Copy

Qu'est-ce qu'on boit ?

Chaque jeudi, la SAQ met en prévente ses produits en ligne.
Voici ce que je mettrais dans ma caisse cette semaine. 

L'infolettre des contributeurs 
 
Prévente en ligne du jeudi 15 septembre
Arrivage en succursale prévu autour du lundi 26 septembre


Cliquez ici pour avoir la liste des infolettres hebdomadaires déjà partagées.

Merci de votre contribution. Pour vous en remercier, vous recevez l'infolettre à minuit. La SAQ libère les vins généralement entre minuit et 1h du matin. Comme cette infolettre est écrite à l'avance, il est possible que certains vins ne soient pas disponibles. Il se peut aussi qu'ils redeviennent disponibles dans les prochains jours, c'est un peu aléatoire !

Si vous désirez contribuer à nouveau ou faire votre contribution annuelle, vous pouvez le faire en cliquant sur le bouton ci-dessous, ou par virement Interac à infolettre.vincentsulfite@gmail.com (mot de passe : Vincentsulfite).
L'infolettre gratuite
 
Prévente en ligne du jeudi 15 septembre
Arrivage en succursale prévu autour du lundi 26 septembre


Cliquez ici pour avoir la liste des infolettres hebdomadaires déjà partagées.

Je tente autant que possible de faciliter l'accès à cette infolettre pour donner envie aux néophytes du vin de s'y intéresser. Cela dit, il m'en coûte maintenant 1 800 $ par année de frais Mailchimp. Toute aide est le bienvenue. En échange, vous recevez cette infolettre à minuit le jeudi au moment où les vins deviennent disponibles. Ce n'est pas un abonnement, c'est juste comme donner un pourboire si vous aimez mon travail ! Je ne touche aucun autre revenu avec l'infolettre et celle-ci est libre de publicité. 

Si vous désirez contribuer, vous pouvez le faire en cliquant sur le bouton ci-dessous, ou par virement Interac à infolettre.vincentsulfite@gmail.com (mot de passe : Vincentsulfite).
Contribuer
Contribution annuelle suggérée: 
10 $ si vous achetez une bouteille une fois de temps en temps
25 $ si vous achetez pas mal tous les mois quelques bouteilles
50 $ ou plus si vous allez chercher pratiquement une caisse par semaine à la SAQ

**CERTAINES PLATEFORMES TRONQUENT LA FIN DE MON INFOLETTRE.
ASSUREZ-VOUS DE VOUS RENDRE JUSQU'À LA BIO POUR NE RIEN MANQUER. **

De soif

Cheverny 2020 d'Hervé Villemarde (26,25$)
Rouge. Le home-run de la semaine à mettre dans ton panier, à la caisse même. La rockstar de Cheverny qui se retrouve sur beaucoup de cartes des vins, et ce, avec raison ! Les vins sont électriques et vraiment séducteurs. Hervé a repris le domaine des mains de ses parents en 1999 et l’a converti à l’agriculture biologique. Comme moi, Hervé a une allergie aux sulfites (moi c'pas une vraie, mais bon). Il utilise donc que très peu de soufre lors de la vinification. 60 % pinot et 40 % gamay. Du rouge joufflu, texturé, puissant, mais vraiment généreux en fruits. 
Côites catalanes Cortado 2020 du Domaine de Majas (25,50$)
Rouge. C'est Agnès et Alain Carrère qui font du vin en Côtes catalanes. Ils ont été grandement influencés par Tom Lubbe (Domaine Matassa) et travaillent en bio en plus de vinifier selon les préceptes du vin nature. Beaucoup de bijoux sortent des vins des côtes catalanes et les vins de ce domaine en sont un exemple. Assemblage de 40 % cabernet franc, 40 % grenache noir et 20 % merlot, avec 50 % du vin qui est directement pressé en grappes entières (donc genre rosé), et 50 % du vin qui fait 2 jours de macération en grappes entières (très peu d'extraction en 2 jours). Élevage de 4 mois en cuves béton. Ça se boit comme un rosé foncé, mais ça a visuellement l'air d'un rouge (c'est surtout le merlot qui est en macération). 
L'Échappée belle 2020 du Domaine le Bout du monde (24,40$)
Rosé. C'est Loïc Roure du Domaine du Possible qui a lancé l'invitation à Édouard Laffite de venir partager l'ancienne cave coopérative qu'il venait d'acquérir, à Lansac, dans le Roussillon. Édouard s'est alors trouvé des parcelles en altitude, avec parfois de l'exposition nord, pour s'assurer de conserver un maximum de fraîcheur dans ses vins. Rosé composé à 75 % de syrah et 25 % de cinsault, dans un esprit de grande soif mais aussi de soleil !
Brouilly 2020 de Laurence et Rémy Dufaitre (34$)
Rouge. Arrivage de plus en plus attendu du Beaujolais. Les Dufaitre travaillent année après année le gamay avec une approche minimaliste au chai, visant à faire ressortir le fruit au maximum. À partir de 2001, ils ont commencé leur vignoble d'aujourd'hui 12 hectares en bio à St-Étienne-des-Oullières. Macération carbonique de 10 jours en cuves béton sur ce gamay, suivi de 7 mois en cuves de bois. Des vignes de 50 ans taillées en gobelet sur des sols granitiques. 
Morgon 2020 de Jean Foillard (32,25$)
Rouge. Foillard, membre de la fameuse bande des 4 dans le Beaujolais nature (Thévenet, Foillard, Breton et Lapierre), fait des vins marquants, surtout sur ses grandes cuvées. Ses morgons viennent du terroir de la Côte de Py, l'un des plus prestigieux de la région. Macération carbonique à basse température pendant 3 à 4 semaines sans ajout de sulfites. Il fait un élevage en cuve pendant 4 à 5 mois par la suite. Quentin L. l'a trouvé acide et piquant, peut-être a-t-il échappé une Miss Vickie's Dill pickle épicée dans son verre !!!!!
Achaia Milia 2020 du Domaine Tetramythos (22,45$)
Blanc. Le Domaine Tetramythos fait des trucs assez intéressants dans le Péloponnèse. Je recommande toujours leurs vins quand je les vois passer en SAQ. Panayiotis Papagiannopoulos travaille surtout avec les cépages indigènes de la région et tente d'ajouter son grain de sel dans la définition des vins de la région. 100 % sauvignon en inox. 
Zweigelt 2021 de Meinklang (24,25$)
Rouge. Donc, pas mal toute la planète vin est rendue au courant de l'existence de Meinklang, situé à Pamhagen, dans le Burgenland, collé sur la frontière hongroise, en Autriche. Domaine biodynamique de 70 hectares de vignes qui maintient un excellent rapport qualité-prix sur ses vins. C'est selon moi un joueur important de la démocratisation du vin d'artisan. Ce n'est pas sur cette cuvée qu'ils démontrent le plus leur originalité, mais c'est définitivement d'un bon rapport qualité-prix. Fermentation de 10 jours pour ce zweigelt, élevage en cuve et en fûts. 

De curiosité

Domaine les Béates 2019 (29,35$)
Rouge. Pierre-François Terrat travaille un grand domaine de 40 hectares en bio depuis bientôt 40 ans. Son rosé est un classique dans le l'fun pas cher en SAQ. Cette cuvée composée à 60 % de syrah, 30 % grenache et 10 % cabernet sauvignon en est une plus sérieuse. Tout est vendangé et vinifié séparément avant d'en faire l'assemblage après 15 mois en barriques. 
Naturamania 2019 de Coupe-Roses (21$)
Rouge. Françoise Frissant gère avec son mari et de sa fille cette exploitation familiale dont l'histoire remonte à 1614. Domaine certifié bio dans le Minervois. Cuvée de grenache provenant de sols argilo-calcaire, élevée en fûts de chêne. J'aime beaucoup leur rosé et je suis donc curieux de cette nouvelle cuvée. C'est un vin méthode nature, donc certifié nature, fait à partir de cinsault, grenache, syrah et mourvèdre. Fermentation en inox et je suppose que l'élevage aussi si c'est pas précisé. Légère filtration avant la mise. 
Savigny-les-Beaune Les Pimentiers 2018 du Domaine Arnoux Père et fils (41,25$)
Rouge. Depuis que Charles Lachaux, 31 ans, a repris le domaine en 2012, il a changé les façons de faire, grandement inspiré par son passage à apprendre de Lalou Bize-Leroy. Fini les extractions et les élevages visant à faire des vins denses. Charles a changé la façon de travailler au chai avec des cuvaisons courtes, moins de bois neuf et du travail en grappes entières, mais aussi à la vigne, en palissant haut e en ne rognant plus. Le domaine est d'ailleurs en cours de certification bio. J'ai pas d'info sur cette cuve en particulier puisque leur site n'a pas été mis à jour, mais ils sont du genre à faire 12 mois en fûts puis 3 à 4 mois en inox avant la mise en bouteille. 
Côtes du Forez Dacite 2021 de La Madone (26,60$)
Rouge. Vin auparavant vendu en IP. Gilles Bonnefoy est l'un des producteurs assez réputé de l'Auvergne, terroir volcanique de France. J'aime souvent dire que peu importe les cépages que les gens y travaillent, ce que l'on goûte d'abord, ce sont les terroirs d'Auvergne. J'ai goûté qu'une seule fois, il y a longtemps, mais j'ai des souvenirs de gamays complexe à amener à table. Le nom de la cuvée est, je crois, un hommage à tout ceux qui disent à outrance "that's it el gros". 
Côtes du Rhône Le Temps est venu 2021 de Stéphane Ogier (25$)
Rosé. Stéphane a repris le domaine des mains de son père en 1997 après avoir travaillé en Bourgogne, où il a appris à faire des vins en finesse et en élégance. Il a agrandi le domaine en mettant la main sur des tops parcelles à Côte-Rôtie et à Condrieu, entre autres. Cette cuvée d'entrée de gamme est un assemblage de grenache, carignan et de syrah. J'ai déjà goûté en rouge, mais jamais en rosé !

De table

Trentino Teroldego 2021 de Foradori (35,25$)
Rouge. ÇA, c'est LE vin qui peut, autour de la même table, plaire à l'oncle qui n'aime pas le vin nature ET la jeune millénial qui travaille dans une agence de pub qui ne boit que des pet nat non dégorgés avec 3 pouces de lies et une odeur de brett qui t'amène à penser que quelqu'un est venu en cheval au bureau. Pas qu'il y ait de la brett là-dedans, mais c'est juste que c'est un vin libre, droit, précis, qui bien que plus à l'aise à table qu'à l'apéro, a une acidité permettant de siffler la bouteille sans manger. 100 % teroldego égrappé à 80 %, macéré 3 jours, élevé 12 mois en ciment et en botti. Au-delà du fait qu'Elisabetta Foradori soit une de mes vigneronnes préférées en Italie, c'est surtout une dame extrêmement respectée dans le monde du vin nature. C'est aujourd'hui son fils Emilio qui fait les vins. Le 2020 sort en magnum également à 71 $ !
Montpeyroux 2019 du Domaine d'Aupilhac (25,35$)
Rouge. 'aime beaucoup les vins de Sylvain Fadat, situé dans le Languedoc. Bien évidemment, on est en territoire chaud, d'où le 14 % d'alcool, mais j'ai toujours goûté des vins gourmands en fruit chez Sylvain. Assemblage mettant en vedettes des cépages classiques de la région : mourvèdre, syrah, carignan et grenache. 
Riesling Le Kottabe 2020 de Josmeyer (34,75$)
Blanc. Domaine de 25 hectares situé en Alsace, fondé en 1854, qui travaille en biodynamie depuis la fin des années 90. Leurs vins sont toujours d'une qualité exemplaire, dans toutes les gammes de prix. J'ai goûté ce millésime et c'était vraiment super : riesling sec avec du beau fruit qui en fait un bon candidat avec des poissons. C'est aussi très oui pour l'apéro, mais ça, je pense que vous êtes assez grands et grandes pour le savoir ;)
Mâcon Villages 2020 du Domaine Rijckaert (31,25$)
Blanc. Domaine que j'aime bien pour leur approche au chai des différents vins qu'ils produisent, autant pour ceux en provenance du Jura que du Mâcon. Depuis 2013, c'est Florent Rouve qui s'occupe des vins. Les blancs du Mâcon peuvent être assez opulents, en faisant des bons amis de la table (notamment en cette saison de la raclette). Cela dit, celui-ci provient de communes plus au nord et surtout exposées est, ce qui vient amoindrir ce que je viens de dire.
Coteaux d'Aix-en-Provence 2020 du Château Revelette (25,20$)
Rouge. Peter Fisher est allemand d'origine (né à Baden-Baden, siège social de Manteau Manteau). Il a fait ses études en oenologie à Davis, en Californie, puis a travaillé dans plusieurs domaines, dont le château Revelette. Il décide de le racheter en 1985. C'est un domaine situé à l'extrémité nord de la Provence que Peter travaille en bio depuis 1990. Cuvée d'entrée de gamme composée de syrah, cabernet-sauvignon et d'un peu d'autres affaires. 

De grande soif

Bourgogne 2020 du Domaine Aurélien Verdet (46,50$)
Blanc. Aurélien a appris à faire du vin chez David Duband avant de reprendre le domaine familial en 2004. Il n'est pas certifié bio, parce qu'il ne croit pas aux étiquettes. Trois cuvées font leur entrée en SAQ pour la première fois cette semaine. D'abord, ce chardonnay qui consiste en un assemblage de parcelles d'Arcenant dans les Hautes Côtes de Nuits. 2/3 d'élevage en inox et un tiers en fûts. Ensuite, le Marsannay Champs Perdrix 2019 sort à 66,25 $, provenant d'une toute petite parcelle d'un demi hectare. Puis, dans un budget François Lambert qui va devoir payer plus d'impôts cette année, en Nuits St-Georges, du lieu-dit aux Boudots, des vignes plantées en 1960 sur un tiers d'hectare, ce pinot 2019 à 193,25 $
Neusiedlersee Konkret Weiss 2020 de Meinklang (52,50$)
Orange. La réputation de Meinklang n'est plus à faire, à travailler en biodynamie à Pamhagen, dans le Burgenland, en Autriche, collé sur la frontière hongroise. Cette grande cuvée est composée de trois variétés de traminer (blanc, rouge et gewürz). 30 jours de fermentation sur peaux et rafles en inox, puis 2 ans d'élevage en oeuf béton de 900 litres. Aucun ajout de So2. Je n'ai toujours pas eu de bonne expérience avec ce vin là, après deux tentatives. Ça se peut que je m'entête, vu que j'aime pas mal tout ce qu'ils font dans le bas de gamme. 
Siccagno 2019 d'Arianna Occhipinti (52,75$)
Rouge. Arianna, c’est une rockstar en Sicile, assez emblématique dans le monde du vin nature, nièce de Giusto Occhipinti des vins de COS (elle est rendue plus connue que son oncle, chapeau!). Son domaine a pas mal grandi dans la dernière décennie, ce qui est à saluer, dans l'idée qu'on puisse faire du vin nature et le distribuer plus largement. 100 % nero d'avola provenant de vignes de 35 ans sur sables rouges et craies avec 22 mois d'élevage en foudres de 25 hectolitres. Sa grande cuvée de frappato 2020 sort également cette semaine. 

De garde

Côtes du Jura Savagnin 2018 du Domaine Berthet-Bondet (60,75$)
Blanc. Le domaine familial Berthet-Bondet a été fondé par Chantal et Jean-Pascal en 1984 alors que les deux n'étaient pas issus de familles vigneronnes. Aujourd'hui, c'est leur fille Hélène qui s'en occupe, elle qui travaille au domaine depuis 2013. Ils possèdent 15 hectares de vignes dans le Jura, dont 4,5 à Château-Chalon. La majeure partie des vignes a été planté dans les années 80 et 90.3 ans d'élevage sous voile de levures pour ce savagnin (donc très oxydatif comme vin). Sera à son meilleur dans 5 ans ;) 
Condrieu Les Chaillets 2021 du Domaine Yves Cuilleron (76,50$)
Blanc. Récemment, je vous ai beaucoup parlé des vins d'Yves Cuilleron, membre du trio derrière les Vins de Vienne. L'acquisition de différentes parcelles d'exception un peu partout en Rhône septentrionale explique en partie la renommée de son domaine aujourd'hui. Il fait une viticulture sans agent de synthèse et travaille les vins en levures indigènes. Cette cuvée de viognier fait 50 % d'élevage en foudres et l'autre 50 % en barriques bourguignonnes. 8 mois d'élevage sur lies puis assemblage des différentes parcelles. Également à Condrieu, il sort sa cuvée parcellaire Lieu-dit Verlieu, un peu plus chère mais pas tant, toujours de viognier ;). 

De François Lambert

Le Mesnil-sur-Oger Grand Cru Extra-brut 2009 de Pascal Doquet (154,50$)
Champagne. DUDE, François ! T'as encore fait un fou de toi cette semaine en disant que QS s'attaquait aux entrepreneurs. QS demande aux gens qui ont beaucoup beaucoup d'argent de contribuer davantage, mais être entrepreneur veut absolument dire avoir beaucoup beaucoup d'argent. Tu m'énarves vraiment, mais en même temps tu me divertis. BREF, pour célébrer tes niaiseries, du CHAMPAGNE ! Pascal Doquet est tout de même président de l'Association des champagnes biologiques ! Les vignes qu'il cultive avec sa femme Laure sont certifiées bio depuis 2007. Cette cuvée parcellaire provient de vignes de 50 ans de chardonnay, plantées sur sols crayeux (minéral, pierre à fusil, etc., comme nous dirait Jean-Sébastien de 2017). La vinification se fait en inox, le tout est suivi de 68 mois d'élevage sur lattes. Oui oui, 68 mois. Son autre Grand Cru, Diapason Extra-Brut, sort également cette semaine à 91,25$. 

Qui est Vincentsulfite ?

En 2017, on m'invitait à une dégustation de vins allemands en après-midi. Bien évidemment, j'aimais le vin, mais pas comme aujourd'hui, mettons. J'y ai rencontré celle qui est aujourd'hui ma mentore, ma boss, mais surtout ma meilleure amie, Emily Campeau. À partir de cette rencontre, j'ai commencé à goûter à beaucoup de vins, j'ai lu énormément et j'ai rencontré un paquet de gens formidables. Ça fait donc quatre ans que j'écris chaque semaine sur ce qui rentre à la SAQ avec toujours la même idée : offrir une vitrine à ceux et celles qui produisent du vin d'artisan. Je suis sommelier au Restaurant Candide, sous la direction d'Emily qui gère la carte, j'ai participé au développement du show Supernaturel, disponible sur Évasion, et j'ai écrit un livre portant le même nom, disponible dans toute bonne librairie. Mon prochain projet ? Faire du vin, les vins de Très-Précieux-Sang

Copyright © 2022 Vincentsulfite, All rights reserved.


Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list.

Email Marketing Powered by Mailchimp