Copy

Qu'est-ce qu'on boit ?

Chaque jeudi, la SAQ met en prévente ses produits en ligne. Voici ce que je mettrais dans ma caisse cette semaine. 

Prévente en ligne du 27 juin
En succursales autour du 5 juillet
Cliquez ici pour avoir la liste des infolettres hebdomadaires déjà partagées (pratique en succursales).

 
CERTAINES PLATEFORMES TRONQUENT LA FIN DE MON INFOLETTRE. ASSUREZ-VOUS DE VOUS RENDRE JUSQU'À LA BIO POUR NE RIEN MANQUER. 

De soif

Grolleau 2018 de Catherine et Pierre Breton (27$)
Rouge. Oh la boulette ! Que c'était bon l'an dernier ça. Le grolleau est tellement un beau cépage à travailler en vin de soif. Les Breton font tout pour en faire un vin super gouleyant. 15 jours de macération en cuve tronconique, sur levures indigènes, puis 6 mois en barrique. So2 à la mise seulement. Biodynamie certifiée. ON VEUT DES JEROBOAMS DE ÇA OENOPOLE !!
Pinot noir Lune noire 2015 du Vignoble des 2 lunes (28,95$)
Rouge. L'autre jour à la SAQ Beaubien, Julien m'a fait goûtér trois expressions de pinot noir d'Alsace de suite. Émile Beyer, Les Vins pirouettes et celui-ci. Lune noire a été mon préféré : visiblement un beau millésime en 2015, mais surtout du pinot noir travaillé de façon à aller chercher une belle acidité et beaucoup de fraîcheur. Domaine biodynamique qui a bonne coupe, bon prix, bonne réputation !

De curiosité

Omg riesling trocken 2015 de Selbach-Oster (38$)
Orange. Omg les tripeux de vin arange vont capoter. Du riesling de Mosel en macération pelliculaire. Ben oui, de la curiosité à 38 $. Ça vient de chez Rézin. J'adore la Mosel et j'adore le riesling. À comparer avec une Elefanta citron de Lindelaub si jamais il vous en reste une (moi oui hihihi). 

Bulles

Vouvray Méthode traditionnelle brut 2017 de Sébastien Brunet (25,35$)
Bulles. J'ai goûté son chenin en tranquille la fin de semaine dernière à la SAQ Beaubien et j'ai vraiment bien aimé. Très maîtrisé, pas cher. Brunet a une idée bien précise de son terroir et ce qu'il veut faire ressortir dans ses vins. Bulle nature, pas dosée, en bas de 26$, 100 % chenin (dah!). 
Vouvray Brut mousseux 2016 de Vincent Carême (26,10$)
Bulles. Des bulles que j'ai souvent bues, sur plusieurs millésimes et que j'ai toujours apprécié. Encore une fois, le chenin de Vouvray a beaucoup a offrir et en bulles, j'adore les belles notes oxydatives de ce cépage. Le domaine est en bio certifié depuis 2007. 

De table

Vignes des Voises Vieilles vignes Chardonnay 2017 du Domaine Rijckaert (29,40$)
Blanc. J'adore cette maison qui travaille à la fois en Bourgogne et dans le Jura, mais j'ai quand même un petit penchant pour leurs cuvées jurassiennes. Cette cuvée est issue des raisins du domaine, qui travaille en lutte raisonnée. Le chardonnay du Jura a une aromatique très certainement différente de ce qu'on peut goûter en Bourgogne, à boire avec un plat de champis. 
Côtes-du-Rhône Villages Sablet Les Briguières 2016 du Domaine de Piaugier (25,30$). Deuxième fois que je remarque ce producteur en SAQ, importé par La QV, mais je n'ai toujours pas goûté. C'est 14,5 % d'alcool quand même. J'essaierais donc de servir autour de 15 degrés pour trouver une belle balance entre l'alcool qui n'est pas top agressif et les tannins qui demeurent soyeux. Assemblage de grenache et d'un peu de mourvèdre. Probablement un bon candidat pour la garde, mais à tout le moins pour un bbq bien viandeux. 
Syrah d'Ogier 2016 de Stéphane Ogier (23,50$)
Rouge. Stéphane Ogier (un gros nom du vin) a rejoint le domaine en 97. Ils sont situés sur les coteaux d'Ampuis en Côte-Rôti. Comme son nom l'indique, cuvée 100 % syrah. On lit sur La Revue du vin de France que "la précision des derniers millésimes, l’exigence dans la sélection des cuvées parcellaires, et le style qu’affichent désormais les vins placent le domaine parmi l’élite", à savoir tout de même que cette cuvée n'en est pas une de parcellaire. Définitivement à boire en mangeant, mais à 12,5 % d'alcool, je pense qu'on peut s'attendre à de la syrah assez digeste. 
Naoussa 2015 du Domaine Thymiopoulos (25$)
Rouge. J'ai hésité un moment à le mettre en vin de soif ou bien en vin de table. Thymiopoulous produit généralement des vins qui misent sur la fraîcheur, mais n'en demeure pas moins qu'un peu de bouffe à table ne fait pas tort. Domaine biodynamique en Macédoine dont j'adore le xinomavro. Notes de vinification : 25 % en grappes entières et 75 % égrappé, 18 jours de macération en inox, levures indigènes, 12 mois en tonneaux de 500-600 litres. Paraît-il que ça sent et goûte très très bon. 
Fiumeseccu rosé 2018 d'Alzipratu (24,60$)
Rosé. Troisième arrivage en juin des vins de Pierre Acquaviva ! Rosé légèrement coloré : un peu de pressurage direct et de saignée, 100 % sciaccarellu. On me chuchote à l'oreille que ce serait entre le rosé de piscine et de table, donc idéalement au parc avec les copains et une petite salade de quinoa, préférablement une recette de Trois fois par jour.

De grande soif

Terre et ciel 2017 du Domaine Thymiopoulos (69$ MAGNUM)
Rouge. Même cuvée qu'il y a deux semaines, mais en mag cette fois. La cuvée de xinomavro à 18$ en continu à la SAQ m'a souvent dépanné, ainsi que leur blanc Atma. La famille fait du vin depuis des lustres, mais les raisins sont vinifiés que depuis l'arrivée du jeune Apostolos. 18 mois en tonneaux de 500 à 600 litres, pas de collage ni filtration. 100 % xinomavro, beaucoup de fruits à prévoir. 

De garde

Sancerre 2018 du Domaine Vacheron (42,75$)
Blanc. Retour d'un vin dont j'avais adoré le millésime 2017 pendant les Fêtes : très acide à l'ouverture puis change vers des notes tropicales après 1h30 d'ouverture. Ça vaut la peine de le boire sur une longue période. J'ai hâte de voir de quel bois se chauffe le 2018. Si vous avez envie d'un Sancerre bien craquant et minéral issu d'un beau terroir, bingo ! En plus, biodynamique depuis 2006. C'est prêt à boire, mais ça peut être conservé sans problème.
Côtes-du-Jura Savagin 2015 du Domaine Jean Bourdy (41,50$)
Blanc. Vous connaissez mon amour des vins de ce domaine. J'en boirais à la pelle. Le savagnin est un cépage que j'affectionne particulièrement pour son aromatique et sa tendance oxydative. Domaine biodynamique depuis 2006 mené aujourd'hui par Jean-François Bourdy. Même vinification que pour le vin jaune, mais avec 2 à 3 ans de moins d'élevage en petits tonneaux. Magnifique avec les fromages ou la raclette. BEN OUI ESTI DE LA RACLETTE EN ÉTÉ WAKE UP THÉRÈSE. 

De François Lambert

Rilly-La-Montagne 2014 de Bérêche et Fils (121,25$)
Champagne. Ayayaye François ! Deux grandes cuvées de Bérêche millésimées sortent cette semaine. Tu vas pouvoir aller en ondes et expliquer que toi, t'as fait ta fortune en sauvant 7,25 $ quand t'achetais du Bérêche, parce que tu prenais le moins cher ! T'aurais été bon à The Price is Right. Bref, Rilly-La-Montagne, vignes de pinot noir de 36 ans, sol peu profond très calcaire et sableux, beaucoup de silex également. Dosage de 3 grammes par litre et dégorgé en janvier 2018. Le rosé Campania Remensis Extra brut, quant à lui, provient du terroir de la Petite Montagne de Reims. 60 % pinot noir, 30 % chardo et 5 % pinot meunier. Le dernier 5 % ?  - t'es fort en math - vient du vin de Côteaux champenois "En Ormes" 2014. Délicates arômes de fraises sauvages, un peu d'écorces d'orange sanguine et une pointe de gingembre. Dosé également à 3 grammes par litre. Dégorgement en mars 2018. ÇA SE PASSE FRANÇOIS !

On se partage une caisse d'IP

L'importation privée est vue à tort par plusieurs comme étant inaccessible et coûteuse. De nombreuses agences à Montréal ont pourtant de véritables bijoux dans leurs portfolios et je vais tenter de vous en repérer chaque semaine. Suffit de se trouver des amis avec qui partager la caisse (ou pas) et d'écrire à l'importateur-trice. Bingo !

L'Artiglio 2015 de Cinque Campi (62,09$/btl - Cs de 3)
Vino spumante. Cette semaine j'ai demandé à une amie si elle avait bu quelque chose d'émouvant récemment. Elle m'a parlé de cette bouteille de Cinque Campi, importés par PrimaVin. Je commence à bien apprécier les grandes bulles gastronomiques d'Émilie-Romagne grâce aux vins de Pradarolo (importés chez Wino). Méthode de fermentation ancestrale (la même que pour les pet nat, les cocos). 100 % spergola de vignes de 120 ans avec 36 mois d'élevage sur lattes. C'est de la grande bulle. Notes d'abricot, salinité prenante avec tanins soyeux, belle longueur et fines bulles. C'est pas donné, mais c'est en caisse de 3. On va l'avoir not' permis de bière Méo !

"Es-tu dans le vin, toi ?"

L’autre fois j’ai dit à mon chauffeur de taxi que oui…pis il m’a cru. Libre à vous de définir mon statut. Je dirais surtout que je suis un gars qui dépense la moitié de sa paie en vin et qui mange du tofu le reste de la semaine pour compenser. La vérité c’est que j’ai commencé cette infolettre pour que mes parents achètent de meilleurs vins quand je vais souper à St-Lambert, pis je me suis dit que ça pourrait inspirer vos parents aussi, ou vous, accessoirement. Je repère les vigneron-ne-s qui travaillent bien, peu importe le style, la provenance, ou le budget. Comme dirait le Sommelier Nordiq, le vin c’est fait pour être bu en gang. Je ne suis pas sommelier, mais quelqu’un m’a déjà décrit comme l’ange gardien des bons boires.

Copyright © 2019 Vincentsulfite, All rights reserved.


Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list.

Email Marketing Powered by Mailchimp