Copy
Point Sciences logo

Bonjour, c’est Lorène pour vous parler de santé, à l'heure où les hôpitaux affrontent un raz-de-marée de patients Covid-19.

Ce soir, on se penche sur l'importance de remplir des directives anticipées, alors que le tri des patients à l'entrée des soins intensifs, impossible choix éthique, pourrait bientôt devenir réalité.

Au programme également: les soignants romands qui tombent malades et une permanence dentaire pour les «working poor» genevois.

Photo journaliste

Lorène Mesot, Genève
04.11.2020


L'épidémie de Covid-19 rappelle l’importance de rédiger ses directives anticipées

Photo article

Pixabay / Sabinevanerp

Accident de la route, attaque cérébrale, mais aussi Covid-19: les raisons qui peuvent amener les médecins à se référer aux directives anticipées d’un patients conduit en urgence à l’hôpital sont nombreuses. Pourtant, ce document reste encore mal connu et peu utilisé par les Suisses. A l’heure où les hospitalisations et les décès liés aux infections à SRAS-CoV2 explosent, associations et soignants soulignent l’importance de rédiger ou de mettre à jour ses directives anticipées.

Chaque citoyen peut désigner un représentant thérapeutique et consigner dans un document ses volontés concernant les traitements médicaux qu’il souhaite recevoir ou non au cas où il ne serait pas en mesure de communiquer avec l’équipe soignante au moment de sa prise en charge.

Dans l’idéal toute personne en capacité de discernement devrait rédiger des directives anticipées, mais cette formalité revêt un intérêt tout particulier dans le contexte sanitaire actuel. Le CHUV a ainsi développé des documents adaptés à la pandémie disponibles en ligne et précise qu'«avec l’épidémie de Covid-19, les personnes présentant une santé fragile sont très à risque de développer une symptomatologie aiguë, pouvant entraîner progressivement des troubles respiratoires et des pneumonies. Dès lors, il est primordial de connaître la volonté des personnes quant à une potentielle hospitalisation, intubation et ventilation artificielle aux soins intensifs.»

Plusieurs associations ont également communiqué depuis le début de la pandémie pour inciter les citoyens à prendre leur disposition et les établissements hébergeant des personnes âgées et/ou dépendantes à accompagner leurs résidents dans ces démarches. Tatjana Kistler, porte-parole de Pro Senectute Suisse note: «nous estimons que la proportion de directives anticipées remplies a fortement augmenté. Et bien que la demande pour obtenir ces documents reste légèrement moins élevée en Suisse romande et au Tessin, elle a augmenté de plus de 50% pendant le confinement.»

Un regain d’intérêt que confirme Delphine Roulet Schwab, professeure à la Haute Ecole de la Santé La Source et présidente de Gérontologie CH. «La pandémie a suscité beaucoup de réactions chez les personnes de plus de 65 ans, qui ont été cataloguées comme «vulnérables». Cela en a sûrement incité certaines à rédiger ou mettre à jour leurs directives anticipées. Des seniors ont voulu faire savoir qu’ils ne voulaient pas être hospitalisés en soins intensifs pour «ne pas prendre la place de quelqu’un en meilleure forme». D’autres ont signifié leur refus d’être intubés après avoir vu des proches hospitalisés dont la qualité de vie s’était dégradée. Mais il est crucial de rappeler que l’on peut être âgé et souhaiter recevoir tous les soins possibles. Rédiger ses directives anticipées ne veut pas forcément dire renoncer aux soins!»

Si seule une minorité de Suisses ont rédigé ces directives, c’est que la tâche peut paraître ardue. Par quoi commencer? Que faut-il indiquer? Avec qui en parler et à qui transmettre le document?

Lire la suite sur Heidi.news (FR)

Un média indépendant, du journalisme constructif. S'abonner


«Trop peu de patients rédigent leurs directives anticipées»

Photo article

FBM / UNIL /DR

Les médecins restent encore trop souvent confrontés à une absence de directives anticipées, à des volontés écrites trop floues ou introuvables, explique le Pr Ralf Jox, responsable de la Chaire des soins palliatifs gériatriques au CHUV. Le centre hospitalier vaudois a produit et mis en ligne des documents destinés aux soignant et aux patients pour les aider à rédiger leurs directives anticipées dans ce contexte de crise sanitaire. Entretien.

Lire l'entretien sur Heidi.news (FR)

Le monde change, la presse aussi

Photo article

Les Ambassadeurs de Heidi.news Nos lectrices et lecteurs nous disent pourquoi ils soutiennent Heidi.news. Lisez leurs témoignages et rejoignez le cercle des Ambassadeurs de Heidi.news.

Voir les témoignages

Triage des patients aux soins intensifs: l’impossible défi éthique

Photo article

Hôpital régional de Locarno, La Carita, mars 2020. | Keystone / Ti-Press / Pablo Gianinazzi

Alors que la situation se tend dans les unités de soins intensifs et que les hôpitaux romands s’organisent face au risque de saturation lié à la recrudescence des cas de Covid-19, la question du triage des patients revient au cœur des discussions. Comment prioriser les ressources et faire des choix lorsque les lits en soins intensifs et les respirateurs viennent à manquer? Johan Rochel et Nelson Garrote, éthiciens au Laboratoire d’éthique de l’innovation ethix, démêlent la question pour Heidi.News en se référant aux résultats d’un sondage mené par l’institut au printemps dernier.

Heidi.news (FR)

Une raison d'espérer

Photo article

Croix-Rouge genevoise / Julien Gremaud

A Genève, des soins dentaires pour les travailleurs pauvres. C’est une première en Suisse. Depuis lundi, une permanence dentaire de la Croix-Rouge genevoise, située dans le quartier des Acacias, accueille des patients à bas revenu. Les prix sont fixes et extrêmement abordables. Comptez 40 francs pour une consultation avec des soins de base et 20 francs pour une séance avec l'hygiéniste dentaire. Pour être éligible, il faut résider à Genève, avoir un faible revenu (le salaire et les dépenses sont pris en compte) et être au-dessus du seuil permettant d'obtenir des aides sociales. «Sur Genève, cette population pourrait concerner, très approximativement, environ 7000 personnes», estime Laura Magdalena en charge de la coordination du projet à la Croix-Rouge genevoise. Pour mener à bien ce dernier, l'institution peut compter sur l'aide d’une vingtaine de bénévoles (avis aux dentistes, l'équipe recrute encore), ainsi que sur 5 emplois à temps partiel.

Swiss Dental Journal (FR)

Pendant ce temps sur Heidi.news

Photo article

Keystone / Jean-Christophe Bott

La deuxième vague de l'épidémie touche plus d'un millier de collaborateurs des hôpitaux romands. Au grand soulagement des établissements, il s’agit, le plus souvent, de contaminations isolées qui ont eu lieu dans le cadre privé. Toutefois des clusters ont été enregistrés au sein de plusieurs établissements dont l’Hôpital du Jura. La question de la contamination du personnel soignant est cruciale, car la disponibilité de personnels qualifiés est un, sinon le, facteur clé pour assurer une prise en charge de qualité des patients Covid-19. Les mises en isolement et en quarantaine pèsent lourdement sur les hôpitaux à l’heure où leurs capacités flirtent avec les limites du possible.

Heidi.news (FR)

Quel est le taux d'occupation des unités de soins intensifs dans les hôpitaux suisses? Notre suivi des capacités hospitalières. Les données relatives au nombre de cas et de décès par canton sont issues de l’OFSP et les données relatives aux unités de soins intensifs viennent, quant à elles, du service sanitaire coordonné (KSD), une section de l’armée suisse.

Heidi.news (FR) Photo article

A Los Angeles, une gueule de bois sans champagne. Les pizzas ont été commandées, le guacamole est en cours de préparation et le champagne est au frais. A Los Angeles, où Hillary Clinton avait remporté 71.8% des voix en 2016, les supporters de Joe Biden sont nombreux. Ses habitants se sont réunis ce 3 novembre en petits groupes, épidémie de Covid-19 oblige, pour regarder une élection qui leur tient tout particulièrement à coeur. Il est 16h30 et Babak, ingénieur informatique de 45 ans, panique déjà. «La Floride semble compromise, j’ai peur pour le reste», s’exclame-t-il alors que les bureaux de vote ferment dans plus de trois heures en Californie.

Heidi.news (FR)

En politique, les mensonges peuvent favoriser la réélection. Les candidats qui font des grandes promesses électorales sans nécessairement les tenir ont plus de chance d’occuper à nouveau des fonctions politiques, selon une étude des universités de Bath, au Royaume-Uni, de Constance et Brême en Allemagne, publiée dans The Economic Journal. Mentir semble donc un moyen efficace de gagner une élection…

Heidi.news (FR)

Les Etats-Unis se retirent officiellement de l'accord de Paris. Le président Donald Trump avait annoncé dès 2017 le retrait des Etats-Unis de l’accord de Paris sur le climat. Ce dernier a été conçu pour limiter le réchauffement climatique à moins de 2°C, grâce aux engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre des Etats signataires. Mais les règles complexes déterminées lors de la négociation du texte empêchaient tout pays de sortir de l’accord avant que trois ans se soient écoulées depuis sa ratification, ce à quoi il faut encore ajouter un préavis de douze mois.

Heidi.news (FR) Photo article

Que deviendra la série théâtrale fauchée par la deuxième vague? Mardi au Théâtre de l’Usine à Genève, toute l’équipe de la série sur scène «Vous êtes ici» aurait dû fêter la première de l’épisode 3 de son aventure tout en superlatifs. Pour rappel, cet immense projet artistique prévu sur toute la saison 2020/2021 réunit pour la première fois de l’histoire 12 théâtres de la Cité de Calvin, ainsi que 4 lieux romands, engageant une centaine de collaborateurs. Cette semaine, tout s’arrête pour une durée indéterminée. L’épisode en question avait pourtant été pensé en mode «covid-friendly», puisqu’il s’agissait d’une immersion audio.

Heidi.news (FR)

Les pays riches font main basse sur 9 milliards de doses des futurs vaccins Covid-19. Alors que l’on ne sait encore rien de l’efficacité et de la durée de protection des futurs vaccins contre Covid-19, le nationalisme vaccinal fait que des pays comme le Canada ou le Royaume-Uni ont déjà commandé de quoi vacciner quatre ou cinq fois leurs populations. Dans le même temps, le dispositif Covax n’a acheté, pour l’instant, que de quoi immuniser environ 250 millions de personnes, soit bien moins que les 1,14 milliard de personnes qu'il s'est engagé à couvrir.

Heidi.news (FR)

Vous avez aimé? Partagez:

Facebook Twitter Linkedin Instagram

Séance de rattrapage avec:

l'édition de mardi

À bientôt

Logo Heidi news

Chemin de La Mousse 46
1225 Chêne-Bourg
Suisse


Pour ne plus recevoir la newsletter Sortir de la crise, mettre à jour vos préférences : eberhard@genevagate.ch.
Pour vous désinscrire de toutes les communications avec Heidi.news, désinscription : eberhard@genevagate.ch.