Copy

Qu'est-ce qu'on boit ?

Chaque jeudi, la SAQ met en prévente ses produits en ligne. Voici ce que je mettrais dans ma caisse cette semaine. 

Prévente en ligne du 18 avril
En succursales le 25 avril
Cliquez ici pour avoir la liste des infolettres hebdomadaires déjà partagées (pratique en succursales).


NOUVEAUTÉ
J'ai été convaincu, finalement, d'ajouter des photos à mon infolettre. J'étais réfractaire, parce que ne faisant pas de sous avec ça, j'hésitais à investir encore plus de temps. Mais bon, qui sait si un jour je ne lancerai pas une campagne de sociofinancement. 

10X les points Inspire sur les produits bio cette semaine !

De soif

 

Trebbiano d'Abbruzzo 2016 de Francesco Cirelli (23,40$)
Blanc. OMG C'EST EN SAQ ÇA ?? J'ai goûté des cuvées de Francesco Cirelli à RAW New York à l'automne et c'était un gros coup de coeur. Ça va partir vite, je vous avertis. Francesco est près de Pescara, à 8 km de la mer et travaille des cépages indigènes de la région. C'est certifié bio et en plus, il est entouré d'une réserve naturelle. Bref, c'est clean clean clean. On est à 300 mètres d'altitude sur des sols argileux, avec du calcaire actif très sec et friable. On a ici une cuvée 100 % trebbiano d'abruzzo, sur levures indigènes, pressurage direct (donc aucune macération pelliculaire, désolé pour les tripeux de vin orange), en inox sur lies fines.

Camp d'en Fourmaxe 2017 de Jean-Philippe Padié Original  (23,80$)
Rouge. Vous commencez à savoir qu'il ne faut pas rater les vins de Padié, avec son Tourbillon de la vie en blanc et Le Petit Taureau qui sort dans le temps des Fêtes. Le projet Original en fait c'est une collabo avec Jérôme Dupras et Martin Labelle qui en font également une avec Lemasson. Cette cuvée vient d'une toute petite parcelle de carignan et de grenache qu'ils ont acheté à Calce, dans le Roussillon. C'est bio depuis 10 ans, on parle ici de vignes d'environ 35 ans d'âge et on est à 300 mètres d'altitude. L'an passé ça goûtait très bien, j'ai hâte de goûter 2017 sur cette cuvée. 
Sylvaner Peau rouge 2017 de Josmeyer (26,85$)
Blanc. Le nom (j'ai comme eu envie de faire mes recherches, fouillez-moi pourquoi) vient du fait que le vin est issu majoritairement de sylvaner à peau rouge et non, moi non plus je ne savais pas que le sylvaner avait la peau rouge. Bref, je recommande toujours les vins de Josmeyer sans hésiter une seconde : domaine biodynamique depuis fin 90 en Alsace qui travaille extrêmement bien. On fait des fermentations lentes (1 à 4 mois) pour aller chercher une belle aromatique, puis on élève en foudre ou en inox, selon le millésime. Vin floral avec une belle acidité, à boire au parc en après-midi. 
Sancerre Les Grous 2017 du Domaine Fouassier (31,50$)
Blanc. Eh oui, l'Iconoclaste, du même producteur, s'est vendu en un temps record. Ce qui vient confirmer le plaidoyer que je fais depuis le début de cette infolettre pour vous encourager à acheter en ligne. On a ici son blanc, toujours issu de parcelles en biodynamie. Le sauvignon blanc peut donner des vins sans personnalité, surtout à 12-13 $. Par contre, quand on est sur un beau terroir, ça peut avoir beaucoup de profondeur. C'est un vin parfait pour l'apéro, très vivifiant, à boire à 10-12 degrés. 
Morgon Cuvée Joe Beef 2017 de Georges Descombes (28,40$)
Rouge. C'est la cuvée collaborative avec Joe Beef. Du gamay du Beaujolais, de Descombes (dont je vous parlais de son brouilly la semaine dernière). On parle ici d'une vinification naturelle, sans souffre, qui laissera vraiment le fruit s'exprimer. J'ai bien aimé le millésime 2016, à voir comment 2017 se débrouille. Sous la barre des 30 $, très cool !

De curiosité

Gamay Wismer Foxcroft Vineyard 2016 de Bachelder (29,90$)
Rouge. Je ne connais pas ce producteur du Niagara et je n'ai pas goûté leurs vins, mais ceux qui ont goûté m'ont dit que c'était très bon. C'est en fait un projet sur 3 terroirs, en Orégon, en Bourgogne et dans le Niagara. Toujours la même approche, c'est-à-dire laisser le terroir s'exprimer. Ils sont en lutte raisonnée, comme l'est Pearl Morissette par ailleurs.

De grande soif

Skin 2017 du Domaine Fouassier (66,25$)
Orange. OH MY GAWD DU VIN ARANGE ! ON AIME ÇA LE VIN ARANGE, C'EST BON À BOIRE EN GANG PARCE QUE C'EST RARE [sic]. Ben oui, encore le producteur de l'Iconoclaste. Je n'ai absolument jamais goûté cette cuvée et donc, je m'abstiendrai de vous dire comment ça peut goûter. Par contre, à voir comment le vigneron maîtrise bien ses autres cuvées, je vois mal comment ce pourrait ne pas être bon ! On macère le sauvignon blanc en grain entier en amphore 9 mois. Ensuite, on presse et on renvoie en amphore pour un élevage de 7 mois. C'est pas super tannique, c'est un orange pâle et j'aurais tendance à boire ça à l'apéro sans trop m'inquiéter. Pour la petite histoire, ce vin s'appelait Opus auparavant, mais Opus One leur a envoyé une mise en demeure (lolllll). Ah oui et j'oubliais, PAS DE SULFITES AJOUTÉS. 
Chénas Les Blémonts 2017 du Domaine Thillardon (41,75$)
Rouge. Du très très bon Beaujolais de très grand plaisir. J'ai eu la chance de goûter plusieurs de leurs cuvées au Salon de quilles en mars et j'ai eu énormément de plaisir. C'est moins connu que les Descombes, Lapierre et Foillard qu'on attend chaque année, mais je vous jure qu'on est dans les mêmes plaisirs. C'est vraiment un domaine à noter, parce qu'ils ont commencé en 2008 sur des vieilles vignes et maintenant ils travaillent sur 12 hectares en biodynamie. 

De garde

Zeltinger Sonnenuhr Riesling Spatlëse Mosel 2016 de Selbach Oster (36,50$)
Blanc. Les rieslings de la Mosel ont un potentiel de garde assez intéressant en raison de leur grande acidité qui fait que, 15-20 ans après, quand on ouvre une bouteille, le vin semble avoir conservé une fougue remarquable. Idéalement, je vous conseillerais d'en boire une en jeunesse avant de coucher, pour vraiment comprendre comment le vin aura évolué quand vous boirez la deuxième. Le terme Spatlëse veut dire "vendange tardive". On concentre donc les sucres et les saveurs lorsqu'on vendange avec très haute maturité. Je n'ai pas trouvé les infos quant au sucre résiduel, mais Nadia Fournier avait écrit sur le millésime 2009 que c'était trocken (sec). À 8,5 % d'alcool en 2016, je trouve ça très étonnant. Il y a également une autre cuvée parcellaire qui sort cette semaine à 41 $, à coucher également. 
Barolo Riserva 2006 de Fabio Oberto (59$)
Rouge. C'est un producteur que je ne connais pas, mais que je sais que mon ami @mikebo de la succursale Beaubien aime bien, qu'il l'inclut dans ses recommandations de la semaine sous son fameux #leplanduweekend. Oberto sort un barolo sous la barre des 30 $ qui semble-t-il, surprend beaucoup, parce qu'un bon barolo normalement, ça se paye. Bref, cette cuvée réserve a quand même pas mal d'âge, donc 4 ans en barrique, après fermentation sur levures naturelles. 

On se partage une caisse d'IP

L'importation privée est vue à tort par plusieurs comme étant inaccessible et coûteuse. De nombreuses agences à Montréal ont pourtant de véritables bijoux dans leurs portfolios et je vais tenter de vous en repérer chaque semaine. Suffit de se trouver des amis avec qui partager la caisse (ou pas) et d'écrire à l'importateur-trice. Bingo !

Pulp Fiction Yellow 2016 d'Erich Machherndl (45$ par bouteille/cs de 6)
Blanc. J'ai mis ce vin sur mon Instagram cette semaine et les gens ont eu l'air de bien aimer. Désolé de la redondance pour ceux qui me suivent aux deux endroits. Bref, voici ce que j'écrivais. "L’Autriche a cette capacité à produire des vins qui goûtent la limonade et l’électricité qui m’ébahit chaque fois. Pulp Fiction me rappelle Kalkundkiesel de Claus Preisinger. On a ici des vignes centenaires, du Wachau, de gelber muskateller et de gruner veltliner. Erich est la 8e génération à s’occuper du domaine et travaille en bio. C’est herbacé et y’a de la chair, ça se siffle en 8 minutes."

"Es-tu dans le vin, toi ?"

L’autre fois j’ai dit à mon chauffeur de taxi que oui…pis il m’a cru. Libre à vous de définir mon statut. Je dirais surtout que je suis un gars qui dépense la moitié de sa paie en vin et qui mange du tofu le reste de la semaine pour compenser. La vérité c’est que j’ai commencé cette infolettre pour que mes parents achètent de meilleurs vins quand je vais souper à St-Lambert, pis je me suis dit que ça pourrait inspirer vos parents aussi, ou vous, accessoirement. Je repère les vigneron-ne-s qui travaillent bien, peu importe le style, la provenance, ou le budget. Comme dirait le Sommelier Nordiq, le vin c’est fait pour être bu en gang. Je ne suis pas sommelier, mais quelqu’un m’a déjà décrit comme l’ange gardien des bons boires.

Copyright © 2019 Vincentsulfite, All rights reserved.


Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list.

Email Marketing Powered by Mailchimp