Copy

Hello <<ton plus beau prénom>>

Est-ce que les feuilles tombent chez toi ?

Ici c'est la saison des pumpkin pies et les enfants attendent Halloween avec impatience !
Savais-tu que la citrouille nous vient des Amériques ?

Mais revenons à l'automne...

L'année dernière, l'automne était étincelant dans l’État de Washington.

Étincelant.
Resplendissant.
Éclatant.

Et éprouvant aussi...


Il y a un an le 27 septembre, il nous restait à marcher 20 miles (32 km) jusqu'au terminus du Pacific Crest Trail.

Facile pour nous après des mois à marcher.

Sauf que, sauf que...

Avec l'interdiction d'entrer sur le territoire canadien par voie pédestre, pas de route goudronnée 12 km plus loin : demi-tour obligatoire vers la route défoncée et non asphaltée de Harts Pass pour retrouver la civilisation.

Wild jusqu'au bout..

Surtout que ce matin-là, on se réveille dans la pluie et le froid.
La pluie avait démarré à 15h la veille et le sentier s'était transformé en pataugeoire : on était trempés comme des soupes !

Je te raconte le grand final.

23 sept 2021. Les myrtilliers virent au rouge et quelques mélèzes commencent à jaunir...

C’est parti…
Mais si je démarre mon récit au matin du 27 septembre, je te prive du charme de l’État de Washington.

Alors rembobinons un peu si tu veux bien...


Jour 146. Jeudi 23 septembre

Au réveil, nos affaires sont trempées de la soirée et de la nuit humides (décidément !) et on démarre par un hiker wash matinal (comme les rouleaux du lavage auto mais version randonneur avec les myrtilliers changés en arroseurs à rosée).
Blueberry-hiker-wash (ou lavage automatique de marcheurs aux myrtilliers)
Bientôt la forêt s'efface et laisse place à une vue incroyable : une vallée inconnue, des éperons rocheux, les couleurs d’automne et un tapis de nuages-flocons se déplace rapidement au dessus d'un sommet...
Je veux capturer toutes les plantes et leurs reflets sur les rochers.

Dans les pierriers, on entend l'appel caractéristique des pikas.
On les aime ces petites créatures !
Anemona Alpina
En redescendant dans la forêt, on dépasse le marqueur qui indique 100 miles (161 km) jusqu'à la frontière canadienne.

Youpi !

Si proches du but !
Le monument du Terminus Nord m'appelle.
Il me murmure à l'oreille : "viens, continue, je t'attends".
Dès que je ferme les yeux, il m'apparaît.

Comme un Graal sacré.
Comme un Portoloin.

Que se passera-t-il lorsqu'on le touchera ?
Est-ce qu'on atterrira dans un autre monde ?

A n'en pas douter, on clora un chapitre de presque 5 mois.

En a-t-on vraiment envie ?
Oui et non.
On veut en profiter jusqu'au bout, ne pas en perdre une miette...

La pause déjeuner est bienvenue pour faire sécher toutes nos affaires : tente, duvets, chaussettes, bonnets, etc.

On rencontre Mark, un bénévole de la Pacific Crest Trail Association qui nous parle de la difficulté de maintenir le sentier en état dans ces zones reculées sans hélicoptère.

On repart sans traîner vers High Bridge car le dernier bus pour le village de Stehekin part à 18h.

Stehekin, dernier village.
Dernier arrêt-ravitaillement.


Une belle journée de 32 km qui s'achève.
Stehekin river depuis High Bridge
18h. High Bridge

Dirt Pit aussi attend le bus pour le village de Stehekin.

On ne l'a encore jamais rencontrée.
Elle avance vite et prend beaucoup de jours de repos, presque 20 depuis le début pour en profiter au maximum.

On mange et on campe tous les trois au bord du lac.
Et on s'endort sous la voûte céleste.

Jour 147. Vendredi 24/9

J'ai mes lunes alors je prends mon temps le matin pendant que Nate marche 4 miles aller-retour pour aller à la fameuse boulangerie.
Ai-je déjà mentionné son amour pour les boulangeries ? (chaleureuse pensée pour nos boulangères paloises préférées !)

Stehekin, petit village de 75 résidents permanents au bord d'un lac long et profond (80 km / jusqu'à 453 m).

Aujourd’hui accessible en 2 heures par ferry ou plusieurs jours à pied, c’est un passage emprunté par les Hommes depuis des milliers d'années pour le commerce, les relations sociales, la chasse, la pêche et la cueillette.

Suivant les dialectes, Stehekin signifie "le chemin à travers", "le lieu où l'on tourne" ou encore "sommets des montagnes".

Comme tous ces Hommes avant nous, on ne fait que passer.

Je me vois bien rester une nuit de plus tant la journée est belle.
Tant le lieu m'enchante.
 
Pas le temps de se tourner les pouces :
  • notre tente prend l'eau alors on colle de la bande adhésive sur tous les micro-trous,
  • on trouve une paire de pinces pour resserrer les fermetures éclair qui déraillent,
  • Nate remplace la boucle de la ceinture de son sac à dos (la mienne est à moitié brisée mais tient le coup),
  • le meilleur : la douche et la lessive,
  • on récupère notre resupply box (colis de ravitaillement) à la poste,
  • on charge les téléphones et la batterie externe,
  • on visite la hiker box (qui déborde de barres de céréales, tortillas et nouilles instantanées) : on prend ce qu'on veut et laisse ce qu'on a en trop...

Ziploc et Spot arrivent pile au bon moment, c'est l'heure de déjeuner au soleil, au pied du lac, face aux montagnes.

Au menu : spaghetti, sauce tomate maison (tomates, courgettes, oignons et herbes du jardin) et parmesan envoyés par la Maman de Nate qui savait qu'on passerait un zero ou un nero à Stehekin.
Un régal !!

Qu'on est bien au bord du lac, c'est calme, c'est paisible, ressourçant.
Parfait pour faire la sieste pendant que le linge se lave tout seul...

Nate est en train de bricoler un tapis de sol à Ziploc (son matelas gonflable est crevé et irréparable) avec du papier-grosses-bulles et du scotch à colis (vive le bureau de poste) quand Dirt Pit nous rejoint :
"J'ai trouvé une connexion wifi et regardé la météo : pluie à partir de 16h puis il pleut et il gèle tous les jours les 8 jours suivants !"

Elle part dans 5 minutes, par le bus de 14h to beat the weather - pour devancer le mauvais temps.

Il reste 80,7 miles jusqu'au terminus et 30,6 miles retour jusqu'à Harts Pass.

On doit parcourir 111 miles (179 km) en un temps record...

Comme Dirt Pit, on veut accélérer car on sait que la météo n'ira pas en s'améliorant en octobre.

On n'a pas le temps de tout plier, une lessive tourne encore. 🧺

Le prochain bus pour nous reconduire au sentier 11 miles plus loin part à 17h.
 
Avec Ziploc et Spot, de retour à High Bridge

À 17h45 le 24 septembre, on reprend le sentier.

Mile 2572,9
Le terminus est à 2653,6.
On progresse dans la forêt et apprécie un coucher de soleil acidulé.

Mile 2577,8
On plante la tente pour la nuit.

Demain sera une journée ensoleillée et l'occasion de pousser le plus loin possible.

Jour 148. Samedi 25/9

Une de mes journée favorites car pleine de beauté, de joie, de soleil et d'encouragements.

On dépasse plusieurs marqueurs comme celui ci-dessous et celui des 2600 miles !
7h52 - moins de 75 miles jusqu'au terminus ! 🎉

On enchaîne les cols sous un grand soleil avec des panoramas à couper le souffle.
Rainy pass, Cutthroat pass, Granite pass, Methow pass... je te les recommande tous.

On croise beaucoup de randonneurs au nord de Rainy pass et on comprend pourquoi : les couleurs d'automne - myrtilliers rouges, orange et violets, sapins verts et la star du moment, les mélèzes aux épines jaunes.
Devant un tel décor, marcher ne demande pas d'effort... ou presque !
 

On ne traîne pas et je ne peux m'empêcher de penser que ces instants sont précieux, sacrés.
A jamais gravés dans ma mémoire.

Que je suis heureuse sur ce sentier.
Que je suis chanceuse d'être en bonne santé.

Que je suis ravie de choisir de vivre ce type d'aventure.
De le décider et de défendre ma décision quand les doutes tentent de me déstabiliser.
C'est parfois compliqué de dire non à une vie “confortable”, un travail, une vie sociale, des revenus réguliers...

A cet instant, je me rappelle que mes choix sont valables, que les "sacrifices" ne sont rien à côté de ce qui m'est offert, là maintenant.

“Voilà où tes choix te mènent Perrine…”

Derrière chaque col se cache encore plus de beauté !

Je vais arriver au bout !

Cette idée qui a commencé à germer à l'été 2018 est en train de se réaliser.

Ça y est, j'y crois. J'en suis sûre.
C'est si bon de vivre dehors !!

Je crie ma joie aux montagnes qui me renvoient leur écho en guise d'acquiescement.
Plus l'écho est long, plus ma joie se sédimente.
Plus elle s'ancre en moi.
Rien ni personne ne me l'enlèvera.

Joie, fierté, possibilités, liberté.

Merci la Vie.
Merci à tous mes soutiens 💚 (dont toi <<ton plus beau prénom>> 🥰)

Fin de journée, 29,8 miles au compteur.
(ça fait 48 km !)

Mile 2607,6
46 miles to go!!!
J'interromps le récit pour aujourd'hui car j'ai conscience de sa longueur.
Bravo d'être arrivé.e jusqu'ici <<ton plus beau prénom>> 🙏 

Je veux te ménager pour la suite et te laisse contempler nos mines réjouies… car (🚨 SPOILER) ça ne durera pas !
Bel automne à toi et à très vite pour le second épisode !

Beau Chemin 🍁🍂
Perrine

PS : 🎁 puisque tu es arrivé.e au bout... Cadeau ! 
J’offre 4 places pour une séance de coaching gratuite de 20 minutes - soit jeudi 13/10 soit vendredi 14/10.
Réponds-moi par retour de courriel si tu souhaites débloquer quelque chose, clarifier ou avancer sur un projet… 
Au plaisir de te voir bientôt <<ton plus beau prénom>> 😉 



Interviews à écouter en podcast
(1) Viens traverser l'Atlantique en 45 minutes !
(2) Mes voyages post-burnout et ma rencontre avec Nate (1h05)
(3) Vivre la vie comme un voyage (1h30)
(4) Les Bienveilleurs parlent du burn-out (23 min)
(5) Comment déconstruire un schéma sociétal (1h08)

Pacific Crest Trail
: Presse :
Interview pré-PCT sur French Morning.
: Blog :
Tous les articles du blog et Niouzes se trouvent ici.
: Vidéos PCT :
Le désert (11 minutes)
Évolution de nos visages sur 150 jours (2 minutes)

Intervention au Sommet Chemin de Liberté
🆕 Marche ou (c)rêve - dire oui à l'appel du chemin pour réconcilier le corps et l'esprit (51 min)

Copyright © 2022 Blog leplusbeauvoyage.com, Tous droits réservés

Tu peux te désinscrire ici.

On t'a transféré ce courriel ?
Abonne-toi aux Niouzes et reçois les prochains épisodes en cliquant ici !

Email Marketing Powered by Mailchimp