Copy

Qu'est-ce qu'on boit ?

Chaque jeudi, la SAQ met en prévente ses produits en ligne. Voici ce que je mettrais dans ma caisse cette semaine. 

Prévente en ligne du 23 mai
En succursales autour du 31 mai
Cliquez ici pour avoir la liste des infolettres hebdomadaires déjà partagées (pratique en succursales).

**Salut. Je manque un peu de temps cette semaine pour l'infolettre (il doit y avoir beaucoup de fautes, mais faut que je parte travailler bye), parce qu'un couple de vigneron-ne-s, Succés Vinicola, qui travaille avec WINO (mon employeur) est en ville et je suis un peu tombé en amour. Ils ont commencé à faire du vin il y a 11 ans quand ils se sont rencontrés pour que ça leur coûte moins cher de boisson la fin de semaine. Aujourd'hui, ils font des vins de grand plaisir. Ils seront d'ailleurs au Diplomate ce soir (jeudi) pour une soirée très catalane et j'y serai également, si jamais le coeur vous en dit. **

De soif

Lalalu Rosé 2017 de Inconnu (31$)
Rosé. WOW! Je pensais pas que ça rentrerait en SAQ ça (lol, aucun copier-coller de février ici) ! J’ai bu le sauvignon blanc deux fois cet été et j’ai capoté. C’est du vin de grand grand grand plaisir. C'est une ancienne tatoueuse qui a appris à faire du vin chez Steve Matthiasson. EDIT : j'ai eu la chance de goûter depuis la dernière fois que c'est sorti en SAQ ! Tabarouette que c'est bon, que ça s'ouvre bien, que le fruit est là. On l'a terminé avec des pâtes aux tomates et ragoût, c'était malade mentale. Il n'y en a déjà plus de dispo en ligne, peut-être en croiserez-vous une en succursale, mais j'ai bien peur qu'ils aient juste remis une vingtaine de bouteilles invendues sur le site. 

Les Tètes de Tète blanche (20$)
Blanc. Pas dispo pour le moment, mais devait se vendre cette semaine. Est-ce que les restos ont tout pris ? Qui sait. Bref, c'est ce side-project de Nicolas Grosbois avec 3 autres chums. Le chenin vient de Loire et le sauvignon de Rhône, avec également de la Marsanne. J'y ai goûté à Va te faire Loire. J'ai noté la présence d'une belle aromatique de fruits blancs, mais également l'absence d'acidité. Ça me rappelait un peu ce que j'aime des blancs de Causse Marines, du genre parfait en fin de repas. 

Bulles

Crémant du Jura de Jean Bourdy (27,30$)
Crémant. J'aime beaucoup les vins de la famille Bourdy. Il s'y fait des vins de grand plaisir qui sont un peu une valeur sure en SAQ. Cette cuvée de chardo, vinifiée en méthode traditionnelle, est vieillie un an sur latte (donc en bouteille, couchée, pendant qu'elle continue de fermenter et de produire du gaz carbonique qui fait la bulle). Ce que j'aime beaucoup de ce crémant c'est son aromatique : beurre, miche de pain, un peu levure. On met le nez dans le verre et on a déjà du fun. 
Crémant d'Alsace 2016 du Domaine Barmès Buecher (27,50$)
Crémant. Tous les vins en provenance de ce domaine sont à acheter. Ils travaillent en biodynamie, en Alsace bien évidemment, et se concentrent sur l'expression du terroir à travers leurs vins. Ce crémant est un assemblage de pinot gris, d'auxerrois (mon dieu que c'était bon l'auxerrois de Lindenlaub han ?), de chardonnay, de pinot blanc et de pinot noir. C'est un méthode ancestrale, donc qui fermente en bouteille comme un pet nat. Après dégorgement, au lieu de doser, on ne fait qu'ajouter un peu de pinot blanc pour compenser la perte. 
L'Osmose de Pierre Gerbais (75$)
Champagne. Oh là là, deux cuvées de Gerbais sortent cette semaine ! On est situé sur la Côte des Bar, au sud de la Champagne, sur des sols kimméridgiens très semblables à ceux de Chablis (donc belle charge minérale). FUN FACT POUR IMPRESSIONNER SA DATE : la Côte de Bar est le seul endroit où il reste un peu de pinot blanc. Bref, la cuvée Osmose, c'est 100 % chardo, vignes de 80 ans, élevage sur lattes 36 mois et un petit dosage à 3-4 grammes par litre après dégorgement. 

L'Unique à 123 $, millésime 2014, est en fait une cuvée qui a été produite une seule fois dans la vie du jeune Aurélien Gerbais. Sur 14, c'est 100 % pinot blanc, sans soufre. Élevage sur lattes 36 mois. C'est coûteux des champagnes millésimés, mais si vous voulez faire un vrai beau cadeau, c'est ici que ça se passe. 
Largilier Brut Nature (94,75$)
Champagne. Je vous ai parlé du Coteaux champenois de Jérôme Coessens la semaine dernière. En fait, je l'ai recommandé à notre cher François Lambert pour être plus précis. Cette cuvée vient exclusivement du terroir de Largilier (sols argilo-calcaire, bonne maturité des raisins), 100 % pinot noir. Champagne non dosé, aux arômes d'agrumes, de calcaire, de silex et de pierre à fusil (allô Jean-Sébastien!!!). Jérôme écrit sur son site que l'attaque du vin est ample en raison de l'argile et que la finale est longue grâce au calcaire. Un "vin mousseux", Le Sens boisé,  qui ne semble pas respecter le cahier de charge de la Champagne sort également cette semaine. Jérôme parle d'un vin aux arômes d'agrumes confits, de mirabelle, de cannelle et d'épices, à boire avec des fromages de caractère. 

De curiosité

Le Régal 2018 du Loup Blanc (20,25$)
Rosé. Je vous ai toujours recommandé les vins d'Alain Rochard, propriétaire du Rouge Gorge, qui travaille en bio certifié avec quelques éléments de la biodynamie, dans l'appellation Minervois. Le Régal c'est un assemblage de grenache, grenache blanc, carignan, cinsault et mourvèdre, travaillé en fraîcheur pour faire un rosé d'apéro. J'aurais tendance à croire que c'est assez grand public et c'est 20 $. Difficile de se tromper à ce prix-là. 

De table

Nature 2017 de Coupe-Roses (24,80$)
Rouge. OH MY GAWD DU VIN NATURE. Je suis très curieux de ça puisqu'ils sont en Vin de France, donc hors appellation, alors que d'habitude ce qu'ils font est en Minervois. Que se serait-il passé pour qu'ils fassent un vin hors appellation ? Je sais pas si ça peut avoir un rapport avec ce que je lis sur le site : syrah vinifiée en amphore, pas d'ajout de sulfites, levures indigènes, pas de filtration. Était-il trop fly-pet pour se qualifier ? Patate que oui, patate que non. Ça doit être bon autour d'un BBQ, j'en suis presque certain. 
Clos Canarelli 2018 (40,25$)
Rosé. Je vous ai déjà recommandé le rouge de ce domaine. Domaine de la Corse en biodynamie qui s'inscrit dans la mouvance nature. C'est du rosé élégant et délicat qui se mariera très bien avec les légumes grillés du BBQ. 50 % sciaccarellu, 30 % nielluciu et 20 % grenache, vinifié sur levures indigènes et élevé en inox pour un max de fruit. Sulfites à la mise en bouteille seulement. 
Barolo 2014 de Fabio Oberto (32,25$)
Rouge. Je dois goûter à nouveau ce Barolo parce que j'avais noté que l'alcool était quand même présent. Par contre, si je me fis à ce que d'autres ont dit sur ce vin, je pense que c'est un excellent rapport qualité-prix et c'est toujours plaisant de se carafer ce genre de vin autour d'une grosse bouffe viandeuse.

De grande soif

EleFanta Citron Riesling 2017 de Earl Lindenlaub (48,75$)
Orange. Depuis un mois à peu près, j'ai vraiment l'impression que la SAQ fait tout pour faire apparaître des bouteilles d'autres journées que le jeudi. Pour vrai, j'ai pas juste ça à faire surveiller votre site la gang. Bref, cette cuvée de Lindenlaub est sortie un peu par surprise dimanche. Il en reste une cinquantaine au moment d'écrire ces lignes. Je vous rappelle que Lindenlaub est le genre de vigneron dont on croiserait les produits dans un caviste nature de Paris et qu'on se cacherait des bouteilles dans son manteau pour en ramener plus au Canada. À part vous dire que c'est du riesling en macération pelliculaire, je n'ai pas trouvé grand chose en ligne sur la vinification. Faudra donc se fier au nom du vigneron et faire confiance !

De garde

Rio Sordo Riserva 2014 de Barbaresco (69,25$)
Rouge. 2e sortie en deux semaines de plusieurs cuvées d'un même coup de cette fameuse coop. Vous avez ici la coopérative la plus réputée au monde, qui regroupe une cinquantaine de familles membres et qui ont mis sur la map l'appellation Barbaresco. Les achats de raisin de la coop sont motivés par la qualité de ceux-ci et non pas par la quantité. Qui dit Barbaresco, dit nebbiolo. La cuvée sur la photo ci-contre serait assez puissante, sur des notes de mûres, de ce que je peux lire sur les internets. On dit que c'est une bonne cuvée à faire vieillir, mais qui n'est pas austère pour autant en jeunesse. 
Ovello Riserva 2014 (69,25$) : puissant, est sorti en mag la semaine dernière!
- Asili Riserva 2014 (69,25$) : serait floral et épicé sur l'anis. 
- Muncagota 2014 (69,25$): sur internet, j'ai trouvé "notes de fruit rouge". C'est hot han ?
- Montestefano 2014 (69,25$) : le 13 est sorti en magnum la semaine dernière. S'il n'y a pas eu de changement entre les deux millésimes : vieillissement de 36 mois en grosses barriques, puis 12 mois en bouteille. 
Chablis Premier cru Butteaux 2015 du Domaine Pattes loup (95,50$)
Blanc. Thomas Pico fait partie de la relève à Chablis, ce qui est une excellente nouvelle pour nous. Il fait des chablis à la grande minéralité. Il fait de longs élevages, non pas pour boiser ses vins, mais pour permettre au vin de bien se définir avant d'être embouteillés. Je vais citer Anna de chez Oenopole parce que ça m'a fait rire : "Pico cherche vraiment à faire du jus de roche le plus naturellement possible", pis pour avoir bu Béru samedi dernier, c'est vraiment qu'à Chablis, on peut faire du jus de roche. On a ici une cuvée qui allie la profondeur du fruit à la minéralité. A été pendant 10 minutes disponible en magnum. La cuvée Beauregard serait l'un des vins les plus vifs, claires, croquants et salins de ses cuvées. Finalement, la cuvée Côte de Jouan serait sa plus texturée, riche et souple. 

De François Lambert

Côte-Rôtie Bonnivières 2016 d'Yves Cuilleron (117,75$)
Rouge. Cher Monsieur Lambert, j'espère que vous allez bien. Je m'ennuie de nos soirées en tête à tête à boire des Clamato-Crème de menthe. Si votre intérêt pour le vin vous amène à vouloir plonger dans le monde des vins d'appellation, je vous suggère d'y aller avec Cuilleron. Je n'ai pas eu la chance de goûter à ses vins, mais  j'ai goûté à différentes occasions les Vins de Vienne sur lesquels il est l'un des trois collaborateurs. Cuilleron possède un domaine de 90 hectares qui s'étend sur différentes appellations du Rhône. Il sort également une cuvée de Cornas, Les Côtes 2016, cette semaine. 
Aux Barreaux 2016 du Domaine Bertrand et Axelle Machard de Gramont (124,50$)
Rouge. Axelle a repris le domaine familial Bertrand Machard de Gramont en 2007. Elle a encouragé son père à changer l’approche au chai : moins d’extraction, fermentations alcooliques moins longues et moins de bois, mais surtout, à cultiver un raisin de qualité plutôt que de toujours corriger les défauts avec l’oenologie. Le style fait que ce sont des vins prêts à boire dans leur jeunesse, en délicatesse et sur le fruit. C’est bio et certifié, pas dans la mouvance nature, mais c’est pas mal rare du 100 % nature en Bourgogne. Je pense que c'est le premier millésime de cette cuvée, en tout cas sous ce nom d'Aux Barreaux. C'est leur cuvée d'appellation Vosne-Romanée. De ce que je vois sur les internets, ce serait des vignes de 35 à 40 ans, 2 semaines de fermentation, égrappé, 18 à 20 mois d'élevage en barriques. Pas de collage ni filtration, léger sulfitage. (Je vous ai mis l'étiquette d'une autre cuvée juste pour que vous voyiez le style). 

On se partage une caisse d'IP

L'importation privée est vue à tort par plusieurs comme étant inaccessible et coûteuse. De nombreuses agences à Montréal ont pourtant de véritables bijoux dans leurs portfolios et je vais tenter de vous en repérer chaque semaine. Suffit de se trouver des amis avec qui partager la caisse (ou pas) et d'écrire à l'importateur-trice. Bingo !

La Cuca de Llum 2017 de Succés Vinicola (23,86$ btl/caisse de 12)
Rouge. Comme les vins de Succés (dont je vous parlais en début d'infolettre) viennent tout juste d'être libérés, je me suis dit que je vous en enverrais une en suggestion de la semaine, surtout que j'ai pu y goûter hier en dégustation. Donc, vignoble situé à Conca de Barbera, en Catalogne. Les deux sont très fiers d'être catalans. Ils travaillent du paralleda et du trepat, majoritairement. On a ici une cuvée 100 % trepat issue de vignes de 80 ans. Macération de 25 jours. Au nez, il y a un côté un peu végétal qui me rappelait un peu le cabernet franc. En bouche, le fruit était croquant, rien de confituré, vraiment de la baie entière qui explose. Vinifié sur levures indigènes et léger sulfitage. C'est vraiment du très bon vin de soif. Ça va partir vite. 

"Es-tu dans le vin, toi ?"

L’autre fois j’ai dit à mon chauffeur de taxi que oui…pis il m’a cru. Libre à vous de définir mon statut. Je dirais surtout que je suis un gars qui dépense la moitié de sa paie en vin et qui mange du tofu le reste de la semaine pour compenser. La vérité c’est que j’ai commencé cette infolettre pour que mes parents achètent de meilleurs vins quand je vais souper à St-Lambert, pis je me suis dit que ça pourrait inspirer vos parents aussi, ou vous, accessoirement. Je repère les vigneron-ne-s qui travaillent bien, peu importe le style, la provenance, ou le budget. Comme dirait le Sommelier Nordiq, le vin c’est fait pour être bu en gang. Je ne suis pas sommelier, mais quelqu’un m’a déjà décrit comme l’ange gardien des bons boires.

Copyright © 2019 Vincentsulfite, All rights reserved.


Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list.

Email Marketing Powered by Mailchimp