Copy

Qu'est-ce qu'on boit ?

Chaque jeudi, la SAQ met en prévente ses produits en ligne. Voici ce que je mettrais dans ma caisse cette semaine. 

Prévente en ligne du 16 mai
En succursales le 23 mai
Cliquez ici pour avoir la liste des infolettres hebdomadaires déjà partagées (pratique en succursales).


**Du 17 au 19 mai, il y aura 8 000 pts Inspire par tranche d'achats de 75 $.**

De soif

Envol 2016 du Domaine des Huards (22,70$)
Rouge. Ceux qui me lisent depuis un moment connaissent mon amour pour le Domaine des Huards. C'est un peu une valeur sûre pour moi en SAQ. On y travaille en biodynamie depuis 1998. On a ici un assemblage de gamay, pinot noir et un tout petit peu de cabernet franc. Ça en fait un excellent vin de soif. Super rapport qualité-prix. 
Arbois Les Trias 2016 du Domaine Daniel Dugois (24,55$)
Rouge. Michel (pas Beauchamp, l'autre) de la SAQ Beaubien m'a fait goûter au chardonnay de ce producteur il y a une semaine et j'ai été agréablement surpris pour le prix (je le dis tout de suite, j'ai un grand biais favorable pour les vins du Jura). On a ici une cuvée 100 % trousseau, un cépage que j'affectionne particulièrement pour sa légèreté et son fruit prédominant. C'est du rouge d'après-midi, du rouge de pétanque, du rouge d'énergie. 

Bulles

De la Finca 2015 de Raventos i Blanc (38,75$)
Cava. Vous voulez de la grande bulle sans payer pour du champagne ? C'est exactement ça que vous avez ici. Je vous ai déjà parlé de ce domaine en biodynamie qui fait des bulles avec une grande minéralité et une belle acidité. Cette cuvée est élaborée à partir des raisins des plus vieilles vignes (50 ans) sur les meilleures parcelles. On va même chercher une certaine salinité du sol. J'ai ouvert leur magnum d'une autre cuvée il y a quelques semaines et c'était magnifique, des belles notes de pain grillé. 

BBF Extra brut Blanc de blanc du Domaine Andrée et Mireille (49,75$)
Crémant du Jura. De la grande bulle, vinifiée maintenant par Stéphane et Bénédicte Tissot qui travaillent en biodynamie. Attention, y'a du vin là-dedans. Ce ne sont pas des bulles qui passent dans le beurre, c'est chargé, c'est aromatique. 100 % chardo. Le prix de la bouteille s'explique entre autres par un élevage de 52 mois sur lattes. 

De curiosité

Côtes du Rhône 2017 de La Grande de Piaugier (19,15$)
Rouge. Première fois que je remarque ce producteur en SAQ, importé par La QV. Cette cuvée vient d'une petite colline appelée "Les Briguières" qui aurait un microclimat plutôt frais pour la région. Les 30 hectares de vignes du domaine sont éparpillés sur 80 parcelles très morcelées. Les sols sont majoritairement composés d'argile, alors que la région est normalement plus sablonneuse. On aurait donc au final des vins assez atypiques pour la région, assez légers. Fermentation sur levures indigènes, égrappées, contrôle des températures et élevage en cuve béton. Majoritairement grenache, avec cinsault, syrah et carignan. Bien hâte de goûter !
Lâche moi la grappe Régnié Nature 2017 de Gregory Barbet (23$)
Rouge. Ça m'embête ce vin, parce que je n'en ai absolument jamais entendu parler. Régnié est un cru du Beaujolais que j'aime bien, c'est sans aucun sulfites ajoutés et c'est 23 $. C'est pas bio, c'est en lutte raisonnée. Je ne sais pas qui importe ça. L'étiquette et son nom en font un vin instagrammable (lol), mais EST-CE QUE C'EST BON ? Va bien falloir que quelqu'un se mouille. 

Saint-Bris Exogyra Virgula 2017 du Domaine Goisot (27,45$)
Blanc. Je vous avais mis le 2016 en curiosité, je réitère sur le 2017, mais je n'ai toujours pas eu la chance de goûter. 100 % sauvignon qui s'approcherait d'un chablis en termes de terroir. Ça me semble assez droit, mais tout de même issu d'un vignoble en biodynamie, ce pour quoi je le mets à l'essai. C'est le genre de vin qui va très bien tenir la table et qui se bonifierait probablement pas mal sur une garde de 5 ans.

De table

Guttornio Frizzante 2014 de Croci (23,35$)
Rouge frizzante. Je ne vous l'ai pas mis en bulles, parce que c'est pas exactement la fonction que remplit ce vin et Vins dans les voiles m'a indiqué que la bulle se perdait tranquillement avec l'ouverture de la bouteille. Ça peut le faire à l'apéro avec un plateau de charcuteries, mais c'est surtout un vin de table ou de fin de repas. C'est un vin typique de l'Émilie-Romagne. La bulle est naturelle et il n'y a aucun sucre résiduel. 60 % barbera et 40 % bonarda fermenté sur levures indigènes. Sur le site des importatrices, on peut y lire "Massimiliano croit qu’il est important de toujours expérimenter de nouvelles méthodes de vinification et d’élevage. Il se distingue par ses cuvées élevées sur lies, ce qui donne de la complexité, de l’expression et de la rondeur à ses vins."

Societa Agricola Semplice 2017 de Montesecondo (24,50$)
Rouge. Cette bouteille ne semble pas être un nouvel arrivage, bien que je ne l'ai jamais vu sortir (un peu comme les P'tit Landra). Je vous la mets quand même ici, parce que Montesecondo est un domaine que j'aime vraiment beaucoup. J'ai eu la chance de goûter à leurs vins à l'automne aux bureaux d'Oenopole et ça se très passait. Silvio Messina était musicien à New York avant de prendre possession du domaine en 2000 qu'il a converti vers la biodynamie. Du sangiovese assez facile à boire, mais qui prendra quand même bien sa place  à table. Égrappé pour la fermentation, puis élevé en béton. Pas de filtration, pas de collage, un peu de sulfites à la mise. 

De mini-bar

Couvreur's Clearach Single Malt de Michel Couvreur (65,25 $/700ml)
Whisky. Chaque fois que des Whisky de Michel Couvreur sortent en SAQ, je vous en parle. C'est un grand distillateur. On a ici un single malt distillé en Écosse, élevé en fûts de 500 litres et en demi-fûts de xérès pendant 3 ans. La mention Clearach fait référence à la jeunesse du whisky. Il y a également une cuvée de 12 ans d'âge qui sort cette semaine. 
Grappa di Frappato d'Arianne Occhipinti (74,50$/500ml)
Eau-de-vie de raisin. Je m'y connais peu en grappa, mais je connais les vins d'Occhipinti. Je suis un grand fan de frappato également, un cépage qui donne des notes de fruits en plein dans mes cordes. On me chuchote à l'oreille que ce serait une grappa artisanale de A à Z qui sent réellement le raisin et qui est toute délicate. 

De grande soif

Bianco Terre Siciliane 2016 de Viteadovst (35$)
Orange. OH MY GAWD DU VIN ARANGE !!!!! 15 jours de macération de 80 % grillo et 20 % catarrato. On est à l'extrême ouest de la Sicile, à Marsala et à Mazara del Vallo. Aucune utilisation de produits synthétiques sur le domaine. La QV est bien excitée que ça arrive en SAQ. On m'a dit que les vignerons de ce domaine de 5 hectares ne font pas du vin orange parce que c'est à la mode, mais bien parce que c'est comme ça qu'ils avaient envie de travailler cette cuvée. 
Côtes du Jura Pinot noir 2015 du Château d'Arlay (40$)
Rouge. La semaine dernière, il y a eu une erreur sur le site de la SAQ. La cuvée Corail dont j'ai parlé était en fait une cuvée de rouge et les cépages indiqués n'étaient absolument pas les bons. Bref, je n'ai toujours pas eu la chance de goûter ce domaine, mais je le répète : c'est Symbiose qui importe ça, le domaine est en cours de conversion biologique. J'aurais tendance à croire qu'on a du magnifique pinot noir ici, tout en délicatesse, mais bien évidemment, à 40 $, faut se sentir aventurier !

De garde

Sancerre 2017 du Domaine Vacheron (41,50$)
Blanc. Retour d'un vin que j'ai adoré pendant les Fêtes : très acide à l'ouverture puis change vers des notes tropicales après 1h30 d'ouverture. Ça vaut la peine de le boire sur une longue période. Si vous avez envie d'un Sancerre bien craquant et minéral issu d'un beau terroir, bingo ! En plus, biodynamique depuis 2006. C'est prêt à boire, mais ça peut être conservé sans problème.

Peña Caballera 2016 de Bodegas Marañones (46,25$)
Rouge. Willy de la QV m'a écrit pour me parler de cet arrivage en SAQ. C'est la grande cuvée d'un producteur que je ne connais pas. Ils sont situés proche de Madrid, dans la sous-zone de San Martin de Valdeiglesis. Les étés chauds sont tempérés par les montagnes et l'altitude aide également. C'est donc du grand grenache sur des vignes âgées entre 50 et 70 ans. On fait des fermentations en grappes entières avant d'élever 12 mois sur lies en fût de chêne français de 500 litres. Pas de filtration. Fernando Garcia, le fondateur du domaine, aime beaucoup la philosophie des vins nature et de la biodynamie. C'est peut-être un peu austère en jeunesse, mais ça a un bon potentiel de vieillissement. 
Montestefano Riserva 2013 de Produttori Del Barbaresco (139,75$ MAGNUM)
Rouge. Vous avez ici la coopérative la plus réputée au monde, qui regroupe une cinquantaine de familles membres et qui ont mis sur la map l'appellation Barbaresco. Les achats de raisin de la coop sont motivés par la qualité de ceux-ci et non pas par la quantité. Qui dit Barbaresco, dit nebbiolo. Le magnum qu'on voit dans la photo a vieilli 36 mois en grosses barriques avant de passer 12 mois en bouteille. Ça commence à être prêt à boire, mais ça peut vieillir 20 ans facilement. 
Les cuvées suivantes sortent également cette semaine (merci à Anna de m'avoir aidé à les différencier en mots clés): 
- Ovello Riserva 2014 (139,75$ MAGNUM) : puissant !
- Pora Riserva 2014 (69,25$) : fruits généreux et légèrement terreux
- Rabajà Riserva 2014 (69,25$) : aromatique assez intense, mais très élégant
- Montefico Riserva 2014 (69,25$) : minéralité intense et fruits épicés
- Pajè Riserva 2014 (70 $) : complexe et élégant

De François Lambert

Chassagne-Montrachet Premier cru Les Caillerets 2016 de Caroline Morey (162,50$)
Blanc. François, ô François, dis-moi ce que tu bois et je te dirai qui tu es. On en a déjà parlé, mais arrête d'acheter des Château Pétrus (bien important de prononcer le S, on se souvient tous de ton passage à Un Souper presque parfait). T'as vraiment le look du nouveau riche qui s'achète une maison d'un million à Varennes et qui sort sa blonde au Madison Steak House. Avec les vins de Caroline Morey dans ton cellier, là, déjà, on commencerait à parler. C'est la fille du grand Jean-Marc Morey, aujourd'hui à la retraite. Elle s'occupe de 7 hectares de vignes, fermente sur levures indigènes et élève en barriques de 350 litres. C'est du grand chardonnay de Bourgogne. Elle a aussi une cuvée pour les pauvres à 90,25$ et une pour la classe moyenne à 135 $ qui sortent cette semaine. 

On se partage une caisse d'IP

L'importation privée est vue à tort par plusieurs comme étant inaccessible et coûteuse. De nombreuses agences à Montréal ont pourtant de véritables bijoux dans leurs portfolios et je vais tenter de vous en repérer chaque semaine. Suffit de se trouver des amis avec qui partager la caisse (ou pas) et d'écrire à l'importateur-trice. Bingo !

Ried Prantner 2017 de Tom Straka (34,12$ par btl/cs de 6)
Blanc. Je capote sur le welschriesling. L'aromatique de ce cépage est assez prédominante, sur des notes de pommes, de pêches blanches et d'agrumes. Ça en fait un magnifique vin d'apéro. Straka a appris à faire du vin avec son père. Il travaille aujourd'hui en bio sur 8 hectares. Cette cuvée est fermentée en inox, non filtrée. Gros vin de parc et de pétanque au soleil. 

"Es-tu dans le vin, toi ?"

L’autre fois j’ai dit à mon chauffeur de taxi que oui…pis il m’a cru. Libre à vous de définir mon statut. Je dirais surtout que je suis un gars qui dépense la moitié de sa paie en vin et qui mange du tofu le reste de la semaine pour compenser. La vérité c’est que j’ai commencé cette infolettre pour que mes parents achètent de meilleurs vins quand je vais souper à St-Lambert, pis je me suis dit que ça pourrait inspirer vos parents aussi, ou vous, accessoirement. Je repère les vigneron-ne-s qui travaillent bien, peu importe le style, la provenance, ou le budget. Comme dirait le Sommelier Nordiq, le vin c’est fait pour être bu en gang. Je ne suis pas sommelier, mais quelqu’un m’a déjà décrit comme l’ange gardien des bons boires.

Copyright © 2019 Vincentsulfite, All rights reserved.


Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list.

Email Marketing Powered by Mailchimp