Copy
Point du jour logo

Bonjour, c’est Serge à Genève, où les autorités sanitaires parlent – enfin – d'une amélioration, malgré une situation toujours «extrêmement tendue» dans les hôpitaux.

Ce matin, je vous expose l'idée de la rédaction pour notre «calendrier de l'avent». Tous les jours, du 1er au 24 décembre, nous allons publier une bonne idée pour se fournir localement. Pour manger, pour s’équiper, pour lire, pour faire des cadeaux. Nous avons les premiers sujets, partagez-nous ceux qui suivront!

photo journaliste

Serge Michel, Genève
14.11.2020


Le monde d’après ne doit pas être celui d’Amazon

Hier à midi, sur la piste cyclable, j’ai dépassé un homme qui pédalait avec difficulté. Il avait une barbe, une certaine corpulence et une cinquantaine d’années. Et sur son dos, le sac cubique d’Uber Eats.

Il faisait peine à voir, bien différent de ces étudiants athlétiques qui sillonnent la ville en portant ces sacs noir et vert fluo. Je me suis imaginé un homme mis à mal par les fermetures d’entreprises de la première ou de la deuxième vague, essayant de s’en sortir ainsi. Mais je n’avais pas le temps de m’arrêter pour vérifier cette intuition – et peut-être lui non plus.

Certes, depuis septembre, les livreurs de repas à Genève doivent être salariés, à 20,65 francs de l’heure au lieu de courses qui rapportaient 7 francs en moyenne jusque-là. Mais la semaine dernière, à San Francisco, Uber a publié ses résultats du 3e trimestre. Ses revenus, marqués par la chute libre de la mobilité en raison du coronavirus, sont sauvés par son département Eats, qui affiche un chiffre d’affaires de 8,55 milliards de dollars en trois mois au lieu des 7,8 milliards attendus.

Des inégalités comme jamais.

Ainsi va la pandémie, avec ses gagnants et ses perdants. Certains restaurants arrivent à maintenir une activité en livrant à distance, d’autres mettent la clé sous la porte. Certains, valeureux, livrent des repas, d’autres dépriment chez eux. Le virus menace tout le monde mais ses conséquences ont creusé les inégalités comme jamais.

C’est encore plus frappant pour les commerçants. En Suisse, l’enquête de notre journaliste Fabrice Delaye montre que le commerce en ligne a gagné 40% en un an, alors que de nombreux commerces sont étranglés par les fermetures imposées.

Parmi les gagnants, il y a évidemment Amazon, qui n’a toujours pas de présence physique en Suisse mais a probablement, grâce au confinement, dépassé le milliard de francs de chiffre d’affaires dans notre pays, en livrant depuis l’Allemagne, la France ou l’Italie. Certes, Migros et Coop sont toujours en tête des ventes en ligne, avec leurs filiales Digitec, LeShop ou Galaxus, mais cela ne fait pas non plus vivre le petit commerce.

Amazon, entreprise tentaculaire, ne recule devant rien pour prendre le dessus. On connaissait les conditions de travail dans ses entrepôts et son entrelacs de sociétés et de juridictions pour éviter l’impôt. Aux Etats-Unis, elle vient d’être prise la main dans le sac en train de recruter des «analystes» pour espionner les syndicats. En France, elle a réussi à contourner une décision de justice en avril l’enjoignant de fermer tous ses entrepôts.

Que faire? La France multiplie les procès et redressements fiscaux, mais l’entreprise de Seattle sait encore y échapper. Cette semaine à Bruxelles, la courageuse vice-présidente de la Commission européenne Margrethe Vestager a ouvert deux enquêtes: l’une accuse Amazon d’avoir tiré profit des données de détaillants indépendants qui utilisent son site de vente en ligne (Amazon regarderait ce qui marche, puis lancerait un produit concurrent), l’autre soupçonne la firme de privilégier des offres ou des vendeurs de sa place de marché qui ont recours à ses services de livraison et de stockage.

Or la réponse au «que faire?» est évidemment chez nous, les consommateurs. Ah, qu’il est difficile de renoncer à une plateforme qui propose plus d’un million d’articles et peut, grâce à un accord avec la Poste suisse, les livrer dans tout le pays en moins de 24 heures!

Façon «calendrier de l’avent»

En toute modestie, Heidi.news va néanmoins essayer, pour Nöel, et a besoin de vos conseils.

Tous les jours, du 1er au 24 décembre, nous publierons, en guise de calendrier de l’avent, une bonne idée pour se fournir localement. Pour manger, pour s’équiper, pour lire, pour faire des cadeaux. Car il n’y a pas que les restaurateurs et commerçants qui souffrent: les artisans et les artistes aussi, les théâtres et les cinémas, et tant d’autres. Nous avons les premiers sujets en tête; partagez les suivants avec nous!

Envoyez-nous à cette adresse vos circuits courts, vos réseaux d’approvisionnement, votre commerçant solidaire ou l’artisan de votre rue. Liste non exhaustive, bien sûr. C'est-à-dire ceux qu’il faut aider plutôt que d’ajouter à la fortune de Jeff Bezos, patron d’Amazon et homme le plus riche du monde.

Vu de Seattle, cela semblera dérisoire. Cela demeure important. Nous sommes en pleine deuxième vague: la lassitude gagne, la solidarité s’étiole. Avez-vous remarqué que cette fois, personne n’applaudit les soignants?


Explorer les enjeux d'un monde qui change. S'abonner


Sur Heidi.news

Photo article

Illustration: Kalina Anguelova

Géraldine Savary et Christophe Darbellay, rencontre au sommet. Cette semaine, la personnalité que chronique Géraldine Savary est le président du Conseil d'Etat valaisan. La socialiste et le PDC ont été élus à Berne en même temps, en 2003, et se sont retrouvés parmi les plus jeunes du Conseil national. «Nous étions une génération assez décomplexée, chacun voulait prendre des fonctions dans son parti, nous n’avions peur de rien», se souvient Christophe Darbellay.

Heidi.news (FR)

Friends nous explique comment Homo Sapiens a conquis le monde. Il y a 40’000 ans, plusieurs espèces d’hommes peuplaient la planète. Il y avait nous, Homo Sapiens Sapiens, mais aussi l’homme de Néandertal, l’homme de Denisova, et plusieurs autres. Aujourd’hui, il ne reste plus que nous. Nous avons évincé les autres. Nous n’avons probablement pas mené une guerre sanglante et préméditée contre ces autres «homo». Nous avons simplement eu un succès reproductif plus important. Pourquoi? C’est le sujet de cet épisode de PopScience.

Heidi.news (vidéo) (FR)

Les leviers cognitifs qui expliquent le succès du film «Hold-up». Comme d’autres événements, à l’image du 11 septembre 2001, la pandémie de Covid-19 attise toutes sortes de théories, parfois fantaisistes voire complotistes. Ce film, lancé officiellement le 11 novembre, a bénéficié de la publicité de plusieurs personnalités comme l’actrice Sophie Marceau ou la chanteuse Carla Bruni. Comment expliquer le succès rencontré par le film et par sa campagne de financement participatif? Nous avons interrogé des chercheurs en psychologie sociale.

Heidi.news (FR)

Bienvenue dans les bulles touristiques! Les pôles financiers de Hong Kong et Singapour sont en passe de devenir les premières régions du monde à ouvrir une «bulle touristique aérienne» réciproque. Au compte-goutte, et au prix parfois de trois tests PCR Covid-19 (et l’équivalent de 240 francs suisse par tête), les résidents des deux mégalopoles asiatiques pourront, à partir du 22 novembre, se rendre dans l'autre sans être mis en quarantaine. Cet accord préfigure peut-être le tourisme de demain.

Heidi.news (FR)

Les séquelles psychiatriques fréquentes après Covid-19. Selon une étude épidémiologique américaine, une personne sur cinq ayant eu Covid-19 présente des séquelles psychiatriques. Dans les 90 jours après le diagnostic d’infection au coronavirus, même sans aucun antécédent psychiatrique, ces patients sont davantage à risque d’anxiété, d’insomnie, de dépression, et même de démence pour les plus âgés.

Heidi.news (FR)

Une décroissance épidémique dans les eaux usées? Une de nos lectrices aimerait savoir si la détection du coronavirus dans les eaux usées reste un indicateur pertinent pour suivre l’épidémie. La réponse d’Agnès Vernet, journaliste scientifique pour Heidi.news.

Heidi.news (vos questions) (FR)

Génération fluide (Exploration)

Photo article

Mélangeant blagues et récit autobiographique, Hannah Gadsby a visé juste. Photo: Netflix

6e épisode: Ce rire qui décharge. De la rue à la scène, les transidentités font rire. Ce rire peut être vu comme une sanction, ou comme une réaction face à une situation incomprise. Quand le cerveau ne comprend pas, le rire décharge la tension. Mais l’humour qui se base sur le grossissement des traits et la moquerie est de moins en moins toléré. D’autres formes émergent.

Heidi.news (FR)

Le monde change, la presse aussi

Photo article

Des infos, des analyses, des enquêtes. Heidi.news, c'est bien davantage que la newsletter que vous lisez en ce moment. Retrouvez nos Flux Santé, Sciences, Climat, Economie, Innovation, Culture et Education. Découvrez nos Explorations comme Au coeur de la complosphère, Les Vaudois et leur bac à sable magique, ou encore Génération fluide, le genre sans frontières, et nos tribunes, chroniques et opinions. Heidi.news a choisi de se financer par ses lecteurs plutôt que par la publicité.

Essayez-nous gratuitement pendant 30 jours!

De bonnes lectures pour le week-end

«Si vous voulez que je continue, achetez-moi quelque chose, sinon je meurs» Les commerces resteront fermés «au moins pendant quinze jours supplémentaires», a annoncé le gouvernement français. Déjà fragilisés avant la crise sanitaire, beaucoup de magasins ne s’en relèveront pas. Un grand récit du Monde, dans toute la France. «Si Noël est compliqué, 15 % à 18 % des commerces risquent de ne pas rouvrir dans les villes de plus de 30 000 habitants», estime un expert.

Le Monde (FR)

Avis de tempête sur la Maison Blanche. En juin 2015, Donald Trump annonçait sa candidature en descendant les escaliers roulants de sa rutilante Trump Tower à Manhattan. Cinq ans plus tard, son règne se termine sur les marches d’une Maison-Blanche aux allures de forteresse assiégée, dans une capitale sclérosée à cause de la pandémie. Le récit de la correspondante du Temps aux Etats-Unis.

Le Temps (FR)

Des cerveaux fait en laboratoire peuvent-ils avoir une conscience? Des versions de cerveau humain de la taille d'une graine, appelées «organoïdes cérébraux», peuvent être cultivées à partir de cellules souches humaines, et sont devenues un «objet familier» dans les laboratoires de biologie. L'année dernière, un laboratoire américain a mis fin à une expérience après que ses cerveaux en cuve aient commencé à produire des «vagues d'activité semblables à celles observées chez les prématurés». Donc, probablement, oui, les cerveaux cultivés en laboratoire peuvent devenir conscients. Est-ce une bonne ou une mauvaise nouvelle?

Nature (EN)

Trop de livres pour nos vies. Tant de livres, si peu de temps. Un érudit de l'Antiquité pouvait espérer lire la plupart des livres de la Bibliothèque d'Alexandrie de son vivant et prétendre avoir une certaine connaissance de l'ensemble des connaissances humaines. Il lui faudrait mille vies pour parcourir les 38 millions de livres qui se trouvent actuellement à la Bibliothèque du Congrès. Vous pouvez trouver cette vaste perspective inspirante; ou, comme l'auteur, vertigineuse.

The Millions (EN)

En Afrique et ailleurs, l’épidémie de «PochVid-20». Dans les pays en développement, les activités informelles concernent les deux tiers de l’emploi, et les quartiers informels abritent entre un tiers et deux tiers des citadins, selon les pays. Ce sont les plus vulnérables aux conséquences du Covid-19.

The Conversation (France) (FR)

Séance de rattrapage avec:

le Point du jour de vendredi

Bon week-end!

Logo Heidi news

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse
Facebook Twitter Linkedin Instagram

Pour ne plus recevoir le Point du jour, mettre à jour vos préférences : jourmoisan@yahoo.fr.
Pour vous désinscrire de toutes les communications avec Heidi.news, désinscription : jourmoisan@yahoo.fr.