Copy

Qu'est-ce qu'on boit ?

Chaque jeudi, la SAQ met en prévente ses produits en ligne. Voici ce que je mettrais dans ma caisse cette semaine. 

Prévente en ligne du 7 mars
En succursales le 14 mars
Cliquez ici pour avoir la liste des infolettres hebdomadaires déjà partagées.

De soif


La Dilettante 2016 de Catherine et Pierre Breton (32,25$)
Rouge. J'capote sur ce couple de vins, c'en est redondant. J'ai pas encore goûté cette cuvée, mais j'ai une 2015 chez moi que j'ai bien hâte de goûter. 100 % cabernet franc toujours travaillé en légèreté (surtout que 2016 est un peu plus frais, donc moins costaud). C'est surement très POTAGER (mon Dieu que j'ai hâte au Printemps). 

Amnesya 2017 de Podere Luisa (23,20$)
Orange. Macération pelliculaire de trebiano et de malvasia. Le grand Cyril de la QV a goûté cet hiver et paraît-il que c'est "bon bon bon". C'est certain que je connais pas, mais du vin orange avec le sceau d'approbation de la QV à 23,20 $, j'achète !

De table

 

Orange One 2015 de Paraschos (31,25$)
ARANGE. Je me souviens d'avoir bu ça à table avec du homard l'été passé. Pas si pire pour gars qui se plaint d'être toujours cassé han ? Bref, le genre d'orange à carafer, car quand même tannique. On est dans la philosophie nature (bien évidemment, c'est Ward qui importe;) ). Garrochez-vous parce que ça va partir vite. 

Côteaux d'Aix en Provence 2015 du Domaine des Béates (29,75$)
Rouge. Papa, achète ça pour la prochaine fois que je viens souper merci ! Gros vin fruité (fruits foncés) et épicé. Domaine bio qui s'assure de travailler en légèreté malgré le climat chaud dans lequel ils sont. 

De curiosité


Negroamaro Salento 2017 de Perrini (22,30$)
Rouge. Je ne connais pas du tout ce produit d'Oenopole. Je ne connais pas non plus la région des Pouilles et je ne connais pas le negroamaro (à quoi tu sers, Sulfite?). Mais si y'a ben une chose que je connais, c'est Oenopole et le petit texte qu'ils ont écrit sur les Perrini me donne envie d'essayer leur vin.

Mon Péché 2016 du Château Coujan (20,85$)
Rouge. Je vous le dis, j'haïs l'étiquette du vin. On dirait un vin cheap de dépanneur. Par contre, ma copine a bu la cuvée de Rolle en blanc et elle a bien aimé pour le rapport qualité-prix. Ça vaut la peine d'essayer. 

La Dame rousse Tavel 2017 du Domaine de la Mordorée (31,25$)
Rosé. Ça c'est un très gros guess que je fais, mais je vous le jure que je m'en mets une dans ma caisse cette semaine. À Tavel on peut seulement faire du rosé. Ça a vraiment une belle couleur et c'est censé avoir pas mal de coffre, parfait pour la table, à boire à 12-14 degrés. 

Seriously Cool Cinsault Stellenbosch 2017 de Waterkloof (20,35$)
Rouge. J'ai fait mes recherches un peu et le site de Jancis Robinson dit que c'est un domaine à surveiller en Afrique du Sud. Sur le site ils ont l'air d'utiliser des chevaux...................Tk. Pour vrai, du cinsault à 20,35 $, ça vaut la peine d'essayer.

De grande soif


La Stoppa d'Emilia Ageno 2014 (44,25$)
ORANGE. Cet été je suis allé dans un souper où tout le monde devait amener un grand vin et en parler un peu. C'est ce que j'ai amené, en ayant peur que les vins provenant de l'importation privée volent la vedette. Honnêtement, c'était exceptionnel et ça a été mon coup de coeur de la soirée. Une trentaine de jours de macération pelliculaire, 6 mois en inox et 6 mois en barrique. Ça nécessite de l'ouverture pas mal (genre ouvrir le matin pour boire le soir et carafer une trentaine de minutes avant de servir). 

Cerasuolo di Vittoria 2016 de COS (39$)
Rouge.  C'est une des grandes cuvées de COS. On a un assemblage de 60 % nero d'avola et 40 % frappato. Je vous le répète : le frappato est mon genre de gamay du sud, qu'on retrouve en Sicile. C'est généralement assez fermier comme vin, avec une bonne acidité. Ça se boit avec ou sans bouffe, sans problème. 

J'en veux encore 2017 d'Anne & Jean-François Ganevat (45,25$)
Rouge. Je vous en ai parlé la semaine dernière : les superstars du Jura, emblèmes du vin nature, achètent des raisins (du Gamay de Beaujolais dans le cas ici présent). L'amateur de vin de soif glou glou monterait les marches de l'Oratoire à genoux pour avoir la chance de boire ça toutes les semaines. 

Bulles


Finca Serral Del Vell Brut de Brut 2008 de Recaredo (58,50$)
Cava. Du très grand cava, avec de l'âge. 103 mois d'élevage sur lies (yo, le long élevage sur lies c'est une des clés du succès de la Champagne). Ils sont en biodynamie sur 50 hectares. Peut-être même décanter vu que ça a de l'âge ? HAHA WOW LE MALADE DÉCANTER DES BULLES T DROLE LE SMAT. 

De mini-bar


Jacopo Poli Prugna di Poli (39,50$)
Liqueur de prune. Jacopo Poli c'est toujours bon ce qu'ils font, qu'on connait déjà dans la grappa. 

Puerto Fino Solera Reserva de Lustau (22,75$)
Xérès. À force de boire ben du vin, on finit par un peu triper sur le xérès et son côté hyper oxydé. Lustau fait vraiment des trucs super et je suis bien curieux d'essayer leur Solera. J'ai bu leur Don Nuno qui, plus fortifié, était assez costaud et à boire avec un fromage. Le fino est donc censé être plus facile à boire (car moins alcooleux), potentiellement pour l'apéro ? À voir !

De garde

 

Family White Blend 2016 de Adi Badenhorst (41,50$)
Blanc. Dans les grands vins que je peux recommander en Afrique du Sud. J'y ai goûté dans un salon à l'automne ou au printemps dernier, je ne me souviens plus exactement (lol t'étais chaud sulfite?). Ils sont en bio et élèvent en foudre de chêne pour éviter d'avoir trop l'approche boisée. Chenin, roussane, viognier et grenache blanc. 

Arbois Savagnin ouillé 2016 d'André et Mireille Tissot (64,50$)
Blanc. J'adore le savagnin et je vous ai parlé de nombreuses fois des Tissot. Le terme ouillé en fait, c'est qu'on ajoute toujours du vin à la barrique pour compenser la part des anges (évaporation de l'alcool). Tout ça s'explique par le fait que le bois est poreux

De François Lambert


Les Terrasses Vallerots 2016 Nuits-Saint-Georges du Domaine Bertrand et Axelle Machard de Gramont (83,75$)
Rouge. FRANÇOIS ! On a parlé de toi à La Soirée est (encore) jeune la fin de semaine dernière ! J'étais content d'avoir de tes nouvelles. Parlant de nouvelles, on a bel arrivage de Bourgogne ici. Enfin, je peux te parler d'un vin que j'ai goûté (parce que oui, ça vient de chez Wino). C'était tellement délicieux. Axelle a repris le domaine familial Bertrand Machard de Gramont en 2007. Elle a encouragé son père à changer l’approche au chai : moins d’extraction, fermentations alcooliques moins longues et moins de bois, mais surtout, à cultiver un raisin de qualité plutôt que de toujours corriger les défauts avec l’oenologie. Le style fait que ce sont des vins prêts à boire dans leur jeunesse, en délicatesse et sur le fruit. C’est bio et certifié, pas dans la mouvance nature, mais c’est pas mal rare du 100 % nature en Bourgogne.

Rosso Ca' del Merlo 2011 de Giuseppe Quintarelli (106,25$)
Rouge. Non c'est pas du merlot François, y'a pas de T. C'est du très grand vin par contre. Je cite le site de Kermitt Lynch (je vous recommande d'ailleurs la lecture de son livre) : "Ce vin provient d’un vignoble unique. Il est soutiré des lies de l’amarone qui débutera une seconde fermentation alcoolique (ce processus est appelé ripasso). Une fois la fermentation terminée, le vin est soutiré et vieilli dans des fûts de chêne de Slavonie pendant sept ans."

On se partage une caisse d'IP

L'importation privée est vue à tort par plusieurs comme étant inaccessible et coûteuse. De nombreuses agences à Montréal ont pourtant de véritables bijoux dans leurs portfolios et je vais tenter de vous en repérer chaque semaine. Suffit de se trouver des amis avec qui partager la caisse (ou pas) et d'écrire à l'importateur-trice. Bingo !

Post Flirtation 2017 de Martha Stoumen (43$/cs de 12)
Rouge. J'ai bu ça au Candide à la St-Valentin : TABARNAK QUE C'ÉTAIT BON. Pardon, maman, j'ai sacré. Sur l'étiquette, on voit deux raisins qui se font un câlin (zinfandel et carignan). Martha Stoumen a appris à faire du vin chez Giuseppe Occhipinti en Sicile. C'est une femme super cool qui fait partie de la vague de la "Nouvelle-Californie". On évite donc la surutilisation de bois (lire ici bois neuf) et de faire des macérations trop longues. On travaille en finesse. Honnêtement, je suis tombé sur le cul et si vous arrivez à trouver des gens avec qui partager cette caisse, assurez-vous de vous en garder plus que 2-3, parce que vous allez le regretter sinon. 

"Es-tu dans le vin, toi ?"

L’autre fois j’ai dit à mon chauffeur de taxi que oui…pis il m’a cru. Libre à vous de définir mon statut. Je dirais surtout que je suis un gars qui dépense la moitié de sa paie en vin et qui mange du tofu le reste de la semaine pour compenser. La vérité c’est que j’ai commencé cette infolettre pour que mes parents achètent de meilleurs vins quand je vais souper à St-Lambert, pis je me suis dit que ça pourrait inspirer vos parents aussi, ou vous, accessoirement. Je repère les vigneron-ne-s qui travaillent bien, peu importe le style, la provenance, ou le budget. Comme dirait le Sommelier Nordiq, le vin c’est fait pour être bu en gang. Je ne suis pas sommelier, mais quelqu’un m’a déjà décrit comme l’ange gardien des bons boires.

Copyright © 2019 Vincentsulfite, All rights reserved.


Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list.

Email Marketing Powered by Mailchimp