Copy

Qu'est-ce qu'on boit ?

Chaque jeudi, la SAQ met en prévente ses produits en ligne. Voici ce que je mettrais dans ma caisse cette semaine. 

Prévente en ligne du 13 juin
En succursales autour du 20 juin
Cliquez ici pour avoir la liste des infolettres hebdomadaires déjà partagées (pratique en succursales).


**Je suis tellement désolé pour vos finances personnelles, y'a une quantité astronomique de vin. **
 
CERTAINES PLATEFORMES TRONQUENT LA FIN DE MON INFOLETTRE. ASSUREZ-VOUS DE VOUS RENDRE JUSQU'À LA BIO POUR NE RIEN MANQUER. 

De soif

Unlitro 2018 de Ampeleia (26,90$)
Rouge. Oh wow ! Dans mon coeur, le Raisin gaulois de Lapierre a été remplacé par ce litre de bonheur. Je le rappelle : c'est un side project d'Elisabetta Foradori en Toscane. Vignoble biodynamique planté sur trois niveaux d'altitude différents. Carignan, grenache et alicante bouschet. On achète à la caisse pour traverser l'été !
Trebbiolo 2017 de La Stoppa (25,95$)
Rouge. J'aurais tendance à croire que c'est le premier arrivage de cette cuvée en SAQ, mais je peux clairement me tromper. Sa cuvée Ageno (orange) est toujours très attendue. Domaine de 30 hectares de vignes à l'ouest d'Émilie-Romagne. Elena Panteleoni fait partie des grands noms du vin nature en Italie. 60 % barbera et 40 % bonarda. 
Nero d'avola 2017 de Tami (23,30$)
Rouge. Fak la SAQ l'a augmenté de 95 sous depuis l'an dernier. J'avais écrit à l'époque "Les Tami sont les vins de négoces (donc achat de raisins à d'autres producteurs) d'Occhipinti (connue entre autres pour ses SP68). La qualité varie quand même selon les années, mais si tu cherches un rouge pas trop cher qui se boit bien, ça fera le travail."
Sélénite Pinot gris d'Alsace 2016 du Vignoble Des 2 Lunes (24,95$)
Blanc. J'ai demandé à mon bon ami Guillaume Laliberté, collègue chez Wino et sommelier au Restaurant Damas, son avis sur ce domaine et il m'a répondu qu'ils faisaient de très bons vins. C'est suffisant pour moi pour vous le recommander sans avoir personnellement goûté. Domaine qui travaille en biodynamie.  C'est hot le pinot gris en plus !
Gilda 2017 de Tiago Teles (25,50$)
Rouge. Oh que c'était bon ça l'an dernier ! Du portugais nature, travaillé sur le gros fruit, parfait pour les BBQ. Castelao, alfrocheiro et merlot. Tiago Teles ne vient pas du milieu vinicole : il a plutôt commencé par l'écriture sur le vin. Son approche a été de vouloir faire ressortir la fraîcheur de l'Atlantique. 
Paramos de Nicasia Ruesda Verdejo 2017 de Maquina & Tabla (19,50$)
Blanc. L'an passé, c'est une amie qui m'a fait découvrir le rosé et le blanc en SAQ de ce domaine espagnol et j'ai eu beaucoup de plaisir pour le prix. Moitié malvoisie et moitié verdejo. Biodynamique et fermente sur levures indigènes. Vin de parc à moins de 20 $, c'est parfait !
Sitta Laranxa 2018 d'Attis Bodegas Y Viñedos (29,15$)
Orange. Je garde un très bon souvenir de ce vin, bu l'été dernier. L'albarino en macération pelliculaire, de mémoire, donne un vin assez délicat. Le domaine est situé dans le nord-ouest de l'Espagne, comprend 8 hectares, fermente sur levures indigènes et joue dans de très bas niveaux de sulfites. 

De curiosité

Riesling Tradition 2016 du Domaine Pfister (27,75$)
Blanc. Jamais goûté ce domaine, mais vous commencez à connaître mon amour pour ce cépage. Nouveauté de la QV en SAQ. Ça me semble être un riesling avec un peu de tenue, donc potentiellement plus de table. 
 
Menetou-Salon 2018 du Domaine Philippe Gilbert (28,75$)
Rosé. Je vous ai recommandé le blanc de macération pelliculaire de ce domaine, Hors-série, mais je n'ai toujours pas eu la chance de goûter les vins. On a ici un blanc de noir, donc 100 % pinot noir. Il se trouve même sur le site de Chambers Street Wines !
Bourgogne Les Femelottes 2016 de Chavy-Chouet (26$)
Blanc. Je vous en ai parlé la semaine dernière : de la belle Bourgogne à très très bon prix. Les Femelottes c'est en fait une parcelle à Puligny-Montrachet qui lorgne l'appellation village. Vignes de chardo d'environ 40 ans sur des sols argilo-sablonneux. Aucun bâtonnage, donc on retrouve plutôt un profil vif, axé sur l'acidité, qu'ample et chargé. 
Fiumeseccu 2018 du Domaine d'Alzipratu (24,60$)
Blanc. Domaine corse représenté par Oenopole dont je n'ai jamais goûté les vins. 30 hectares sur des coteaux granitiques. La fraicheur de la mer et des montagnes donnerait de la légèreté à ces vins. On a donc cette première cuvée, 100 % vermentinu élevée 8 mois en inox sur lies, fermentations naturelles et filtration légère avant embouteillage. Deux autres cuvées sortent également cette semaine : sa cuvée en rouge, de nielluccio et de sciacarello, ainsi que sa cuvée de rosé de sciacarello. 
Prunus Private Selection 2016 de Gota (15,25$)
Rouge. Moi, j'y crois pu aux vins à 15 $. MAIS. Quand y'a une tite pastille Boires sur la bouteille, la game change. Natalia Jessa (Polonaise d'origine) est installée au Portugal depuis 10 ans. Elle mise sur la fraîcheur et travaille avec des cépages indigènes. Cette cuvée est composée principalement de jaen, avec un peu de tinta roriz, alfrocheiro preto et de touriga nacional. Ça me semble être de mise pour le parc, léger, sur la cerise rouge. 
Orgion Mavrodaphne de Céphalonie 2017 de Sclavos Evriviadis (26,95$)
Rouge. J'ai toujours trouvé trippants et à bon prix les vins de Evriviadis Sclavos, situé en Céphalonie. Cuvée 100 % mal au Daphnée, pardon, mavrodaphné (sorré, le xérès commence à kick in et les jeux de mots poches sont plus forts que moi). Pionnier de la biodynamie en Grèce (c'est rare, c'est encore assez traditionnel là-bas). 
Rollier 2018 du Château la Martinette (21,70$)
Rosé. Je ne connais pas ce domaine, mais du rosé à ce prix-là venant de la QV, ça peut clairement le faire. Willy de l'agence m'a écrit pour me dire que ça allait aussi bien à l'apéro qu'au repas. Cinsault, grenache, syrah et tibouren. Bio !
Agiorgitiko Peloponnese 2017 de Driopi (17,70$)
Rosé. Je sais que c'est bébé....mais la couleur est trooooop cool. Le Domaine Tetramythos fait des trucs assez intéressants dans le Péloponnèse. J'ai vu une photo de la vue du domaine et j'ai presque acheté sur-le-champ un billet d'avion aller simple. On a de l'argiogitiko, même cépage que la cuvée de Tselepos dont je vous ai parlé il y a quelques semaines. En rouge, je vous parlais d'accord avec l'agneau, mais cette cuvée serait plus sur l'acidité, avec des tannins fondus, qui fait ressortir les notes de violettes, de cerises et de prunes. En rosé ? À voir ! À ce prix-là, on peut difficilement se tromper. 

Bulles

Bugey Cerdon de Renardat-Fâche (24,85$)
Bugey. J'ai toujours pas bu la bouteille que j'ai dans mon cellier, j'attends que ma soeur passe à l'appart (elle aime jamais ce que j'ouvre, mais ça, elle se souvient d'en avoir bu plus d'un verre au Candide et d'avoir trippé). Méthode ancestrale (donc comme un pet nat). Pour obtenir la belle couleur rosé, ils font un contrôle de température à tout moment de la vinification. 100 % gamay. Parfait à au parc en jouant à la pétanque ou rendu aux desserts. Une cinquantaine de grammes de sucre résiduel. 
Blanc de noirs brut de Fleury (57$)
Champagne. Fleury est toujours un arrivage très bon rapport qualité-prix en SAQ. 30 ans de biodynamie sur ce domaine. Assemblage de 2012 et 2013, 100 % pinot noir, élevage en foudres. Dosé à 5,5g/l. 
Bérêche et Fils Brut Réserve (139$ MAGNUM)
Champagne. Quelqu'un, quelque part, veut que je fasse faillite d'ici la fin de l'année. Je relisais ce que j'avais écrit sur les dernières sorties de Bérêche. Je vais citer à nouveau ma grande amie Emily Campeau (Candide) qui "se range derrière le travail des frères Bérêche avec enthousiasme. Les frères ont repris en 2007 et les vignes sont conduites en biodynamie sur plusieurs parcelles issues des plus beaux terroirs de la Champagne. Des vins tendus, énergiques, créatifs et qui valent chacune des beaucoup de cennes investies." C'EST UN MAGNUM SIMONAC JE CAAAAAPOOOOTE. 

De table

Patrimonio Domaine d'E Croce 2017 d'Yves Leccia (29,30$)
Rosé. L'automne dernier, j'avais a-do-ré son Altru Biancu, un blanc avec beaucoup d'amplitude, mais également de tension et de finesse. Je n'ai donc aucune difficulté à croire que cette cuvée de niellucio (oui, encore un vin corse!) en rosé a de grandes choses à offrir. 
Côtes du Rhône Altitude 2018 de Clos Bellane (21,55$)
Rosé. Stéphane Vedeau fait du vin en biodynamie et s'il y a un peu de sulfites, ce n'est pas grand-chose. Je le mets ici parce qu'étant quand même un rosé de grenache avec du corps, il trouvera sa place à table et les gens risquent de trouver ça pas mal pas mal bon. En fait, c'est le genre de vin que j'aimerais que mon père achète pour que j'aie de quoi à boire qui me tente quand j'ouvre son p'tit frigo à vin. 
Clarendon 2018 du Domaine Gavoty (29,10$)
Rosé. Domaine que je ne connais pas du tout, mais comme ça provient de chez Vini-vins, je fais confiance sans hésiter. Grenache (70%) et cinsault issus de sols argilo-calcaire. Le millésime 2018 a été beau chez Gavoty. On assemble des rosés de saignée avec des rosés de presse pour combiner la matière avec la fraîcheur. Il y a du volume sur ce rosé et ça tient parfaitement bien un barbecue. 

De minibar

Vermouth Blanco de Martinez Lacuesta (16,15$)
Vermouth. J'adore le vermouth ! Celui-ci est fait à partir d'une vingtaine de plantes et d'herbes qui amène une aromatique de fleurs douces (style camomille et menthe) ainsi qu'une pointe de vanille. Notes épicées en bouche (réglisse, cannelle et gingembre). Ce domaine ne produit que des vermouth depuis 1895 et ils s'assurent de conserver le style traditionnel qui est à la base de leur grande réputation. 

De grande soif

Elisabeth tradition 2015 de Nikolaihof (53,50$)
Blanc. Deux arrivages en SAQ qui devaient normalement sortir en courriel vinicole il y a de cela un bon moment, on est donc très chanceux de pouvoir mettre la main là-dessus aussi facilement ! Nikolaihof, c'est le plus vieux domaine d'Autriche, situé dans le Wachau et travaillent en biodynamie depuis un moment. Assemblage de grüner, riesling, welchriesling et weissburgunder. Pourrait très bien être couché, mais est prêt à boire (à table de préférence). 
Riesling Vom Stein Federspiel 2008 de Nikolaihof (38$)
Blanc. Alors que ce domaine fait pousser énormément de grüner veltliner, cette cuvée est 100 % riesling. Notez bien l'âge du vin : pourrait clairement passer encore des années en cave, mais est déjà prête à boire. Ça vaut la peine d'en acheter quelques-unes et les comparer dans le temps. 
Fronholz Pinot gris 2016 du Domaine Ostertag (54,75$)
Blanc. Ostertag, domaine biodynamique depuis 1998 est l'un de mes domaines préférés en Alsace. J'ai surtout eu la chance de boire leurs cuvées d'entrée de gamme. On a retardé quelque peu la vendange sur ce cru de Fronholz, ce qui devrait ajouter un peu de richesse et d'amplitude au vin. Excellent candidat pour la garde, mais également pour la table en jeunesse. 6 grammes de sucre résiduel, ça se sent quand même. 
Sancerre Les Grands Champs 2017 du Domaine Fouassier (30$) PRISE 2
Blanc. Vous commencez à connaître mon amour pour ce domaine. Souvenez-vous également de son Iconoclaste en bombe de fruits. Bref, c'est une cuvée parcellaire (c'est le premier domaine à avoir commencé à travailler en parcellaire en Sancerre !). Le terroir des grands champs est composé de calcaires de Buzançais sur kimméridgien inférieur (excellent à plugger pour séduire une date quand on mange du poulet de la Dinette Triple Crown). Cuvée donc très minérale, avec une certaine amplitude en bouche. Vinification naturelle bien évidemment et élevage en cuve. 
Terre et ciel 2017 du Domaine Thymiopoulos (33,25$)
Rouge. La cuvée de xinomavro à 18$ en continu à la SAQ m'a souvent dépanné, ainsi que leur blanc Atma. La famille fait du vin depuis des lustres, mais les raisins sont vinifiés que depuis l'arrivée du jeune Apostolos. 18 mois en tonneaux de 500 à 600 litres, pas de collage ni filtration. 100 % xinomavro, beaucoup de fruits à prévoir. 

De garde

Reserva 2006 de R. Lopez de Heredia Vina Tondonia (55$)
Rouge. Édouard, alias thewinestache, avait écrit un très beau texte sur le vin nature il y a 7-8 mois. Il argumentait que non, le vin nature n'est pas une mode, quelque chose qui s'estompera sous peu, mais bien une façon de faire du vin qui date de bien avant l'industrialisation du monde vinicole. R. Lopez de Heredia est l'un des grands noms du vin nature qui date de bien avant de l'effet de "mode". Cette cuvée de tempranillo (75%) et de grenache a passé 6 ans et demi en barrique et un autre 6 ans en bouteille. C'est chargé, mais ce n'est pas lourd pour autant. Je n'ai bu que leur blanc à date, mais j'ai eu énormément de plaisir. Je recommande chaudement. 
Gigondas Les Pimpignoles 2017 des Vins de Vienne (37$)
Rouge. Projet commun de Yves Cuilleron, Pierre Gaillard et François Villard en Rhône, qui travaillent sur la rive droite des appellations de Côte-Rôtie, Condrieu et Saint-Joseph. La cuvée Les Pimpignoles est un assemblage de grenache, syrah et mourvèdre qui pourrait clairement bénéficier d'un 5 à 10 ans de garde. 
Barolo 2013 de Silvio Grasso (48,75$)
Rouge. Domaine de 14 hectares, à quelques kilomètres de Barolo où ils y ont une parcelle. Alessio, fils de Silvio, tente de limiter au maximum les utilisations de produits à base de cuivre. Ils ont un style de vinification moderne avec brèves macérations, élevage en inox, conservant ainsi un maximum de fraîcheur. C'est prêt à boire dès maintenant, mais ira certainement bien à table, surtout à 14,5 % d'alcool. 100 % nebbiolo. À coucher pour un bout.

De François Lambert

Sable de Camargue Grain de Gris de Listel (39,40$ JEROBOAM)
Rosé. Pauvre François !!! J'ai pensé à toi cette semaine ! Ça a dû coûter cher réparer ta crevaison sur ta Lamborghini ! Je t'ai donc trouvé un rosé de plage pas trop cher ! Jtm. 

On se partage une caisse d'IP

L'importation privée est vue à tort par plusieurs comme étant inaccessible et coûteuse. De nombreuses agences à Montréal ont pourtant de véritables bijoux dans leurs portfolios et je vais tenter de vous en repérer chaque semaine. Suffit de se trouver des amis avec qui partager la caisse (ou pas) et d'écrire à l'importateur-trice. Bingo !

Kalkundkiesel red 2017 de Claus Preisinger (37,65$/btl - cs de 6)
Rouge. Je viens juste de passer ma commander pour un 6 de Kalkundkiesel blanc et un 6 de rouge et je me suis dit que j'allais vous recommander d'acheter le rouge cette semaine (anyway le blanc est sold out). C'est une coplantation de zweigelt, blaukfrankisch et de blancs (non identifiés). Y'a de la matière, mais également un haut degré de buvabilité. J'ai amené tout bonnement un soir de novembre pour écouter le hockey et tout le monde a capoté ben raide. Des rouges avec un peu de blancs dans l'assemblage, ça me fait toujours trippé. Claus Preisinger est un grand nom du vin nature dans le Burgenland. 

"Es-tu dans le vin, toi ?"

L’autre fois j’ai dit à mon chauffeur de taxi que oui…pis il m’a cru. Libre à vous de définir mon statut. Je dirais surtout que je suis un gars qui dépense la moitié de sa paie en vin et qui mange du tofu le reste de la semaine pour compenser. La vérité c’est que j’ai commencé cette infolettre pour que mes parents achètent de meilleurs vins quand je vais souper à St-Lambert, pis je me suis dit que ça pourrait inspirer vos parents aussi, ou vous, accessoirement. Je repère les vigneron-ne-s qui travaillent bien, peu importe le style, la provenance, ou le budget. Comme dirait le Sommelier Nordiq, le vin c’est fait pour être bu en gang. Je ne suis pas sommelier, mais quelqu’un m’a déjà décrit comme l’ange gardien des bons boires.

Copyright © 2019 Vincentsulfite, All rights reserved.


Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list.

Email Marketing Powered by Mailchimp