Copy

Qu'est-ce qu'on boit ?

Chaque jeudi, la SAQ met en prévente ses produits en ligne. Voici ce que je mettrais dans ma caisse cette semaine. 

Prévente en ligne du 1er août
En succursales autour du 9 août
Cliquez ici pour avoir la liste des infolettres hebdomadaires déjà partagées (pratique en succursales).

CERTAINES PLATEFORMES TRONQUENT LA FIN DE MON INFOLETTRE. ASSUREZ-VOUS DE VOUS RENDRE JUSQU'À LA BIO POUR NE RIEN MANQUER. 

De soif

Sottise 2018 du Sot de l'ange (22,05$)
Rosé. ALLÔ QUENTIN !! J'ai un immense respect pour Quentin Bourse. S'asseoir avec lui et discuter pendant des heures est super inspirant, parce qu'il a une vision de laquelle il ne déroge pas. Profitons de chacune des bouteilles de 2018, une année où la Loire s'est enfin bien tirée d'affaire (alors que 2019 est catastrophique). 100 % grolleau de Cinq-Mars, non collé, filtration, un chouille de so2 à la mise pour garder le fruit et la couleur intactes (les mots de Quentin, pas les miens), j'ai jamais utilisé le mot chouille de ma chainte vie). 
Unlitro 2018 de Ampeleia (26,90$)
Rouge. Oh wow ! De retour en ligne ! Dans mon coeur, le Raisin gaulois de Lapierre a été remplacé par ce litre de bonheur. Je le rappelle : c'est un side project d'Elisabetta Foradori en Toscane. Vignoble biodynamique planté sur trois niveaux d'altitude différents. Carignan, grenache et alicante bouschet. On achète à la caisse pour traverser l'été !
Lucido 2018 de Marco de Bartoli (22,10$)
Blanc. Vin que j'ai adoré l'an dernier et que j'ai même acheté à nouveau pendant mes vacances en Italie. Bartoli parvient systématiquement à faire des vins vifs et harmonieux. 100 % catarratto en pressurage direct à froid, élevage en inox. Vous pouvez en prendre quelques-unes sans trop hésiter. 

Barunieddu 2018 de Biscaris (23,55$)
Rouge. Mon amour pour le frappato devient redondant, ce cépage qui rappelle souvent le côté fraise du gamay, mais plus mûr (car pousse en Sicile) et qui m'émoustille souvent. Je ne connais que leur millésime 2016 qui avait un côté fermier et animal que les amateurs de vins nature aiment bien. Je ferais confiance à ce domaine biodynamique pour une deuxième année de suite sans problème, surtout que 2018 est un millésime sans aucun soufre. 

 
Saumur-Champigny 2018 de Thierry Germain (24,75$)
Rouge. Du beau cab franc de Saumur-Champigny. Thierry Germain a repris le domaine en 1992 et a entamé la conversion vers la biodynamie. Sur 2017, les trucs que j'ai bus de Thierry étaient de grand plaisir. Le genre de quille où, une fois qu'on a terminé de manger et qu'on a encore soif, ou ouvre sans hésiter et tout le monde est heureux. 

De curiosité

Kalogeri 2018 du Domaine Papagiannakos (20,75$)
Blanc. Je me répète : Oenopole fait un travail de fou pour nous dénicher de belles perles grecques à bon prix. Pas goûté récemment, mais clairement un vin passe-partout à garder pas loin (lire ici : quand t'as pas envie de boire du vin orange qui sent la ferme @jeannemaprap, y'a autre chose que du Gallo). 100 % malagousia, 6 mois en inox. 

Bulles

Triple zéro du Domaine la Taille aux Loups (34,25$)
Bulles. L'an dernier, ces bulles étaient magnifiques. Des bulles expressives qui allaient magnifiquement bien à table, qui pouvaient même être décantées une petite heure, bues à 12 degrés. Je pense qu'elles sont élaborées en méthode ancestrale, mais comme 75 % des sites de vignerons français, on ne trouve rien où les hyperliens ne fonctionnent pas (oui, c'est passif-agressif). 100 % chenin blanc (tous les chenins mènent à Rome). 
Bulles. 100 % pinot noir égrappé, avec courte macération de 2 heures en inox. Méthode traditionnelle, donc 2e fermentation en bouteille. Je n'ai jamais goûté cette cuvée, mais comme ils font un bon rapport qualité-prix sur leur prosecco à 22 $, je me dis qu'un rosé de pinot noir, ça doit bien se passer. 
Terroirs Blanc de blancs Extra brut d'Agrapart (91$)
Champagne. Propriétaire-récoltant situé à Avize qui fait d'excellents champagnes. Ici, deux millésimes ont été assemblés sur différentes parcelles. 100 % chardonnay avec un dosage limité à 5 grammes par litre. C'est du champagne vinifié selon une approche naturelle que l'on retrouve sur plusieurs belles cartes des vins. 

De table

Tinto Tradicional 2018 de Tajinaste (24,90$)
Rouge. Mon dieu que j'aime ce producteur. Le côté fumé que j'adore dans les vins des Îles Canaries est parfaitement bien intégré au vin. Ça pourrait être à la limite un vin de soif, mais c'est surtout un vin polyvalent qui risque de plaire autant au buveur de vin de soif qu'à sa famille qui boit du merlot. 100 % listan négro, élevé en inox à 70 %, le reste en fût de chêne. 

De grande soif

Quand tu vas voir les oiseaux, oublie pas tes
 
Sancerre Rouge 2016 du Domaine Paul Prieur & Fils (31,50$)
Rouge. La famille Prieur fait du vin depuis plus de 10 générations, mais n'a toujours pas compris comment faire une étiquette qui a un minimum de bon sens. N'en demeure pas moins qu'ils savent faire du vin. La clé de leur approche : de longues macérations pour faire ressortir les arômes au maximum et ainsi laisser le terroir prendre le dessus. Du pinot noir de course. 

De garde

Mâcon Terres de Chazeux 2016 de Delphine et Sébastien Boisseau (35$)
Rouge. C'est pas super compliqué : leur chardo, je le boirais tout le temps, et ce que Glou importe, c'est pas mal tout le temps top notch. Ils sont en biodynamie dans le Mâcon. Pinot noir égrappé à 90 % et élevage 12 mois en fûts de chêne. Au début, je pensais vous l'inscrire en vin de grande soif, mais à bien lire la fiche technique de Glou, je pense que ce vin offre quand même une aromatique assez prononcée qui mériterait qu'on prenne un moment pour déguster. 
Pouilly Loché 1ère Réserve 2015 de Céline et Laurent Tripoz (37,25$)
Blanc. Oh. Doux. Jésus. Du Tripoz en SAQ. Arrêtez les presses (directes, jeu de mot littéraire et vinicole). Domaine de 11,5 hectares grandement apprécié chez la plupart des sommeliers et sommelières. Ils travaillent en biody et vinifient le plus naturellement possible depuis le début des années 90. Chardonnay pressé directement avant un élevage de 3 ans. On a commercialisé les 2016 avant les 2015, car ils jugeaient que ces derniers avaient besoin de plus de temps d'élevage pour trouver un bel équilibre. Finale tendue sur une grande minéralité. 
Riesling Grand cru Sommerberg Alsace 2017 du Domaine Albert Boxler (92$)
Blanc. J'ai découvert Boxler dans une dégustation sur l'Alsace donnée par Emily Campeau. C'est dommage que la SAQ n'indique pas le niveau de sucre résiduel et ne précise pas si c'est la cuvée D ou la cuvée E, car il semble y avoir une bonne différence entre les deux. Bref, si ça vous intéresse, c'est définitivement un riesling de garde qui se bonifiera d'année en année. C'est aujourd'hui Jean Boxler qui produit les vins et sa réputation est bien établie dans la région. 
Hautes-Côtes-de-Beaune Orchis 2017 du Domaine Naudin-Ferrand (60,50$)
Rouge. J'aime tout ce que Claire Naudin fait, mais je n'ai pas encore eu l'occasion de goûter un vin d'appellation en provenance de son domaine. Elle travaille 22 hectares répartis sur plusieurs parcelles de la Côte d'Or. Elle opte pour un style assez nature où l'utilisation de sulfites est au minimum, sans filtration ni collage. Cette cuvée a un peu de bois neuf, chose qui peut se goûter en jeunesse, mais qui s'harmonisera très bien avec le temps de garde. Son Premier Cru Nuits-Saint-Georges Les Damodes 2016 sort également cette semaine à 162 $. 
Santenay Le Chainey 2016 de Caroline Morey (49,25$)
Rouge. Je vous ai déjà parlé des vins de Caroline, fille de Jean-Marc, illustre vigneron bourguignon. Elle cherche à laisser chacun des différents terroirs s'exprimer à travers ses cuvées et n'a donc pas de recette de vinification. Je n'ai trouvé des infos que sur 2017, mais ça semble être du pinot noir de grande soif avec beaucoup de longueur. Son premier cru La Comme 2016 sort également à 59,50 $. 
Chardonnay Sursis Côte du Jura 2017 d'André et Mireille Tissot (63 $)
Blanc. C'est aujourd'hui Bénédicte et Stéphane Tissot qui s'occupent de ce domaine biodynamique du Jura. Cette cuvée provient d'un coteau argilo-calcaire et est élevée en fûts de 225 litres (20 % fûts neufs). Du chardonnay de table, à essayer sur un risotto aux champignons (j'attends ma collabo avec Ricardo avec impatience). 
Cru Sauternes 2004 de Barréjats (52,75$)
Blanc. Je ne m'y connais pas tellement en Sauternes et je n'ai pas non plus eu l'occasion d'en boire un bon. Je vous le mets, car c'est Rézin qui importe. Je préfère vous référer à Jean Aubry, du Devoir : « La robe est d’ors excessifs alors que les arômes capiteux et captivants s’ouvrent sur l’orange de Séville, le rôti, l’abricot en gelée et le miel fin. La bouche ? Liqueur somptueuse, presque grasse, satinée et portée par une fine vivacité qui allonge la finale. Quand le déguster ? Après la brioche du brunch matinal, alors que midi sonne, à l’heure du thé sur des biscottis aux amandes, sur ce petit morceau de foie gras poêlé sans pour autant gâcher le repas du soir qui va suivre ou pour mieux rêver la nuit qui s’annonce en vous greffant les ailes du désir »

De François Lambert

Rosso del Bepi 2005 de Quintarelli Giuseppe (206,50$)
François ! J'espère que tu passes un bel été. Dis-moi, voudrais-tu m'accompagner au party de la cidrerie Choinière ? C'est dimanche le 11 août. On pourrait y aller en Lamborghini. Me semble que ça ferait du bin de faire des activités ensemble, ça fait longtemps. Bref, je t'ai déjà parlé de Quintarelli, fais pas semblant que tu t'en souviens pas. Il y a quelque chose de grandiose chez ce vigneron (va donc lire le truc sur le site de Kermitt Lynch). Ce vin n'est produit que lors des bonnes années, sinon il finit en amarone. C'est un vin de pourriture noble, donc on vendange en janvier pour laisser le temps à la pourriture de s'installer (je sens que je t'ai perdu mon François...). 7 ans en barriques slovéniennes avant de passer un bon moment en bouteille.
Côteaux de Tupin 2016 du Domaine Jean-Michel Stephan (141,25$) 
Rouge. Emily Campeau m'a encore bully hier : "Omfg achète-en une pour nous". Donc, je me demandais si t'avais pas 140 $ à me passer pour faire plaisir à ma grande amie qui vient rendre visite en octobre. Je suis allé lire un peu sur le truc pour mieux comprendre son excitation. En Côte-Rôtie, les vigneron-ne-s à l'approche nature sont plutôt rares. Il fait des vins depuis 1994 et a commencé à travailler en nature dès le début (bonjour l'influence d'Yvon Métras et de Marcel Lapierre). François, tu as devant toi de la syrah de grande émotion. Passe-moi 140 $. 

On se partage une caisse d'IP

L'importation privée est vue à tort par plusieurs comme étant inaccessible et coûteuse. De nombreuses agences à Montréal ont pourtant de véritables bijoux dans leurs portfolios et je vais tenter de vous en repérer chaque semaine. Suffit de se trouver des amis avec qui partager la caisse (ou pas) et d'écrire à l'importateur-trice. Bingo !

Pétillant naturel 2018 de Daniel et Bianka Schmitt (40,70$/btl - cs de 6)
Pet nat. Yo. Hier, j'ai goûté ça, et j'ai été un peu renversé sur le cul, les 4 fers en l'air. C'était plein d'énergie, avec un plaisir à gorgée qui donne juste hâte à la prochaine. C'est probablement super dangereux de boire ça avec des amis et d'en avoir juste une sous la main. Ça pourrait créer une émeute. Assemblage d'huxelrebe et de sauvignon. C'est pas compliqué, tout ce que font les Schmitt c'est bon. (Attention, je pense qu'il reste seulement 5-6 caisses). 

"Es-tu dans le vin, toi ?"

L’autre fois j’ai dit à mon chauffeur de taxi que oui…pis il m’a cru. Libre à vous de définir mon statut. Je dirais surtout que je suis un gars qui dépense la moitié de sa paie en vin et qui mange du tofu le reste de la semaine pour compenser. La vérité c’est que j’ai commencé cette infolettre pour que mes parents achètent de meilleurs vins quand je vais souper à St-Lambert, pis je me suis dit que ça pourrait inspirer vos parents aussi, ou vous, accessoirement. Je repère les vigneron-ne-s qui travaillent bien, peu importe le style, la provenance, ou le budget. Comme dirait le Sommelier Nordiq, le vin c’est fait pour être bu en gang. Je ne suis pas sommelier, mais quelqu’un m’a déjà décrit comme l’ange gardien des bons boires.

Copyright © 2019 Vincentsulfite, All rights reserved.


Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list.

Email Marketing Powered by Mailchimp