Copy

Qu'est-ce qu'on boit ?

Chaque jeudi, la SAQ met en prévente ses produits en ligne. Voici ce que je mettrais dans ma caisse cette semaine. 

Prévente en ligne du 4 juillet
En succursales autour du 12 juillet
Cliquez ici pour avoir la liste des infolettres hebdomadaires déjà partagées (pratique en succursales).

**Pause-vacances** 
Je pars demain en Toscane (oui, je sais, ça fait très p'tit gars de St-Lambert) et j'ai décidé de me donner deux semaines sans infolettre ni Instagram. Vous pourrez toujours compter sur @thebeaujoe, @orioux, @justedujus et @on.decante !

CERTAINES PLATEFORMES TRONQUENT LA FIN DE MON INFOLETTRE. ASSUREZ-VOUS DE VOUS RENDRE JUSQU'À LA BIO POUR NE RIEN MANQUER. 

De soif

Masieri Bianco 2018 de Angiolino Maule (23,30$)
Blanc. Ça, j'ai une alerte annuelle qui pop sur mon téléphone quand ça rentre à la SAQ. Maule, c'est toujours dans les grands coups de coeur nature en SAQ année après année, surtout pour le prix. 90 % garganega (si beau cépage) et 10 % trebbiano. Pressurage directe, 6 mois en inox, non filtré, non collé, 30 mg/l total de sulfites, donc....NATURE. Proviens de sols volcaniques (donnent de si beaux vins). Millésime sur le fruit et l'élégance. J'men prends 6 et j'en fais vieillir 3 ;)
Les Béatines rosé 2018 du Domaine des Béates (21,55$)
Rosé. Pierre-François Terrat travaille un grand domaine de 40 hectares en bio depuis bientôt 40 ans. On a ici un assemblage de 70 % grenache, 20 % cinsault et 10 % syrah (je me fis aux infos de la QV et non pas celles du site de la SAQ). Millésime 2018 plus frais que 2017, ce qui devrait permettre d'avoir un bel équilibre entre l'acidité, le fruité et le floral. C'est de la presse directe des raisins et on élève en cuve inox.
Granite Muscadet-Sèvre Maine 2017 du Domaine de l'Écu (24,85$)
Blanc. Je me suis rendu compte que je ne vous avais jamais parlé de ce vin. J'ai dû le snobber en me disant "bah, tout le monde le connait". L'écu travaille pratiquement (ou entièrement ?) qu'en amphores, ces grands vases en terre cuite qui favorisent la micro-oxygénation (très cute à plugger en date). Ce melon de Bourgogne (cépage) demeure très droit et tendu, axé sur le terroir et sa minéralité. Le meilleur ami des huîtres et pas pour rien. 
La Noë Muscadet Côtes de Grand Lieu 2017 d'Éric Chevalier (23,40$)
Blanc.  Éric Chevalier est en cours de certification bio et fait d'excellents muscadets pour le prix. Il semble y avoir de bons volume sur ce vin, c'est donc une bonne idée de le noter pour les occasions où vous êtes mal pris-e en succursale. C'est du vin vif, très frais, parfait pour l'apéro (et les huîtres, bien évidemment). 

Première vendange 2017 d'Henry Marionnet (25,35$)
Rouge. J'ai goûté à sa cuvée Renaissance 2017 et c'était vraiment moins mon truc, alors que j'ai toujours eu du plaisir avec les vins de Marionnet. Certains arômes sucrés (vanille?) prenaient le dessus. Sauf erreur, Première vendange semble s'en être échappée. Bref, Marionnet est dans les producteurs nature qu'on attend impatiemment chaque année en SAQ, alors je tenais à vous le mettre ici. Du gamay nature fermenté en grappes entières de Touraine. 

De curiosité

Gentil 2017 de Meyer-Fonné (20$)
Blanc. Je vous ai déjà parlé de leur arrivage de grand cru. 3e générations de vignerons à s'occuper de ce domaine du Haut Rhin, à Katzenthal (parfait pour Quelques Arpents de piège). La clé de la vinification : travailler sur les lies très fines dans de grands foudres pour l'élevage. Devrait donner un bel équilibre entre côté mielleux, aromatique du muscat et du pinot blanc et l'acidité du riesling. 
Cabirol Montsant 2018 d'Azul y Garanza (18,30$)
Rouge. J'ai bien aimé l'Altamente pour le prix, à 15 $, mais après quand même pas mal d'ouverture et de carafage. Pas que c'était forcément lourd, mais je trouvais le fruit beaucoup plus libéré après de l'ouverture, encore meilleur le lendemain. Montsant est une appellation un peu dans l'ombre du Priorat, au sud de Barcelone. Vin de BBQ. 
DR Debina Respect Orange Wine 2017 de Zoinos Winery (25,55$)
Orange. Je ne vous mentirai pas : je n'ai pas aimé ce vin l'an dernier. Aucune personnalité. C'est rare que je fasse ça, mais je me le permets sur cette cuvée parce qu'à la vu du mot orange plusieurs voudront l'essayer. Tant mieux si 2017 est mieux, mais mettez donc plus de sous sur Maule, vous ne le regretterez pas ;). À savoir quand même le vin c'est hautement subjectif et que je suis personne moi au fond. 

Bulles

Crémant de Limoux 2017 de Monsieur S. (27,25$)
Crémant. J'ai servi la Blanquette de Monsieur S au Wine Club du Datcha à deux reprises en juin et c'était maladement bon. C'était même dans le top 3 de Rosalie, sommelière au Montréal Plaza, dans la publication de @thebeaujoe. Le crémant est davantage gourmand, surtout en raison du chardonnay. Les notes oxydatives sont bien présentes et la bulle est très fine, laissant toute la place à l'aromatique. Étienne fait toujours de longs élevages sur lattes : 24 mois. Pas de collage ni filtration. P.S. à la SAQ : c'pas un pétillant naturel, y'a une 2e fermentation les chums ;)
Amalia Brut du Domaine Tselepos (26,05$)
Bulles. Yiannis Tselepos a appris l'oenologie en Bourgogne et a un style axé sur l'expression du terroir. Cuvée produite en l'honneur de sa femme que je remarque pour la première fois en SAQ. Bulle très délicate sur un cépage qu'on voit rarement en mousseux, le moschophilero. Méthode traditionnelle pour ce qui est de la bulle. 

Vida al Camp Brut Rosé 2015 de Vinedos Familiares (21,30$)
Cava rosé. Maccabeu, trepat et xarel-lo vieillit 15 mois en barrique. J’en ai bu deux pendant les fêtes et ce que j’ai vraiment adoré, c’est la très haute acidité du cava. La bulle est pas mal fine également. Des bulles sous la barre de 25 $, quand c'est bien fait, faut en profiter.

De table

Barbera d'Asti 2016 de Cascina La Roera (24,10$)
Rouge. Claudia Rosso et Piero Nebbiolo (..........) font du vin ensemble. Barbera d'Asti que c'est drôle (........). Pour vrai, si ça se désabonne en malade cette semaine je saurai pourquoi. Bref, vin dont j'ai bu les deux derniers millésimes et que j'ai bien adoré : notes animales, de cuir et de ferme au nez. Le 2015 était un peu chaud en alcool, mais 2016 est retombé à 13,5 % d'alcool. Bon à table, mais sans aucune lourdeur. 
Pic Saint-Loup Bonne Pioche 2016 du Domaine Clavel  (26,40$)
Rouge. Je ne connais pas ce domaine, mais comme c'est Rézin qui importe, ben forcément ça doit être bon ! Biodynamique depuis 2007 avec le soucis de développement un écosystème favorable à la vigne. Au niveau de la vinification, on travaille chacun des cépages de chacune des parcelles différemment avant d'assembler. Sur cette cuvée, il y a donc de l'égrappage, de la grappe entière et du foulage. Syrah, grenache et mourvèdre. 
Côte du Jura Les Sarres Savagin 2017 du Domaine Rijckaert (33$)
Blanc. Le savagnin est très certainement l'un de mes cépages préférés. Associé au Jura, il a une tendance oxydative, avec des notes de noix et de pomme bien mûre. J'adore cette maison qui travaille à la fois en Bourgogne et dans le Jura, mais j'ai quand même un petit penchant pour leurs cuvées jurassiennes. Cette cuvée est issue des raisins du domaine, qui travaille en lutte raisonnée. 2017 : beau millésime, mais quantités restreintes en raison de gelées d'avril, suivi d'un printemps moche (comme s'annonce 2019 en Loire). 

De grande soif

Côtes du Jura Champs Poids 2016 d'Anne & Jean-François Ganevat (51,75$)
Blanc. J'avais compris que c'était les raisins du domaine, fak j'en ai acheté 6 à minuit et demi hier... Et là @on.decante a indiqué que c'était du négoce alors j'ai refait mes recherches pour me rendre compte qu'il avait raison. C'est assurément délicieux, c'est juste moins licorne, c'est moins ça que tu veux coucher dans le sous-sol de ta mère pour impressionner la visite dans les années à venir. Fak j'vais en retourner 3. Bref, j'ai trouvé une petite bio vraiment intéressante sur Ganevat, à lire. Cette cuvée provient de chardonnay planté en 1986 sur un terroir de calcaire du Bajocien. Vinification sur futs pendant 24 mois, sur lies. Aucun ajout de sulfites.
Côtes-du-Jura 2014 du Domaine Jean Bourdy (29$)
Rouge. Du Jura, ça prend bien la table, mais ça se descend aussi souvent facilement à bien des moments de la journée, surtout ceux de Jean Bourdy. C'est fait pour les amateurs de vin par contre. Longs élevages de 4 ans dans des tonneaux de chênes de différents volumes. Ouillage la première année, mais après on laisse le vin entrer en contact avec l'oxygène, comme pour le vin jaune. Il est écrit sur le site de la QV que le potentiel est de 5 à 100 ans. Lol. Prenez-en 95 et buvez-en une par année juste pour la joke ! Très nature by the way. 
Régnié 2018 de Guy Breton (33,75$)
Rouge. Y'en a tu qui aime le vin nature dans place ? J'ai rien entendu ! (J'suis tellement dû pour des vacances, j'atteins des sommets). 2018 est un beau millésime en Beaujolais de façon générale, assez généreux en volumes donc facile à vinifier. Guy Breton, surnommé “P’tit Max”, fait partie de la gang des 4 (Thévenet, Foillard, Breton et Lapierre). Du gamay de grande soif. 

De garde

Côte-de-Nuits-Villages 2017 de Naudin-Ferrand (41,25$)
Rouge. J'ai souvent parlé des vins de Claire Naudin, mais je n'ai jamais précisé qu'elle travaille sur deux gammes. Les cuvées Henri-Naudin Ferrand sont en faites en continuité avec le style de son père, donc plus classique. C'est plus traditionnel, souvent délicat et très floral. Ce genre de vin bénéficie généralement d'un peu de temps à la cave pour que l'élevage s'harmonise au vin (mon dieu que je me sens intelligent après une telle phrase). 

De François Lambert

Pettineo Terre Siciliane 2016 d'Arianna Occhipinti (82$)
Rouge. François ! Vas-tu t'ennuyer de moi pendant tes vacances ? T'en profiteras pour boire les vins poches qui trainent dans le fond de ta cave, faut faire de la place ! Je ne me tannerai jamais de remplir ta cave. Cette semaine je te parle d'Arianna Occhipinti, la reine du frappato, ce cépage que j'aime tant pour sa générosité en fruits. Cette cuvée vient des plus vieilles vignes de la région (60 ans) sur des sols profonds de sables d'origine marine. Tannins soyeux et bonne acidité. 
Bombelieri Terre Siciliane 2016 (82$) : Moins de sable, mais présence de calcaire et d'argile, ce qui donne un vin plus joufflu et épicé. Le calcaire vient donner une bonne vibrance et une belle énergie au vin qui a plus de corps. 
Fossa Di Lupo Terre Siciliane 2016 (82$) : C'est la première parcelle qu'Arianne a cultivée et vinifiée en 2004. Les variations du terroir par rapport à Pettineo (plus de sables avec de l'oxyde de fer) donnent un peu de moins de fruits, mais davantage de salinité et beaucoup de persistances. 

On se partage une caisse d'IP

L'importation privée est vue à tort par plusieurs comme étant inaccessible et coûteuse. De nombreuses agences à Montréal ont pourtant de véritables bijoux dans leurs portfolios et je vais tenter de vous en repérer chaque semaine. Suffit de se trouver des amis avec qui partager la caisse (ou pas) et d'écrire à l'importateur-trice. Bingo !

Calice 2018 de Jean-Phillipe Padié (28,25$/btl - cs de 12)
Rouge. J'ai vu sur Instagram aujourd'hui que cette cuvée de Padié était de retour au Québec et j'ai un peu jubilé. Il fait du vin depuis une quinzaine d’années et s’est installé à Calce avec Domaine de l’Horizon, Tom Lubbe à l’origine, Olivier Python, etc. Il a une approche à la vigne complètement différente qui permet d’aller chercher de la fraîcheur, inspiré de la biodynamie sans l'être à 100 %. Vous êtes plusieurs à capoter (moi de même) sur son Petit taureau, année après année. Calice, l'an dernier, c'est la bouteille que je buvais au goulot en dansant dans un mariage. Me reste juste un mariage à trouver. Assemblage de carignan et de mourvèdre, fermenté en grappes entières avec macération de 5 à 7 jours, élevage en cuve béton de 6 à 8 mois, légèrement filtré et léger sulfitage à la mise. 

"Es-tu dans le vin, toi ?"

L’autre fois j’ai dit à mon chauffeur de taxi que oui…pis il m’a cru. Libre à vous de définir mon statut. Je dirais surtout que je suis un gars qui dépense la moitié de sa paie en vin et qui mange du tofu le reste de la semaine pour compenser. La vérité c’est que j’ai commencé cette infolettre pour que mes parents achètent de meilleurs vins quand je vais souper à St-Lambert, pis je me suis dit que ça pourrait inspirer vos parents aussi, ou vous, accessoirement. Je repère les vigneron-ne-s qui travaillent bien, peu importe le style, la provenance, ou le budget. Comme dirait le Sommelier Nordiq, le vin c’est fait pour être bu en gang. Je ne suis pas sommelier, mais quelqu’un m’a déjà décrit comme l’ange gardien des bons boires.

Copyright © 2019 Vincentsulfite, All rights reserved.


Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list.

Email Marketing Powered by Mailchimp