Copy

ECW PRESS RELEASE

 

EDUCATION CANNOT WAIT APPROVES US$33.3 MILLION FOR BURKINA FASO, MALI AND NIGER IN THE CENTRAL SAHEL

In response to escalating crises in the Central Sahel, these new programmes will reach 300,000 children and youth impacted by displacement, conflict and COVID-19


View Original. Available in French.

4 January 2021, New York – Education Cannot Wait (ECW) today announced US$33.3 million in catalytic investment grants in response to the health and humanitarian crisis in the Central Sahel in Burkina Faso, Mali and Niger. These investments result in a total of US$103 million of ECW investments approved within the last month for refugee, forcibly displaced, host-community and other vulnerable girls and boys in these countries, as well as crisis-affected children and youth in the Democratic Republic of the Congo, Nigeria, Colombia, Ecuador and Peru.

The new multi-year resilience programmes in Burkina Faso, Mali and Niger bring together humanitarian and development actors to jointly deliver inclusive, quality education to children and youth left furthest behind in the Central Sahel. These joint programmes will run for three years, with the goal of leveraging an additional US$117 million in co-financing from national and global partners, the private sector and philanthropic foundations.

Girls are disproportionately impacted by these protracted crises and thus Education Cannot Wait investments prioritize girls’ education from pre-school through to secondary levels by ensuring that 60 per cent of the beneficiaries across the three countries are female. Education Cannot Wait also places specific emphasis on reaching those left furthest behind in protracted crises contexts, hence children and adolescents with disabilities comprise ten per cent of those to be reached with this multi-year funding.

“Millions of girls and boys in the Central Sahel live on the frontlines of armed conflicts, hunger, forced displacement and poverty. COVID-19 and a rise in climate-change induced disasters exacerbate the challenges they already face in realizing their right to education. For them, education represents their only hope. However, more financial resources are needed to fully fund these carefully designed and crisis-sensitive joint programmes, which will transform education in the Central Sahel - provided financing is made available,” said The Rt. Hon. Gordon Brown, UN Special Envoy for Global Education and Chair of the ECW High-Level Steering Group.
 
The programmes build upon the results of Education Cannot Wait’s US$30 million in first emergency investments across the three countries which were initiated in 2019. These first emergency responses are currently reaching over quarter of a million girls and boys affected by forced displacements across the region.

“Children, youth and their teachers are disempowered by the lack of an inclusive quality education and a safe learning environment as they are also targeted in violent attacks,” said Yasmine Sherif, Director of Education Cannot Wait, the global fund for education in emergencies and protracted crises. “I have met them. I have seen both the despair and the resilience of young adolescent girls demanding their right to education and appealing for protection from early marriage. We can change all that and ECW’s investments represent our resolve to deliver hope and a real opportunity for change. Together with our partners, Education Cannot Wait calls on public and private sector donors to join us and urgently close the US$117 million funding gap and complete ECW’s catalytic investments in these three joint programmes, for Burkina Faso, Mali and Niger. We have to act and we have to act now.”
 
Burkina Faso
More than 2.6 million children and youth are out of school in Burkina Faso, with another 1.7 million students at risk of dropping out of school. While the government has made impressive strides in improving its education system, poverty, a lack of documentation, child labour, disabilities, early pregnancies and marriages, and other factors push many children out of school, with just 1 out of 10 continuing on to secondary education.
 
With a US$11.1 million catalytic grant, the Burkina Faso multi-year resilience programme seeks to mobilize US$48 million in additional funds. Fully funded, the programme will reach 913,000 girls and boys, 60 per cent of whom are girls. The programme specifically targets displaced, refugee and returnee children, children with disabilities and children currently out of school.  The ECW seed funding will directly target 144,000 learners in vulnerable situations with a comprehensive package of interventions and will be implemented by UNICEF (US$6.1 million) and Enfants Du Monde (US$5 million).
 
“In Burkina Faso, the education sector is suffering the negative effects of both the ongoing security and COVID-19 crises. The security crisis resulted in the closure of more than 2,300 schools and a massive displacement of more than one million people. The COVID-19 pandemic further resulted in the closure of all schools in Burkina Faso for several months. I therefore take this opportunity to express my gratitude to Education Cannot Wait for their unwavering support in our efforts to support education in emergencies,” said H.E. Mr. Stanislas Ouaro, Minister of National Education and Literacy for Burkina-Faso. 

Mali
Mali faces a serious humanitarian and security crisis. The combined effects of conflict and multi-faceted insecurity and a repetitive cycle of flooding accentuate pre-existing vulnerabilities and prevent sustained access to educational opportunities. Indiscriminate attacks by armed groups against civilians, violence against girls and women, and attacks on state institutions, including schools and health facilities, are common. They result in displacements of populations in a region that is already facing the impacts of climate change, extreme poverty, a lack of economic opportunities and scarcity of basic services. This situation has worsened with the arrival of COVID-19. Currently, approximately 3.8 million girls and boys are enrolled in primary, lower secondary and upper secondary schools across Mali. These numbers suggest that as many as 50 per cent of children are out of school. 
 
With US$11.1 million in seed funding from ECW, the multi-year resilience programme in Mali seeks to mobilize US$30.6 million in additional funding. Fully funded, the three-year programme will reach 370,000 girls and boys, 60 per cent of whom are girls and 10 per cent of whom are children with disabilities. The ECW catalytic grant will be implemented by EducCo (US$2.7 million), Plan International (US$2.7 million), Save the Children (US$3.2 million) and UNHCR (US$2.5 million). The investment will enable partners to reach 90,000 children and youth and support interventions in the priority regions with an emphasis on the regions of Mopti and Menaka with the highest levels of vulnerability. Beneficiaries include refugees, returnees, internally displaced and host community children and youth.

“The Government of Mali expresses its appreciation for Education Cannot Wait’s funding of $11.1 million to support the continued quality education of crisis-affected children and youth impacted by school closures in emergency areas of the country by providing them with diverse learning opportunities,” said Mr. Kinane Ag Gadeda, Secretary-General of the Ministry of National Education for Mali.
 
Niger
The education system in Niger faces many major challenges. In 2019 just 13 per cent of pre-school, 64 per cent in primary, 29 per cent in lower secondary and 10 per cent upper secondary students were enrolled in school. The investment actively targets crisis-affected regions where these rates are all below the national average. The humanitarian crisis has further exacerbated pressures on the education system. Climate change spurs chronic food insecurity and displacement due to drought. This triggers conflict and cross-border migration, placing significant pressures on the education system.
 
With US$11.1 million in seed funding from ECW, the overall multi-year response seeks to mobilize an additional US$39.2 million to reach a total of 275,000 children. ECW catalytic grants target 61,000 girls and boys, including adolescents in the Tahoua and Tillaberi regions. Implemented by World Food Programme (US$4.4 million), Plan International (US$3.3 million) and World Vision International (US$3.3 million), ECW funds will reach 19,300 refugees, 2,600 children and adolescents with disabilities and more than 30,000 girls and adolescent girls.
 
“I take this opportunity to reaffirm our gratitude and appreciation to ECW for approving the multi-year resilience programme to support the Niger government’s efforts over the next three years to help vulnerable children in crisis-affected areas in the country. I appeal to all of Niger's partners to support this programme by closing the funding gap to ensure that education is not forgotten among the crises affecting Niger,” said Yahouza Sadissou, Coordinating Minister of the Ministries responsible for Education in Niger.
 

LE FONDS ÉDUCATION SANS DÉLAI APPROUVE 33,3 MILLIONS DE DOLLARS DES ÉTATS-UNIS POUR LE BURKINA FASO, LE MALI ET LE NIGER AU SAHEL CENTRAL

En réponse à l’aggravation des crises au Sahel central, ces nouveaux programmes bénéficieront à 300 000 enfants et jeunes touchés par le déplacement, les conflits et la COVID-19

 
New York, le 4 janvier 2021 – Éducation sans délai a annoncé aujourd’hui le déboursement de 33,3 millions de dollars É.-U. de subventions aux investissements à effet catalyseur, en réponse à la crise sanitaire et humanitaire qui touche le Sahel central au Burkina Faso, au Mali et au Niger. Ces investissements donnent lieu à un total de 103 millions de dollars É.-U. d’investissements de la part d’Éducation sans délai, approuvés le mois dernier pour les enfants réfugiés, déplacés de force, vivant dans des communautés d’accueil et autres filles et garçons vulnérables dans ces pays, ainsi que pour les enfants et les jeunes touchés par la crise en République démocratique du Congo, au Nigeria, en Colombie, en Équateur et au Pérou.

Ces nouveaux programmes pluriannuels de résilience au Burkina Faso, au Mali et au Niger réuniront les acteurs des secteurs de l’humanitaire et du développement pour offrir conjointement aux enfants et aux jeunes laissés pour compte dans le Sahel central une éducation inclusive et de qualité. Ils s’étendront sur trois ans, avec pour objectif de mobiliser 117 millions de dollars É.-U. supplémentaires sous forme de cofinancement de la part de partenaires nationaux et internationaux, du secteur privé et de fondations philanthropiques.

Les filles sont touchées de manière disproportionnée par ces crises de longue durée. C’est pourquoi les investissements d’Éducation sans délai font de leur éducation – du niveau préscolaire au niveau secondaire – une priorité, en veillant à ce que 60 % des bénéficiaires dans les trois pays soient des femmes. Éducation sans délai souligne également la nécessité d’atteindre les personnes les plus délaissées dans les contextes de crises prolongées. Les enfants et les adolescents en situation de handicap représentent ainsi 10 % des personnes à atteindre grâce à ce financement pluriannuel.

« Au Sahel central, des millions de filles et de garçons vivent en première ligne des conflits armés, de la faim, des déplacements forcés et de la pauvreté. La COVID-19 et l’augmentation des catastrophes liées aux changements climatiques exacerbent les défis auxquels ces enfants font déjà face pour exercer leur droit à l’éducation. L’éducation représente leur seul espoir. Toutefois, davantage de ressources financières sont nécessaires pour financer entièrement ces programmes conjoints, soigneusement conçus et adaptés aux crises, qui transformeront l’éducation dans le Sahel central, à condition que le financement soit disponible », a déclaré Gordon Brown, Envoyé spécial des Nations unies pour l’éducation mondiale et Président du Comité directeur de haut niveau d’Éducation sans délai.
 
Les programmes s’appuient sur les résultats dans les trois pays des premiers investissements en situation d’urgence d’Éducation sans délai à hauteur de 30 millions de dollars, qui ont été lancés en 2019. Ces premières réponses en situation d’urgence concernent actuellement plus de 250 000 filles et garçons touchés par les déplacements forcés dans la région.

« Les enfants, les jeunes et leurs enseignants sont désemparés face à l’absence d’une éducation inclusive de qualité et d’un environnement d’apprentissage sûr, car ils sont également la cible de violentes attaques », explique Yasmine Sherif, Directrice d’Éducation dans délai, le Fonds mondial pour l’éducation en situation d’urgence ou de crise prolongée. « Je les ai rencontrés. J’ai vu à la fois le désespoir et la résilience de jeunes adolescentes, qui revendiquent leur droit à l’éducation et demandent à être protégées contre le mariage précoce. Nous pouvons changer tout cela. Les investissements d’Éducation sans délai représentent notre volonté de donner de l’espoir et une réelle possibilité de changement. En collaboration avec ses partenaires, Éducation sans délai appelle les donateurs des secteurs public et privé à le rejoindre, à combler d’urgence le déficit de financement de 117 millions de dollars É.-U. et à mener à bien ses investissements à effet catalyseur dans ces trois programmes communs pour le Burkina Faso, le Mali et le Niger. Nous devons agir maintenant. »
 
Burkina Faso
Au Burkina Faso, plus de 2,6 millions d’enfants et de jeunes ne sont pas scolarisés, et 1,7 million d’élèves supplémentaires risquent d’abandonner l’école. Alors que le gouvernement a accompli des progrès impressionnants grâce à l’amélioration de son système éducatif, la pauvreté, l’absence de documents, le travail des enfants, les handicaps, les grossesses et mariages précoces ainsi que d’autres facteurs poussent de nombreux enfants à quitter l’école. Ainsi, seul un enfant sur dix poursuit ses études secondaires.
 
Avec une subvention à effet catalyseur à hauteur de 11,1 millions de dollars É.-U., le programme pluriannuel de résilience du Burkina Faso cherche à mobiliser 48 millions de dollars É.-U. de financement supplémentaire. Entièrement financé, le programme touchera 913 000 filles et garçons, dont 60 % de filles. Le programme cible particulièrement les enfants déplacés, réfugiés et retournés, les enfants en situation de handicap ainsi que les enfants actuellement non scolarisés.  Le financement initial d’Éducation sans délai ciblera directement 144 000 élèves en situation vulnérable grâce à un ensemble complet d’interventions. Il sera mis en œuvre par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (6,1 millions de dollars É.-U.) et Enfants du Monde (5 millions de dollars É.-U.).

« Au Burkina Faso, le secteur de l’éducation subit les effets négatifs de la crise de la COVID-19 ainsi que de la crise sécuritaire actuelle. Cette dernière a entraîné la fermeture de plus de 2 300 écoles et le déplacement massif de plus d’un million de personnes, tandis que la pandémie de COVID-19 a provoqué la fermeture de toutes les écoles du pays pendant plusieurs mois. Je saisis donc cette occasion pour exprimer ma reconnaissance envers Éducation sans délai pour son appui indéfectible envers nos efforts pour soutenir l’éducation en situation d’urgence », a déclaré S.E. M. Stanislas Ouaro, ministre de l’Éducation nationale et de l’Alphabétisation du Burkina Faso.
 
Mali
Le Mali fait face à une grave crise humanitaire et sécuritaire. Les effets combinés du conflit et de l’insécurité aux multiples aspects ainsi que les inondations à répétition accentuent les vulnérabilités préexistantes et empêchent un accès durable aux possibilités d’éducation. Les attaques aveugles de groupes armés contre les civils, la violence à l’égard des femmes et des filles ainsi que les attaques contre les institutions publiques, y compris les écoles et les établissements de santé, sont courantes. Elles entraînent des déplacements de populations dans une région déjà confrontée aux conséquences des changements climatiques, à l’extrême pauvreté, à l’absence de débouchés économiques et à la pénurie des services de base. L’arrivée de la COVID-19 a aggravé la situation. À l’heure actuelle, environ 3,8 millions de filles et de garçons sont inscrits dans une école primaire ou secondaire au Mali, ce qui signifie que jusqu’à 50 % des enfants ne sont pas scolarisés. 
 
Avec 11,1 millions de dollars É.-U. de financement initial de la part d’Éducation sans délai, le programme pluriannuel de résilience au Mali cherche à mobiliser 30,6 millions de dollars É.-U. de financement supplémentaire. Entièrement financé, le programme, qui s’étend sur trois ans, touchera 370 000 enfants, dont 60 % de filles et 10 % d’enfants en situation de handicap. La subvention à effet catalyseur d’Éducation sans délai sera mise en œuvre par EducCo (2,7 millions de dollars É.-U.), Plan International (2,7 millions de dollars É.-U.), Save the Children (3,2 millions de dollars É.-U.) et le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (2,5 millions de dollars É.-U.). L’investissement permettra non seulement aux partenaires d’atteindre 90 000 enfants et jeunes, mais aussi de soutenir des interventions dans les régions prioritaires en mettant l’accent sur les régions de Mopti et de Menaka, qui présentent les niveaux de vulnérabilité les plus élevés. Les bénéficiaires comprennent les enfants et les jeunes réfugiés, retournés, déplacés à l’intérieur de leur pays et vivant dans des communautés d’accueil.
 
« Le Gouvernement du Mali exprime sa gratitude à l’égard d’Éducation sans délai pour son financement de 11,1 millions de dollars des États-Unis en vue de maintenir une éducation de qualité pour les enfants touchés par des crises et les jeunes affectés par la fermeture des écoles dans les zones d’urgence du pays, par le biais de nombreuses possibilités d’apprentissage », a déclaré M. Kinane Ag Gadeda, Secrétaire général du Ministère de l’éducation nationale du Mali.

Niger
Le système éducatif du Niger est confronté à de nombreux défis majeurs. En 2019, seuls 13 % des élèves du préscolaire, 64 % du primaire, 29 % du secondaire inférieur et 10 % du secondaire supérieur étaient scolarisés. L’investissement cible activement les régions touchées par la crise où ces taux sont tous inférieurs à la moyenne nationale. La crise humanitaire a encore renforcé les pressions sur le système éducatif. Les changements climatiques entraînent une insécurité alimentaire chronique et des déplacements dus à la sécheresse. Ces deux facteurs provoquent des conflits et des migrations transfrontalières qui exercent des pressions importantes sur le système éducatif.
 
Avec un financement initial à hauteur de 11,1 millions de dollars É.-U. de la part d’Éducation sans délai, l’intervention globale pluriannuelle vise à mobiliser 39,2 millions de dollars É.-U. supplémentaires pour toucher un total de 275 000 enfants. Les subventions à effet catalyseur d’Éducation sans délai visent 61 000 filles et garçons, y compris les adolescents des régions de Tillaberi et de Tahoua. Mis en œuvre par le Programme alimentaire mondial (4,4 millions de dollars É.-U.), Plan International (3,3 millions de dollars É.-U.) et World Vision International (3,3 millions de dollars É.-U.), les fonds d’Éducation sans délai bénéficieront à 19 300 réfugiés, à 2 600 enfants et adolescents en situation de handicap, et à plus de 30 000 filles et adolescentes.
 
« Je profite de cette occasion pour réaffirmer notre gratitude et notre reconnaissance envers Éducation sans délai pour avoir approuvé le programme pluriannuel de résilience visant à soutenir les efforts du gouvernement du Niger au cours des trois prochaines années en vue d’aider les enfants vulnérables dans les zones du pays touchées par des crises. J'appelle tous les partenaires du Niger à soutenir ce programme en comblant le déficit de financement afin que la crise touchant le secteur éducatif ne soit pas oubliée parmi les crises qui sévissent dans le pays », a affirmé Yahouza Sadissou, Ministre de coordination pour les ministères en charge de l’éducation au Niger.

###

About Education Cannot Wait (ECW):
ECW is the first global fund dedicated to education in emergencies and protracted crises. It was launched by international humanitarian and development aid actors, along with public and private donors, to address the urgent education needs of 75 million children and youth in conflict and crisis settings around the world. ECW’s investment modalities are designed to usher in a more collaborative approach among actors on the ground, ensuring relief and development organizations join forces to achieve education outcomes. Education Cannot Wait is hosted by UNICEF. The Fund is administered under UNICEF’s financial, human resources and administrative rules and regulations, while operations are run by the Fund’s own independent governance structure.

On Twitter, please follow: @EduCannotWait  @YasmineSherif1  @KentPage 

Additional information available at: www.educationcannotwait.org

To support our efforts and donate to Education Cannot Wait, text ‘ECW’ to 707070 (*from the US and Canada only) or visit www.pledgeling.com/ECW

For press inquiries:
Anouk Desgroseilliers, adesgroseilliers@un-ecw.org, +1-917-640-6820
Kent Page, kpage@unicef.org, +1-917-302-1735

For other inquiries: info@un-ecw.org

À propos d’Éducation sans délai :
Éducation sans délai est le premier fonds mondial pour l’éducation en situation d’urgence ou de crise prolongée. Il a été lancé par des acteurs internationaux des secteurs de l’humanitaire et de l’aide au développement ainsi que par des donateurs publics et privés afin de répondre aux besoins urgents en matière d’éducation de 75 millions d’enfants et de jeunes se trouvant dans des situations de conflit et de crise dans le monde. Les modalités d’investissement du Fonds visent à inciter les acteurs sur le terrain à adopter une approche plus collaborative pour garantir que les organismes de secours et de développement unissent leurs forces afin d’obtenir des résultats en matière d’éducation. Éducation sans délai fait partie de l’UNICEF. Le Fonds est administré en vertu des règles et procédures régissant la gestion des ressources financières, humaines et administratives de l’UNICEF, tandis que les opérations sont menées par la structure de gouvernance indépendante du Fonds.

Retrouvez Éducation sans délai sur Twitter : @EduCannotWait  @YasmineSherif1  @KentPage 

Pour de plus amples informations, consultez : www.educationcannotwait.org

Pour soutenir nos activités et faire un don à Éducation sans délai, envoyez « ECW » par SMS au 707070 (*numéro valide pour les États-Unis et le Canada uniquement) ou rendez-vous sur www.pledgeling.com/ECW

Pour les demandes presse :
Anouk Desgroseilliers, adesgroseilliers@un-ecw.org, +1 917 640 6820
Kent Page, kpage@unicef.org, +1 917 302 1735

Pour toute autre demande : info@un-ecw.org
https://twitter.com/EduCannotWait
Facebook
Instagram
LinkedIn
Email
www.educationcannotwait.org
Do you have comments or suggestions?  

Our mailing address is:
info@educationcannotwait.org

* If you've received this newsletter from a friend - you can subscribe here!

Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list