Copy

Qu'est-ce qu'on boit ?

Chaque jeudi, la SAQ met en prévente ses produits en ligne.
Voici ce que je mettrais dans ma caisse cette semaine. 

L'infolettre gratuite
 
Prévente en ligne du jeudi 1er décembre
Arrivage en succursale prévu autour du lundi 12 décembre


Cliquez ici pour avoir la liste des infolettres hebdomadaires déjà partagées.

Je tente autant que possible de faciliter l'accès à cette infolettre pour donner envie aux néophytes du vin de s'y intéresser. Cela dit, il m'en coûte maintenant 1 800 $ par année de frais Mailchimp. Toute aide est le bienvenue. En échange, vous recevez cette infolettre à minuit le jeudi au moment où les vins deviennent disponibles. Ce n'est pas un abonnement, c'est juste comme donner un pourboire si vous aimez mon travail ! Je ne touche aucun autre revenu avec l'infolettre et celle-ci est libre de publicité. 

Si vous désirez contribuer, vous pouvez le faire en cliquant sur le bouton ci-dessous, ou par virement Interac à infolettre.vincentsulfite@gmail.com (mot de passe : Vincentsulfite).
Contribuer
Contribution annuelle suggérée: 
10 $ si vous achetez une bouteille une fois de temps en temps
25 $ si vous achetez pas mal tous les mois quelques bouteilles
50 $ ou plus si vous allez chercher pratiquement une caisse par semaine à la SAQ

**CERTAINES PLATEFORMES TRONQUENT LA FIN DE MON INFOLETTRE.
ASSUREZ-VOUS DE VOUS RENDRE JUSQU'À LA BIO POUR NE RIEN MANQUER. **

Promo Noël !

Depuis peu, Wino a ouvert sa librairie au 122 rue Bernard Ouest, à Montréal. Énormément d'ouvrages de référence, de livres d'introduction et de beaux livres de collection s'y trouvent. Ça fait de méchants beaux cadeaux pour les Fêtes. 

D'ailleurs, ce samedi 3 décembre, de 13h à 17h, je serai sur place pour dédicacer des copies de mon livre Supernaturel. Bien évidemment, j'assume que plusieurs lecteur.trice.s de mon infolettre le possèdent déjà, mais j'ai jamais eu le droit à de lancement ou de séance de dédicace en raison de la pandémie. C'est donc ma petite revanche. 

J'en profite pour vous dire qu'il nous reste quelques magnums de notre collaboration Verre d'Onge x Très-Précieux-Sang. Ça aussi, ça fait un beau cadeau à un amateur et/ou de vin. 

Bonne semaine !

De soif

Ma Terre 2021 du Domaine Milan (26,95$)
Rosé. Henri Milan est un pionnier du vin sans sulfites en Provence et sa rencontre avec Claude Courtois, vigneron en Loire, il y a une vingtaine d'années, a changé sa vision du vin. Le domaine est situé à Saint-Rémy-de-Provence. C'est aujourd'hui son fils Théophile qui est en train de reprendre le domaine. Rosé qui nous arrive chaque printemps et qui fait bien des heureux. Assemblage 50-50 de syrah et cinsault. Rosé oui d'apéro si on le veut, mais avec quand même toute la structure et l'intensité nécessité pour passer à table ! 
Terre siciliane Muké 2021 de Viteadovest (28,85$)
Rouge. Vignoble de 5 hectares divisé en six zones, sur les municipalités de Marsala et Mazara del Vallo, sur la pointe ouest de la Sicile. Lutte raisonnée, sans désherbage. Les raisins de cabernet sauvignon proviennent de deux parcelles, l'une qui arrive à maturité bien avant l'autre avec laquelle on a fait 10 jours de semi-carboniques en grappes entières, puis l'autre parcelle seulement 2 jours avec fin de fermentation sans les peaux, donc plus près d'un rosé. Assemblage des deux par la suite, ce qui pourrait expliquer cette couleur. C'EST TRÈS BON !!
Bianco de Silvio Messana (29,75$)
Orange. Silvio Messana, que l'on connait déjà bien à cause des vins de son domaine Montesecondo, est un tunisicien, mais dont la famille est d'origine italienne (il parle un excellent français). Il a été musicien à New York, a étudié à Boston et à Florence. Éventuellement, la vie l'a amené à avoir envie de faire du vin. Il a pris possession de son actuel domaine en 2000 et a entamé la conversion vers la biodynamie. J'ai eu la chance de le rencontre en 2019 et de goûter au domaine et c'est vraiment un chic type (et je trouve que ça se goûte dans ses vins). Courte macération de trebbiano sur peaux (5-6 jours), élevage et vinification en cuve béton. Contrairement à ce que la capsule pourrait laisser croire pour certains, ce n'est pas une bulle. 
Sassaia 2020 d'Angiolino Maule (31$)
Orange. Angiolino Maule est un grand vigneron naturel italien situé sur les collines entourant l'ancien volcan Gambellara, qui contrastent avec le plat de la Vénétie. Aujourd'hui, il fait les vins avec son fils Alessandro. Donc, garganega à 100 %, dont la moitié est directement pressée et l'autre macère pendant 2 jours. Ça en fait un vin blanc, mais où l'on va accentuer un peu l'aromatique du garganega. 9 à 11 mois d'élevage en foudres de 30 hectolitres. Je n'ai JAMAIS été déçu par un vin de Maule et le rapport qualité prix est toujours excellent. 
Chinon Extra Ball 2021 de Nicolas Grosbois (23,55$)
Rouge. Aaaah ce cher Nicolas. 9 hectares répartis sur 13 parcelles différentes, travaillés en bio. Il y a une grande histoire d'amour entre ce cher vigneron de la Loire et le Québec, un amour réciproque en plus. Chacune de ses cuvées est un must-buy. Premier arrivage de cette cuvée de cabernet franc. Encore une fois, rien trouvé de l'fuin à me mettre sous la dent pour ce vin :(
Muscadet Le Fief du Breil 2017 des Domaines Landron (37,25$)
Blanc. Domaine en biodynamie mené par Jo Landron, AKA l'une des plus belles moustaches vinicoles. Cette cuvée vient d'une parcelle où l'on retrouve un microclimat chaud qui permet d'aller chercher un peu plus de maturité. Vendange manuelle, pressurage direct avec débourbage à froid de 24 heures, fermentation en cuve de ciment avec levures indigènes, puis sulfitage (30mg) pour bloquer la fermentation malolactique (allô la pomme verte). 
Beaujolais 2021 du Château Cambon (27,10$)
Rouge. Le Château Cambon est né en 1914 alors que des femmes plantent le vignoble pendant que les hommes sont à la guerre. Le vignoble est à mi-chemin entre Brouilly et Morgon et se retrouve dans aucun des crus, ce qui explique que les vins ne sont toujours qu'en appellation village. C'est Marie Lapierre qui est à la tête du vignoble (au nom, vous pouvez reconnaître une connection avec feu Marcel Lapierre), puisque les Lapierre et les Chanudet (cuvée du chat) ont racheté en 1995 le domaine de 13 hectares. On a ici leur beaujolais d'entrée de gamme, gamay en macération carbonique en toute simplicité. 
Achaia Malagousia 2021 du Domaine Tétramythos (19,20$)
Blanc. Le Domaine Tetramythos fait des trucs assez intéressants dans le Péloponnèse. Je recommande toujours leurs vins quand je les vois passer en SAQ. Panayiotis Papagiannopoulos travaille surtout avec les cépages indigènes de la région et tente d'ajouter son grain de sel dans la définition des vins de la région. 100 % malagousia en inox. 
Grüner veltliner 2019 de Nikolaïhof (23,40$)
Blanc. Plus vieux domaines autrichiens et également un des pionniers en matière de biodynamie. C'est Ward et associés qui fait rentrer ça. Du grüner vetliner d'apéro à acheter à la caisse pour sa tension et son côté légèrement oxydatif. C'est tellement pas cher, je vois pas ce qu'il vous faut de plus. 
Saumur-Champigny 2019 du Domaine Chancelle (26,30$)
Rouge. Lydie et Thierry Chancelle gèrent leurs 14 hectares de vignes sans aucun intrant chimique. Ils sont situés dans le village de Turquant, tout près de Saumur et font du chenin et du cabernet franc. 6 à 12 mois d'élevage en foudres sur ce vin, mis en bouteille sans filtration et avec uniquement un poil de sulfites. 
Metamorphika Xarel-Lo Amphorae 2021 de Costador (35,50$)
Orange. Joan Franquet travaille principalement de vieux vignobles catalans en haute altitude des montagnes, le tout en bio certifié avec pratiques biodynamiques. Cette cuvée de xarel-lo provient d'une parcelle de vignes de 70 ans sur sols argilo-calcaire. Joan fait 1-2 semaines de macération sur peaux. La fermentation se fait lentement, sur une période de 4 à 6 semaines en amphore, puis le vin fait 6-7 mois d'élevage. La dernière fois que j'ai gouté (en 2019), c'était très bon. 

De curiosité

Amnesya 2021 de Podere Luisa (23,20$)
Orange. Situé en Toscane, c’est aujourd’hui Sauro Burzagli qui s’occupe des vignes de son père Beppe. Le domaine est travaillé en bio. Je n'ai pas eu la chance de goûter cette macération pelliculaire d'une quinzaine de jours de trebbiano et de malvasia fina. 
Grevillière Trousseau 2019 du Domaine Daniel Dugois (29,15$)
Rouge. Domaine actuellement géré par Daniel Dugois et son fils Philippe. Ils travaillent leurs 10 hectares au coeur du triangle d'or, entre Arbois, Salins-les-Bains et Poligny. Ils sont en conversion bio depuis 2019. Je n'ai jamais goûté et les prix m'intriguent beaucoup. Cuvée parcellaire provenant des plus vieilles vignes du domaine. Cuvaison de 25 jours après une macération pré-fermentaire à froid, élevage de 20 mois en vieux fûts. Filtré avant la mise en bouteille. 
Estate Pinot noir 2021 d'Hidden Bench (37$)
Rouge. J'ai rencontré Harald Thiel à RAW la semaine dernière. Sympathique francophile chez qui on sent sincèrement la passion du vin. Une anecdote qui m'a charmé : il a tellement aimé les vins de Yann Bertrand qu'il a demandé à son importateur québécois de lui acheter toutes les bouteilles qu'il trouvait. Il rêve de faire un gamay aussi bon que ceux de Yann. Le domaine est situé dans la sous-région de Beamsville Bench, certifié bio et vinifie avec levures indigènes. Ce pinot noir a vu un peu de bois neuf. Ça se ressent un peu, et je pense que le vin sera meilleur avec 4-5 ans en cave. Même si l'approche est naturelle, les vins sont assez cadrés et ne sont pas tout à fait pour moi, mais je pense qu'ils pourraient plaire à une partie de l'auditoire de l'infolettre. 
Valpolicella 2017 de Brigaldara (21,05$)
Rouge. Domaine familial presque centenaire, mais qui se concentre sur la culture de la vigne et de l'olivier depuis les années 1960. Je n'ai jamais goûté les vins du domaine, mais c'est Symbiose qui importe, j'ai donc confiance en la qualité du produit. Ils embouteillent depuis 1980 et comptent 50 hectares divisés en trois vignobles. Assemblage principalement composé de corvina, corvinone et rondinella. 6 mois d'élevage en inox. 

Bulles

Bérêche et fils Brut Réserve (78,75$)
Champagne. Si vous ne connaissez pas ce producteur, C'EST QUE VOUS N'AVEZ PAS LU MON LIVRE ! L'un de mes champagnes d'entrée de gamme préféré de ce qui se retrouve en SAQ. Les frères Bérêche ont repris le domaine familial des mains de leurs parents il y a une quinzaine d'années. S'inspirant de pratiques biodynamiques, ils s'inscrivent plutôt dans la lutte raisonnée, préférant se garder une certaine marge de manoeuvre sur des millésimes particulièrement difficiles. Assemblage à parts pratiquement égales de chardonnay, pinot meunier et pinot noir, non millésimé. Des bulles texturées, marquées d'une longueur en bouche remarquable. 

De table

Château le Puy 2018 (24,05$/500ml)
Rouge. Mise en contexte : vous êtes 2, vous avez une grosse journée le lendemain, ne voulez pas trop boire. Ce vin est la solution ! Vous ouvrez un magnum à l'apéro, puis, en mangeant votre plat mijoté, vous avez une petite bouteille de rouge ! J'ai jamais envie de boire des vins de Bordeaux. Ça me tente jamais vraiment de me lancer dans cette aventure d'essayer de trouver de la fraîcheur dans quelque chose qui n'en a pas. Mais, comme dans tout, il y a des exceptions et le Château le Puy en est une. Domaine en biodynamie qui fait de beaux vins fruités au bois bien intégré. Dominance de merlot sur cet assemblage. 
Terre d'Argence 2021 du Domaine Morgues du Grès (25,45$)
Blanc. François Collard a repris ce château en rhône sud en 1990 qu'il travaille en bio. Il nous présente ici un blanc d'assemblage du sud : viognier (50 %), petit manseng (35 %) et roussanne (15 %). Le petit manseng n'étant pas autorisé dans l'appellation Costière de Nîmes, le vin est plutôt en appellation Pont du Gard. C'est un blanc gras aux arômes de miel et aux accents du sud qui se mariera bien avec les poissons gras. 
Barbera d'Alba 2020 de Ferdinando Principiano (25,75$)
Rouge. Belle occasion de boire de la belle barbera nature à bon prix. C'est travaillé tout en fraîcheur avec de l'élevage en cuve inox qui permet de goûter le fruit sans avoir l'influence du goût du bois. Fernandino, qui a repris le domaine de son père, n'aimait pas ses premiers vins, costauds et sans personnalité. Il vinifie aujourd'hui avec levures naturelles, fait de longues fermentations et n'ajoute qu'un peu de sulfites à la mise en bouteille. Ça trouvera bien sa place à table dès qu'il y a un peu de viande (volaille, porc, veau).
Terre siciliane Radice 2021 de Vino Lauria (26,55$)
Orange. C'est Vito Lauria qui a repris le domaine sicilien, à 50 km de Palerme, en 2003 et qui a pris 7 ans avant de commercialiser. Il travaille en bio et avec des cépages indigènes à la Sicile. Leur rouge de frappato à très bon prix est toujours très populaire. Cette cuvée de catarratto macère 15 jours sur peaux, puis 6 mois d'élevage en inox. Les vignes sont plantées à 600 mètres d'altitude sur le versant nord de Monte Bonifato.
Tretas 2021 de Joao Eduardo Tavares de Pina (24,60$)
Rouge. J'ai envie de lancer le concours du nom de domaine le plus long de l'univers du vin nature. Je pense qu'on aurait un gagnant ici ! Situé dans le Dão, à Penalva do Castelo, João met surtout l'accent sur la préservation de la biodiversité dans son vignoble. Il fait du vin sans intrant, comme son grand-père le lui a montré. Cuvée de soif produite à partir de mencia à 90 % et complété par du touriga nacional. 
Côtes du Rhône Villages La Petite Bellane 2019 du Clos Bellane (20,95$)
Rouge. Stéphane Vedeau fait du vin en biodynamie, à Valréas, et s'il y a un peu de sulfites, ce n'est pas grand-chose. J'aime tous ses vins, toujours bien maîtrisés, libres, précis et droits. Cette cuvée représente son entrée de gamme. 100 % syrah, partiellement égrappé pour la macération et élevage en ciment.

De grande soif

Le Grand Clos 2020 du Rocher des violettes (38,75$)
Blanc. Xavier Weisskopf s'est installé à Montlouis-sur-Loire en 2005 après avoir été maître de chai en Bourgogne. Il travaille en bio. Cette cuvée est produite à partir de chenins de plus de 90 ans, plantés sur des sols argilo-calcaires. 12 mois d'élevage en fûts de 500 litres (30 % de bois neuf) et inox. Sulfites à la mise en bouteille. 
Eola Amity-Hills Pinot noir 2021 de Vincent (37,25$)
Rouge. J'ai rencontré Vincent Fritzsche lorsque je travaillais chez Wino, un bonhomme super sympatique qui loue des vignobles dans l'Orégon et qu'il travaille de façon remarquable. Il produit des vins de façon très peu interventionniste, avec une grande maîtrise, produisant ainsi des vins d'une grande qualité. C'est du pinot noir avec tout juste suffisamment de corps pour revendiquer sa place à table, mais qui peut être sirotée sans nourriture par ceux qui aiment quand ça pinote.
Le Petit Têtu 2020 du Domaine Jean-Marie Berrux (53,25$)
Blanc. Premier arrivage à ma connaissance du vigneron bourguignon Jean-Marie Berrux en SAQ ! J'avais eu la chance de goûter ses vins en 2019 aux bureaux d'Oenopole et j'avais adoré. Jean-Marie est né en Savoie, vivait à Paris, puis à décidé de tout sacrer là pour aller vivre dans les vignes en Savoie, puis dans le Jura avant d'aller faire son oenologie à Beaune. Il fait depuis 2004 du vin entre Meursault et Puligny-Montrachet. Ce chardonnay fait 12 à 16 mois d'élevage en vieux bois. C'est un assemblage de ses différentes parcelles sur sols majoritairement argilo-calcaires. 

De garde

Cahors Les Laquets 2018 de Cosse-Maisonneuve (43,75$)
Rouge. Toujours agréablement surpris des vins de ce domaine : toujours beaucoup plus de fruits et de plaisir que ce à quoi je m'attends. Catherine Maisonneuve et Matthieu Cosse travaillent 5 hectares de vignes en bio. Cette cuvée de malbec est travaillée pas mal dans le même esprit que tous leurs vins : élevage en bois, pas de filtration, levures indigènes. Je l'ai mis en vin de garde à cause du prix, mais je pense que c'est un beau candidat aux tablées de Noël.  
Barolo Auunziata Vigna Plicotti 2018 de Silvio Grasso (76,50$)
Rouge. Domaine de 14 hectares, à quelques kilomètres de Barolo où ils y ont une parcelle. Alessio, fils de Silvio, tente de limiter au maximum les utilisations de produits à base de cuivre. Cette cuvée provient du petit village de la Morra, reconnu pour les sols de marnes calcaires. Élevage de 24 mois en barriques avant de poursuivre l'élevage en bouteille. 
Saumur-Champiugny Franc de Pied 2020 du Domaine des Roches neuves (65,50$)
Rouge.  Thierry Germain a repris le domaine en 1992 et a entamé la conversion vers la biodynamie. J'aime beaucoup ses cabernets francs d'entrée de gamme. Cette grande cuvée provient de vignes plantées à haute densité dans des sols pauvres de sables et de calcaires. Fermenté en grappes entières suivi d'un élevage en foudres de 12 mois. Son autre grande cuvée Les Mémoires 2020 sort également. 
Chorey-les-Beaune 2020 du Domaine Arnoux Père et Fils (39,50$)
Rouge. Depuis que Charles Lachaux, 31 ans, a repris le domaine en 2012, il a changé les façons de faire, grandement inspiré par son passage à apprendre de Lalou Bize-Leroy. Fini les extractions et les élevages visant à faire des vins denses. Charles a changé la façon de travailler au chai avec des cuvaisons courtes, moins de bois neuf et du travail en grappes entières, mais aussi à la vigne, en palissant haut e en ne rognant plus. Le domaine est d'ailleurs en cours de certification bio. J'ai pas d'info sur cette cuve en particulier puisque leur site n'a pas été mis à jour, mais ils sont du genre à faire 12 mois en fûts puis 3 à 4 mois en inox avant la mise en bouteille. 

De mini-bar

Barr Hill 2022 de Caledonia Spirits (74,25$)
Gin. Todd Hardie et Ryan Christiancen sont apiculteurs et distillateurs, situés à Montpelier, dans le Vermont. Ils ont fondé leur distillerie en 2011 et pendant longtemps, n'avaient qu'un distillateur de 60 litres. Cela dit, à force de gagner des prix en raison de la qualité de leurs produits, ils ont augmenté, sans jamais perdre cette recherche du qualitatif. Pour faire une bouteille de vodka, par exemple, ils disent que ça leur prend 3 livres de leur miel. Ce gin est également fait à partir de miel. Leur Tom Cat Gin sort également, élevé en fûts américains ce qui amène de la couleur et des arômes torréfiés. 

D'apéro/Digestif

Overaged malt de Michel Couvreur (102$)
Whisky. Michel Couvreur a fait carrière en achetant des distillats d'Écosse pour les faire vieillir dans sa cave bourguignonne, dans des fûts de xérès. Il est décédé en 2013, mais sa maison fondée en 1978 demeure. C'est son gendre Cyril Deschamps qui poursuit aujourd'hui l'héritage de Michel. C'est un assemblage de 54 single malts, provenant de 16 distilleries différentes et élevé en fûts de xérès.

Qui est Vincentsulfite ?

En 2017, on m'invitait à une dégustation de vins allemands en après-midi. Bien évidemment, j'aimais le vin, mais pas comme aujourd'hui, mettons. J'y ai rencontré celle qui est aujourd'hui ma mentore, ma boss, mais surtout ma meilleure amie, Emily Campeau. À partir de cette rencontre, j'ai commencé à goûter à beaucoup de vins, j'ai lu énormément et j'ai rencontré un paquet de gens formidables. Ça fait donc quatre ans que j'écris chaque semaine sur ce qui rentre à la SAQ avec toujours la même idée : offrir une vitrine à ceux et celles qui produisent du vin d'artisan. Je suis sommelier au Restaurant Candide, sous la direction d'Emily qui gère la carte, j'ai participé au développement du show Supernaturel, disponible sur Évasion, et j'ai écrit un livre portant le même nom, disponible dans toute bonne librairie. Mon prochain projet ? Faire du vin, les vins de Très-Précieux-Sang

Copyright © 2022 Vincentsulfite, All rights reserved.


Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list.

Email Marketing Powered by Mailchimp