanitaires, environ 200 000 personnes ont été privées d’aide alimentaire.

Le confinement et l’insécurité ont contraint les agences des Nations Unies et les organisations d’aide, y compris le Conseil norvégien pour les réfugiés, à temporairement suspendre l’acheminement des secours indispensables aux personnes dans le besoin dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.  

« Le fait d’avoir un cartable ne devrait pas faire de vous une cible. Pourtant, ici, des enfants risquent leur vie chaque jour, simplement en se rendant à l’école. L’état d’urgence absolue du secteur de l’éducation au Cameroun mérite une attention internationale, et non le silence mortel du monde extérieur, » a déclaré Jan Egeland.  « La situation au Cameroun est l’une des crises les plus oubliée au monde. Le pays occupe depuis trois années consécutives la première ou la deuxième place au classement des crises les plus négligées de personnes déplacées établi par le Conseil norvégien pour les réfugiés. Tant que la communauté internationale n’intensifie pas son aide et son engagement diplomatique, les enfants continueront d’être les principales victimes des violences. »

Au Cameroun, neuf régions sur dix continuent de subir les répercussions d’au moins une des trois crises humanitaires complexes suivantes : la crise dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, le conflit dans l’Extrême-Nord et la crise des réfugiés centrafricains. Plus d’un million d’enfants ont besoin d’une aide d’urgence en matière d’éducation en raison de ces crises combinées.

Pour surmonter ces urgences multiples, aggravées par la COVID-19 et l’impact des changements climatiques, ECW – le fonds mondial des Nations Unies pour l’éducation en situation d’urgence ou de crise prolongée – travaille en étroite collaboration avec les agences des Nations Unies, le Conseil norvégien pour les réfugiés et des partenaires de la société civile du secteur de l’éducation afin de développer un programme pluriannuel de résilience au Cameroun. ECW contribuera à hauteur de 25 millions de dollars É.-U. sur trois ans et appelle d’autres donateurs à mobiliser 50 millions de dollars pour financer le coût total estimé du programme. Pleinement financé, le programme permettra à environ 250 000 enfants d’avoir accès à des environnements éducatifs sécurisés et protecteurs dans les zones les plus touchées par les crises.

Ce programme s’appuie sur les retombées de l’investissement de première intervention d’urgence au Cameroun d’ECW, en cours de mise en œuvre. Annoncé en mai, l’investissement vise à assurer que les enfants réfugiés en provenance de République centrafricaine ont accès à des environnements éducatifs de qualité et protecteurs.

###

Note aux éditeurs :
La vidéo b-roll de la visite d’école et des enfants peut être téléchargée ici.
Les photos en haute résolution de la visite et des enfants peuvent être téléchargées ici.

Relations presse : 
Anouk Desgroseilliers, adesgroseilliers@un-ecw.org, +1 917 640 6820 (cell et whatsapp)
Kent Page, kpage@unicef.org, +1 917 302 1735
Au Cameroun : Michelle Delaney, mide@nrc.no, whatsapp +47 941 65579, Orange +237 691 791 034, Nextell +237 660 889 541
Service mondial de relations médias du Conseil norvégien pour les réfugiés : media@nrc.no, +47 905 62329

À propos d’Éducation sans délai :
Éducation sans délai (Education Cannot Wait, ECW) est le fonds mondial des Nations Unies pour l’éducation en situation d’urgence ou de crise prolongée. Nous soutenons une éducation de qualité pour les filles et les garçons réfugiés ou déplacés à l’intérieur de leur propre pays et touchés par des crises, pour que nul ne soit laissé pour compte. ECW s’appuie sur un système multilatéral pour accroître la vitesse des interventions en période de crise et établir des liens entre les mesures de secours immédiat et les interventions à plus long terme, par l’intermédiaire de programmes pluriannuels.
 
Retrouvez ECW sur Twitter 
: @EduCannotWait @YasmineSherif1 @KentPage 

À propos du Conseil norvégien pour les réfugiés :
Le Conseil norvégien pour les réfugiés est un organisme humanitaire international qui vient en aide aux personnes contraintes de fuir. Nous intervenons dans le cadre de crises nouvelles et prolongées au sein de 35 pays. Nous travaillons au Cameroun depuis 2017. En 2020, nous avons aidé plus de 340 000 personnes, notamment à travers des services axés sur l’éducation, l’alimentation, le logement et l’aide juridictionnelle.

Retrouvez le Conseil norvégien pour les réfugiés sur Twitter : @NRC_Egeland @NRC_Norway
https://twitter.com/EduCannotWait
Facebook
Instagram
LinkedIn
Email
www.educationcannotwait.org
Do you have comments or suggestions?  

Our mailing address is:
info@educationcannotwait.org

* If you've received this newsletter from a friend - you can subscribe here!

Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list