Copy

Qu'est-ce qu'on boit ?

Chaque jeudi, la SAQ met en prévente ses produits en ligne. Voici ce que je mettrais dans ma caisse cette semaine. 

Prévente en ligne du jeudi 13 mai
Arrivage en succursale autour du lundi 24 mai

Si vous appréciez mon travail, vous êtes invités à faire une contribution volontaire annuelle en cliquant sur ce lien, ou par virement Interac à infolettre.vincentsulfite@gmail.com (mot de passe : Vincentsulfite). Ce n'est pas un abonnement, c'est comme si vous laissiez du tip à votre camelot à la période des Fêtes. Ceux qui contribuent recoivent l'infolettre le mercredi à minuit, c'est donc de leur faute si c'est sold out ;)

Contribution annuelle suggérée: 
5 $ si vous achetez une bouteille une fois de temps en temps
10 $ si vous achetez pas mal tous les mois quelques bouteilles
20 $ ou plus si vous allez chercher pratiquement une caisse par semaine à la SAQ

**CERTAINES PLATEFORMES TRONQUENT LA FIN DE MON INFOLETTRE.
ASSUREZ-VOUS DE VOUS RENDRE JUSQU'À LA BIO POUR NE RIEN MANQUER. **

De soif

Cheverny 2019 d'Hervé Villemade (25,95$)
Rouge. Le home-run de la semaine à mettre dans ton panier, à la caisse même. La rockstar de Cheverny qui se retrouve sur beaucoup de cartes des vins, et ce, avec raison ! Les vins sont électriques et vraiment séducteurs. Hervé a repris le domaine des mains de ses parents en 1999 et l’a converti à l’agriculture biologique. Comme moi, Hervé a une allergie aux sulfites (moi c'pas une vraie, mais bon). Il utilise donc que très peu de soufre lors de la vinification. 60 % pinot et 40 % gamay. Du rouge joufflu, texturé, puissant, mais vraiment généreux en fruits. 
Rosé de xinomavro 2018 de Thymiopoulos (20,30$)
Rosé. Thymiopoulos fait un travail remarquable en Grèce en redonnant le goût de boire les cépages autochtones de sa région (Naoussa). J'aime beaucoup ce rosé de macération, j'ai toujours trouvé qu'il y avait beaucoup de fruits et pour le prix, c'est très hot. 12 jours de macération puis élevage de 4 mois en fûts de vieux chênes. Non filtré, léger ajout de So2.
Moulin-à-Vent Roche noire 2018 du Vignoble Bulliat (24,55$)
Rouge. C'est mon ami Simon Roy, celui à qui je dois l'illustration en bannière de mon infolettre, qui a fait les étiquettes du domaine pour le Québec. Il a même gagné le prix Embalade du concours de dessin Grafika avec celles-ci. On ne croise pas tant de moulins-à-vent en SAQ, donc ça peut être cool pour les geaks de Beaujolais. Gamay élevé élevé en fûts après, bien évidemment, macération semi-carbo. 
Côtes du Rhône Altitude 2020 de Clos Bellane (21,65$)
Rosé. Toujours un excellent rosé avec un super rapport qualité-prix. Stéphane Vedeau fait du vin en biodynamie et s'il y a un peu de sulfites, ce n'est pas grand-chose. Je le mets ici parce qu'étant quand même un rosé de grenache avec du corps, il trouvera sa place à table et les gens risquent de trouver ça pas mal pas mal bon. En fait, c'est le genre de vin que j'aimerais que mon père achète pour que j'aie de quoi à boire qui me tente quand j'ouvre son p'tit frigo à vin. 
Le P'tit Poquelin 2020 de la Maison B Perraud (24,55$)
Rouge. Parfait pairing avec la série P'tit Quinquin de Bruno Dumont. Isabelle et Bruno Perraud se sont convertis à la biodynamie suite à une intoxication de Bruno avec un des produits de synthèse. Cette cuvée, c'est du gamay de soif du Beaujolais sur lequel on fait de très longues fermentations de 11 mois visant à ne jamais brusquer le vin. Ça fait plus de deux millésimes que j'ai pas goûté et j'ai toujours été grandement surpris par ce vin, pour le meilleur et pour le pire ! Mais moi, vous le savez, des surprises, j'en mange !
Beaujolais 2020 de Château Cambon (26,05$)
Rosé. Cambon c'est la réunion des Lapierre et de Chanudet. Aujourd'hui, c'est Marie Lapierre qui exploite le domaine. Elle travaille en lutte raisonnée. Ce rosé de gamay est un classique chaque année, beaucoup de fruits et de plaisir en bouteille. Deux jours de macération avant le pressurage. 

De curiosité

Petit Chablis 2018 d'Isabelle et Denis Pommier (28,50$)
Blanc. Je ne connais pas ce domaine, mais je vous en glisse un mot, car c'est Rézin qui représente. Denis et Isabelle Pommier ont repris le domaine familial de 2 hectares à Chablis en 1990 et est en cours de conversion bio aujourd'hui. Ils fermentent avec levures indigènes et élèvent sur lies fines, réduisant les doses de soufre en vinification. Je ne sais pas si c'est bon, mais c'est quand même un prix honnête pour la région.
Valpolicella Classico 2019 de Monte Dall'Ora Saseti (25,10$)
Rouge. Nouveau producteur chez Oenopole, autrefois importé par une autre agence en IP. Carlo Venturini et Alessandra Zantedeschi font du vin avec leurs vignes en pergola. Ils ont un grand soucis de la biodiversité où la viticulture cohabite avec la culture d'oliviers, en plus de travailler le tout en biodynamie. Je n'ai jamais goûté leurs vins. Assemblage de corvina, corvinone, rondinella, molinara et oseleta. 20 % de grappes entières, élevage de 3 mois en béton. 

De table

Chianti-Classico 2018 de Volpaia (29,15$)
Rouge. AAAAAH LE CHIANTI. Je suis tombé en amour avec ses vallées, ses petits villages et ses routes sinueuses il y a deux ans (ce qui me semble être il y a 10 ans). Ce qui frappe au niveau des vins, c'est le côté gouleyant que peut offrir le sangiovese lorsque bien travaillé. Domaine représenté par Rézin. Allez lire le mot de Véronique Rivest sur le site de la SAQ si vous avez des doutes !
Bourgogne Côte d'Auxerre 2019 de Guilhem & Jean-Hugues Goisot (27,20$)
Rouge. Domaine biodynamique situé dans l'auxerrois, à Saint-Bris-le-Vineux. Leurs vins sont produits dans un style assez classique, mais très efficace. Tout ce qu'ils font est très bon. Ce sont des vins qui vieillissent assez bien également. Pinot noir avec 1 % de césar, cépage connu presqu'exclusivement dans l'auxerrois, donc dans la partie nord de la Bourgogne. Égrappé ou parfois un peu en grappes entières, selon le millésime, fermentation et élevage en bois. Probablement pas mal avec une volaille. 

De grande soif

Le Mouton blanc 2018 de Delphine et Sébastien Boisseau (31,50$)
Blanc.  Petit domaine de 7,5 hectares dans le Mâcon qui vinifie de façon naturelle, avec des fermentations longues et à basse température pour faire des vins marqués par leur délicatesse. Sur le millésime précédent, j'ai eu vraiment beaucoup beaucoup de plaisir, genre que je suis allé en racheter. Du chardonnay aussi libre et à si bon prix, on ne rate pas ça. 

De garde

Barolo 2016 de Fratelli Alessandria (58,25$)
Rouge. La famille Alessandria a un style qui se situe entre les traditionalistes et les modernistes. Ils ont 12 hectares sur quelques une des plus importants crus de Verduno et Monforte. Des vins de grande élégance. Cette cuvée de nebbiolo fait 20-25 jours de cuvaison, suivi d'un long élevage : 3 ans en botti de chêne français et slavonien,  mois en inox et 6 mois en bouteille. 
Les Bruyères Chardonnay 2018 du Domaine André et Mireille Tissot (66,75$)
Blanc. Stéphane et Bénédicte sont à la tête du domaine familial fondé par le père de Stéphane, André. Lorsqu'il a repris le domaine de 50 hectares, une des premières choses que Stéphane a faites c'est de poser un ultimatum à son père : soit je convertis en bio ou je quitte. Cette parcelle de chardo est exposée plein sud sur des sols argileux avec trias, en Arbois. Long élevage en fûts de près de 24 mois. Grand vin, bon ami de la table très certainement (coucou raclette). Leur cuvée de savagnin ouillé sort également cette semaine. 
Les Argiles 2018 de François Chidaine (42,50$)
Blanc. Donc, la seule fois que j'ai écrit sur Chidaine, c'était en 2018. J'avais alors écrit : "De la très très belle bulle de chenin, tout en profondeur et en délicatesse, sur des douces notes d'agrumes blanches. Un verre de ça détend n'importe qui. Surtout ton petit cousin fatigant de 9 ans. ". Je suis content de voir que mon infolettre vole un peu plus tôt depuis hihihihihi. François travaille en biodynamie depuis 1999. L'appellation Montlouis, où je connais surtout les vins de Jacky Blot, était peut connue avant que Chidaine commence à y produire des vins hautement qualitatifs. Vignes en gobelets sur sols argileux (dah!). Lente fermentation alcoolique, élevage en demi-muids. Pas certain que la malo se fasse sur ce vin, donc vin probablement vif et ciselé dérivant vers les notes de pommes vertes (sauf si son approche a changé dans les dernières années). 

Qui est Vincentsulfite ?

Il y a trois ans, on m'invitait à une dégustation de vins allemands en après-midi. Bien évidemment, j'aimais le vin, mais pas comme aujourd'hui, mettons. J'y ai rencontré celle qui est aujourd'hui ma mentore, ma boss, mais surtout ma meilleure amie, Emily Campeau. À partir de cette rencontre, j'ai commencé à goûter à beaucoup de vins, j'ai lu énormément et j'ai rencontré un paquet de gens formidables. Ça fait donc un peu plus de deux ans que j'écris chaque semaine sur ce qui rentre à la SAQ avec toujours la même idée : offrir une vitrine à ceux et celles qui produisent du vin d'artisan. Je suis sommelier au Restaurant Candide, sous la direction d'Emily qui gère la carte, j'ai planté 400 vignes avec un de mes meilleurs amis au sud du Grand Lac Saint-François, j'ai participé au développement du show Supernaturel, disponible sur le Club Illico, et j'ai écrit un livre portant le même nom, disponible dans toute bonne librairie. 

Copyright © 2021 Vincentsulfite, All rights reserved.


Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list.

Email Marketing Powered by Mailchimp