Copy

Hello <<ton plus beau prénom>> !

Comment va ?
Ça fait plaisir de te retrouver « ici » depuis South Lake Tahoe et le mile 1092... sur 2653 (je sais, ça fait encore long !)

 

Déjà 2,5 mois sur le Pacific Crest Trail et j’ai beau avoir été prévenue qu’on « volerait » en Oregon, à l’approche du marqueur des 1000 miles, je ne pouvais m’empêcher de faire toute sorte de calculs.

À chaque pas une nouvelle multiplication, division :
- « Encore 700 miles pour sortir de Californie. Ça fait 32 jours à une moyenne de 22 miles/jour. 🙄 »
- « 456 miles en Oregon : si on fait 27 miles par jour, on traverse en 17 jours.
- « Et pourquoi pas 30 puisqu’il n’y a presque pas de dénivelé... en 15 jours on traverse ! »

Puis viennent les incertitudes :
- « Mais tout ça c’est sans les ravitaillements, les neroes et zeroes... »
- « Est-ce qu’on arrivera à Washington avant la neige ? »
- « Combien de miles on peut envoyer dans l’Etat de Washington ? Combien de daylight hours ? Est-ce qu’il fera vraiment super froid ? »

1092 miles ou 1754 km, c’est pourtant super 🎉 

À Kennedy Meadows (mile 702), « State Farm » abandonne, ses filles lui manquent trop, il avait reçu ce qu’il attendait du Trail et trouvait maintenant sa démarche égoïste.

À Red’s Meadow (mile 906), « Interview » nous explique qu’il va quitter le sentier et le reprendre à la frontière Washington/Oregon. Il garde NorCal pour la fin - comme ça, pas de neige à Washington...

À Kennedy Meadows North (mile 1017), on retrouve « Splinter », 69 ans, 3ème tentative et j’étais certaine qu’il irait jusqu’au bout.
Il vient d’acheter une moto (la première depuis la naissance de sa fille il y a 47 ans !), il en avait marre de la chaleur, de toujours devoir gravir une autre montagne... à quoi bon ?!



Hier en arrivant à South Lake Tahoe, « 6 strings » nous apprend qu’il part, que « Traps » aussi a abandonné...

La liste est longue.
La liste des personnes qui abandonnent.
La liste des raisons aussi.

Le manque de confort, d’argent, le besoin de rentrer chez soi, la réalisation que ce sentier est looong et difficile ont raison de la motivation de 60-75% des personnes qui démarrent leur thruhike

J’observe mes pensées quand je marche et à n’en pas douter, le calcul est ce qui me sape le plus le moral.

Mais je ne suis pas certaine que ce soit vraiment sur le sentier que ça se joue.



Le danger vient du « vortex »

Ce tourbillon à chaque halte qui nous fait prendre des zeroes ou même des double-zeroes au lieu de simples neroes.

Parce qu’on peut faire toutes les journées de 42 km (26 miles) qu’on veut, les zeroes tuent la moyenne !

Personnellement, les passages en villes m’épuisent : lessive, douche, se repérer pour se réapprovisionner (supermarchés, matériel, poste, etc.) et avec la tramily c’est sympa d’aller boire un verre, d’aller au restau (au cinéma même en plein désert tant il faisait chaud)...

J’en perds mes trail legs, les premiers miles de reprise sont toujours difficiles - physiquement et mentalement...

Car le vortex nous aspire et nous éloigne du sentier.

Changement de stratégie à Red’s Meadow.
Arrivés le matin, on décide d'attendre le reste de la tramily séparée par les orages mais de dormir au camping (avec source chaude naturelle) et ne pas les suivre à Mammoth Lakes.
On décide aussi de ne pas assister à la grande fiesta organisée par « Tree Beard » (c’est Independence Day/ 4th of July).

Au final, on y passe 3 nuits !!
Whaaat?!

Parce que tout est lieu d’échanges et de rencontres en particulier à Red’s Meadow où PCT et JMT (John Muir Trail) convergent.


(Wild Cat qui découvre les vertus du KT tape sur le JMT... et a hâte qu’on lui rende visite à Santa Cruz)

Il y a un café, une boutique, des toilettes, des douches, une buanderie, des bungalows, un camping, les fameuses sources chaudes et un bus qui descend jusqu’à Mammoth Lakes.

Et entre le café et la boutique des tables de camping et au centre la fameuse HIKER BOX.

Un sac, un cageot, un seau, un carton, toutes les formes sont possibles mais le principe est le même. Il est simple : se débarrasser du superflu pour que d’autres en profitent. Nourriture surtout mais aussi vêtements, accessoires, cosmétiques, médicaments... une tondeuse même !

Autour de la hiker box, les conversations se nouent, les amitiés aussi... certainement parce que les JMT hikers ont trop prévu, les PCT hikers arrivent affamés.


(Condiment, Tech et Heavy. Étudiant ingénieur devenu boulanger en 1984, Heavy nous invite à dîner le dernier soir et nous attend à San Diego pour m’apprendre à faire des croissants !)

Plus on avance, plus on apprend.
Continuer d’avancer, garder l’objectif en tête (Canada !)
La tramily nous manque, on cherche le bon équilibre...

Les rencontres insolites continuent...



Et les paysages spectaculaires aussi !


A bientôt pour plus de réflexions et d’images 😃 

Prochaine étape, Donner Pass (mile 1159), à 1h de la maison !!! 

Beau voyage à toi ☀️ 
Perrine


Podcasts 
(1) Viens traverser l'Atlantique en 45 minutes !
(2) Mes voyages post-burnout et ma rencontre avec Nate


Pacific Crest Trail
Presse. Article pré-PCT sur French Morning.
Tous les articles du blog se trouvent ici.
Et toutes les Niouzes là👇🏽
Niouzes 00 - PCT H -23, le premier départ
Niouzes 01 - Le jour J 
Niouzes 02 - Voilà, c’est arrivé
Niouzes 03 - STOP est un acronyme
Niouzes 04 - Du mur aux ponts
Niouzes 05 - Aux portes de la fournaise
Niouzes 06 - 500 miles et plus de photos
Niouzes 07 - Ce dont manquait Cheryl Strayed
Niouzes 08 - Le plaisir de traquouiller dans les gouilles 

Copyright © 2021 Blog leplusbeauvoyage.com, Tous droits réservés

Tu peux te désinscrire ici.

On t'a transféré ce courriel ?
Abonne-toi aux Niouzes pour recevoir les suivantes en cliquant ici !

Email Marketing Powered by Mailchimp